COVID surtout pas mes réserves !

Avez-vous remarqué à quel point nos assureurs maladie sont silencieux? Comme si le mot d’ordre était de « se faire oublier ». Faire le dos rond le temps que la vague passe. Celle-ci et les suivantes tant redoutées.
 
Notre Conseil fédéral, avec un remarquable courage, a réussi, à coup d’ordonnances successives, à déroger pour des dizaines de milliards, à la législation ordinaire afin de répondre à une situation extraordinaire. Pourtant, il s’est bien gardé d’empiéter sur les platebandes du Parlement sur le sujet sensible des obligations de nos assureurs. Ici, et ici seulement, les règles ordinaires n’ont pas été touchées. Chasse-gardée. Les assureurs payent, pandémie ou pas, ce que la loi leur impose de payer. Rien de plus. Et si possible quelque chose de moins.
 
Ainsi, alors que pour lutter contre la pandémie, la stratégie d’analyse diagnostique à été élargie à toutes les personnes symptomatiques, les assureurs sont à nouveau préservés, et leurs gigantesques réserves avec.
 
Si la personne testée présente des symptômes légers et n’appartient pas à un groupe à risque, le dépistage est catalogué dans les mesures préventives et son coût est exclusivement à charge du canton selon la loi sur les épidémies. Ce sont donc les contribuables qui passent à la caisse, au motif contestable qu’il s’agirait d’une enquête épidémiologique, alors même que le test est désormais obligatoire dans une telle circonstance.
 
Si les symptômes sont plus importants, par contre, le test de dépistage entre bien dans les prestations LAMAL, mais avec la franchise et la participation de 10%.
Même si le coût du test a été ramené à moins de 100 francs récemment, reste la consultation médicale et les frais annexes, pour un total de l’ordre de 400 francs, de sorte que ce sont les assurés qui trinquent et les assureurs sont à nouveau préservés.
 
Quand on sait que selon les derniers chiffres disponibles, les réserves de nos assureurs maladie excédaient de près de 5’000’000’000 ce qu’elles devaient être selon la LAMAL, pour garantir la fluctuation des coûts.
 
Quand on sait que la crise sanitaire actuelle est exceptionnelle, avec des conséquences dans tous les domaines de la vie privée et publique.
 
Quand on sait que les réserves, que l’on tente en vain de réunir dans un fonds national plutôt que de laisser chaque assureur constituer son propre magot, ont précisément pour fonction de répondre à des situation imprévisibles.
 
On ne peut que s’étonner du manque de courage politique, tant du Conseil fédéral que du Parlement, en laissant des règles ordinaires régir une situation extraordinaire.
 
On ne peut que s’étonner du manque d’éthique de nos assureurs qui ne viennent pas spontanément proposer des prestations exceptionnelles pour soutenir l’effort général.
Mais sur ce dernier point mon étonnement est tempéré par l’expérience. 
 
Ces mêmes assureurs ne manqueront pas de rétorquer qu’il agissent selon le principe de la légalité, dans le strict respect de la loi.
 
Rappelons-leur que la loi ne les oblige pas à constituer des réserves au-delà du minimum exigé! Ils le peuvent.
 
La loi ne les oblige pas à utiliser ces excès de réserves au profit des assurés. Ils le peuvent.
 
Il y a donc des opportunités plus faciles à saisir que d’autres.
Il ne manque plus qu’38D77BCF-1CC3-49D3-BBFA-E9E1433E6901.jpegun gendarme pour ramener l’ordre!

Commentaires

  • Quid des tests

    - Quelles sont vos "prescriptions" quant aux tests PCR - sérologiques, envers tous employés des services publics Genevois - police, etc ?
    Chaque employé devra-t-il payer de sa franchise?

    - Votre agenda: Quand allez-vous "communiquer" sur ce sujet?

  • Bonjour monsieur Poggia vous avez tout à fait raison moi qui ai de très gros problèmes de santé trois opérations à cœur ouvert Diabète non contrôlable Médicaments à vie pour le cœur Et j’en passe j’ai eu un contrôle de la caisse Css qui a osé demander à mon médecin si de telles quantités été raisonnable ils sont remontés sans mon consentement jusqu’en 2014 à compter le nombre de médicaments que j’ai pris à faire toute une liste et ce n’est pas des médecins ce sont des employés de la caisse qui se sont amusés à ça pendant le confinement mon médecin était choqué moi de même De plus je n’ai reçu aucune copie de leur lettre juste mon médecin qui lui s’est empressé de me la transférer trouvez-vous ça normal et ils me disent que je dois aller seulement dans une seule pharmacie et voir un seul médecin si vous avez envie je peux vous transmettre le document.
    Je vous remercie pour votre travail

  • On pourrait croire que nos assureurs sont au-dessus des lois: il n'en est rien, ils FONT les lois.

  • Chapeau bas M. Poggia pour ce que vous avez fait lors de cette crise Covid. On ne vous remercie pas assez- Les critiques (pour diviser...) sont plus faciles à faire que les compliments, hélas.

    Les frais médicaux et/ou le manque à gagner ont explosé à cause de cette situation extra-ordinaire, comme vous le dites. Et dans cette situation extra-ordinaire, il faudrait des réponses à la hauteur de cette exceptionnelle et inattendue crise sanitaire.

