25/07/2011

La femme sera l'été du printemps arabe

egalite-homme-femme.jpg

La femme est l'avenir de l'homme chantait Jean Ferrat sur les paroles du poète Louis Aragon. Jamais cela ne sera plus vrai que dans le monde arabe qui se réveille à la démocratie. Balbutiement difficile, et innombrables écueils pour des populations qui n'ont connu, durant des générations, que le discours unique du pouvoir, et pour qui le savoir n'a été, que la reproduction par cœur du savoir des générations antérieures, comme on apprend les versets de l'immuable saint Coran.

Pourtant, la démocratie ne se reçoit pas, ne s'importe pas. Elle s'apprend, jour après jour, dans l'analyse critique des événements, en se forgeant sa propre opinion, dans l'écoute respectueuse de l'opinion d'autrui. Tâche oh combien difficile.

Dans ce contexte, glisser un bulletin dans  l'urne n'est pas le début d'une expression démocratique, mais son aboutissement, car ce n'est pas le geste qui importe, mais bien la volonté que son contenu exprime. Et le risque de céder aux sirènes d'un nouveau discours unique et faussement rassurant, celui des intégrismes religieux, est bien présent.

La société aurait sans doute beaucoup à perdre, mais quelle est la conscience immédiate que peut avoir, l'espace d'un instant de l'Histoire, une population encore enivrée par un espoir qu'elle ne pensait plus avoir? Tout n'est-il pas mieux que la dictature en ces moments-là?  Le doute, et peut-être même la crainte pourraient inciter à l'attentisme et à l'inertie. Pourtant l'avenir immédiat ne se construit pas en soubresauts, car les ajustements risquent de ne jamais être possibles. Autant ne pas faire fausse route.

Dans ce contexte, la menace intégriste, qui vise à réguler la vie de la société par les dogmes religieux, ne pourra être évitée, principalement qu'avec la force de conviction et la détermination de la femme arabe. C'est elle qui a décidément le plus à perdre dans un tel virage obscurantiste, et qui doit défendre l'égalité des sexes, dans un combat politique, bien sûr, mais aussi à l'intérieur de chaque maison, auprès de chaque père, chaque frère, chaque mari. Car l'apparent effacement de certaines femmes arabes n'est souvent qu'un jeu de rôles social, qui disparait à peine le seuil du domicile franchi, pour laisser la place à un réel partenariat au sein du couple.

Plus facile à dire qu'à faire pensez-vous ? Sans doute. Mais qui aurait pensé, voici 9 mois à peine, que la Tunisie se débarrasserait de Ben Ali et l'Egypte de Moubarak ? Et ce n'est qu'un début au vu de l'actualité internationale.

Alors Mesdames, le monde compte sur vous, et sur votre vote massif, pour que ces révolutions soient un réel pas en avant pour la société arabe en route vers une démocratie laïque et respectueuse de l'égalité des sexes.

 

 

19:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | | |  Facebook

10/06/2011

CEVA: la censure continue!

ceva.jpg

Le 16 décembre 2010 un projet de loi était déposé, demandant un moratoire pour les travaux du CEVA, jusqu’au bouclement du financement à charge des partenaires français (http://www.geneve.ch/grandconseil/data/texte/PL10773.pdf). L’argumentation était simple et élémentaire : pourquoi commencer la construction de cette ligne ferroviaire impliquant une charge financière avouée - mais en-dessous de la réalité - de 1,5 milliard de francs à charge des contribuables genevois et confédérés, si les partenaires français ne sont pas en mesure de poursuivre les voies depuis la frontière à la gare d’Annemasse, avec l’aménagement requis de cette dernière ?

Le bon sens pesant peu au regard de la force d’inertie, les partis ayant soutenu le CEVA ne souhaitant évidemment pas que leur impéritie, ou pire, leur tromperie, ne soit découverte, ce projet de loi fut d’abord renvoyé aux calendes grecques, puis à la commission des travaux (voir http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2011/01/28/ceva-de-la-t... ). La censure était donc reportée à l'épisode suivant.

Une séance unique a suffi pour balayer cette demande au nom du « on a commencé, faut finir », ou du « vos arguments on ne veut pas les entendre, on a décidé ». Bref, les dés étaient pipés. Tous, sauf le MCG et l’UDC ont rejeté cette demande, sans même entendre qui que ce soit, si ce n’est les balbutiements gênés de Monsieur Mark Muller, Conseiller d’Etat…

Un rapporteur de majorité fut désigné en la personne de Monsieur Guy Mettan (PDC) et un rapporteur de minorité, Monsieur Roger Golay (MCG), avec un délai