    A mon humblissime avis, 3 acteurs doivent se mettre à table pour partager tout bêtement l obligation d éponger les pertes à la hauteur d un tiers chacun. Il y a le CF, les Cantons et les Assurances. Pour ces dernières, leur silence est assourdissant (sauf peut être la Mutuelle valaisanne sauf erreur) car leur fond de réserve n est fait que pour couvrir des situations exceptionnelles. De surcroît et en tout état de cause, les Assurances savent très bien comment faire pour se rattraper s ils paient leur 1/3, espérons, ils augmenteront les primes dès 202, ils retaperont encore plus sur ces "salauds de médecins" et les citoyens-assurés sont des vaches à lait silencieuses mais souvent soutenus par les Socialistes, disons le franchement...

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Pour de nombreuses personnes infectées par sarscov2 il faudra plus qu'un test qui ne fonctionne que dans peu de cas et pour des infections nez gorges. SARSCOV2 attaque les cellules en de nombreux endroits sang, cerveau,
    de nombreux organes et même dans le sperme. Il est donc probable qu'existe une multitudes de symptômes en fonctions des zones du corps infectés.
    Il est possible de faire un diagnostic sans test.
    Les radiographies sont un outils pour détecter une infection aux poumons qui
    sera une meilleure aide au diagnostic de covid19 qu'un test négatif.

    Une jeune femme a été abandonnée a une mort certaine chez elles a cause de plusieurs tests négatifs, elle a été laissée sans soins.
    Pour de nombreux malades covid19 depuis des mois il faudra des techniques d'imagerie médicale pour comprendre les terrible dégâts du sarscov2.

    Il est donc urgent de dépasser le simple tests défectueux pour une prise en charge de tous les malades qui reste fortement déficientes pour de nombreux malades.

    Un test ne soignera personne.
    Le service du médecin cantonal fait avec ses moyens complètement
    insuffisants.

    Il est temps de collaborer avec les malades du covid19, ils n'ont pas besoin de flics médicaux, mais de soins.

    Il vous faudra donc évoluer, vous, l’État, vos services et les assureurs maladies
    qui vont devoir assurer des soins pour toutes les personnes infectées
    ou malade du covid19, il faudra tôt ou tard prendre dans
    les réserves des assureurs maladies.
    Mieux vaudra un tôt déjà fortement dépassé qu'un tard

    La gestion de la Pandémie est déficiente a Genève depuis des mois (fin decembre 2019).

    Des malades covid19 ont été infectés a plusieurs reprises depuis des mois aussi en isolement semi-obligatoire dans des immeubles de logements fortement
    sur-occupés et fortement infectés par sarscov2 dont les canalisations d'eaux usée.

  • Cher Monsieur il y a autour de chez moi pas mal de petits commerces pour l'instant personne n'a été aidé! Le petit commerce en Suisse est très fragile, si rien n'est fait très vite, on va assister à des faillites à la chaine! Et il semble que ce que dit Steve Roeck@ soit juste! La big-pharma se précipite pour nous faire avaler des testes sans doute peu fiables, pour gagner très vite, du fric en attendant les vaccins!

  • En Suisse, le conglomérat des caisses d`assurance-maladie est comme un État dans l`État. On admet en général que le systeme est devenu incontrolable, mais on attend toujours le gouvernement qui osera le réformer de fond en comble. On attend et, en attendant, cet espece de golem devenu incontrolable grignote chaque année un peu plus le pouvoir d`achat de la population (et donc l`économie), principalement au bénéfice de gros actionnaires du grand pharma qui ne sont pour la plupart meme pas des personnes physiques ou morales suisses.

  • Chaque Assureur a parmi son conseil d administration des hautes personnes qui siègent à Berne et qui forcément freinent toute décision fédérale de transparence des assurances.
    C est normal parce que ce genre de conseil d adm. travaille "dur et avec labeur" car il se réunit 1 à 2 fois par année (avec un bon gueuleton, ça va de soi) et ils ne sont pas rémunérés au lance-pierres avec appui sur le poignet, donnant donnant! .

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • En réaction au commentaire de Charles 05, je ne peux m`empecher de remarquer que la derniere parcelle de la féodalité qui reste a évacuer par la démocratie sous nos latitudes pourrait bien etre le lobbyisme, cette passerelle de la honte entre le pouvoir politique et celui de l`argent. Plutot discrete bien que largement utilisée au niveau des États, cette passerelle est d`une ostentation obscene au niveau de l`Union Européenne puisque les parlementaires européens peuvent en toute légalité se louer aux entreprises privées de leur choix pour quelques dizaines de milliers d`Euros/an par l`intermédiaire des officines de lobbying fonctionnant en pleine lumiere a Bruxelles.

  • "Les critiques (pour diviser...) "

    J'aimerais bien avoir les noms de ceux qui critiquent pour "diviser"!?
    Car il s¨agit là d' une accusation répétitive dans les nombreux commentaires de Charles 05!

  • @Jean Jarogh,
    Merci pour votre réplique sur le Lobbyisme et le clientélisme . ça va de soi qu en Suisse cela reste minimale proportionnellement-parlant par rapport au reste de l Union européenne sur la France, notre voisine.

    J ai parlé d une manque de transparence et j ajoute qu il y a eu un refus d une commission du Conseil d Etats de pouvoir faire voter un projet pour davantage de transparence. Pincez-moi, SVP! Franchement refuser plus de transparence est flou et quand il y a le flou il y a le loup, non?

    https://www.24heures.ch/suisse/commission-s-oppose-transparence/story/25576317

    La commission des institutions politiques du National (11.10.2019) a une nouvelle fois refusé un projet de loi pour davantage de transparence par 12 voix contre 11 d'entrer en matière sur un projet du Conseil des Etats.. vote ainsi sous prétexte :Il n'entraînera qu'un surplus de charges administratives et financières" Blague à part!

    Bien à Vous M. Mario Poggia et à M. Jean Jarogh
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.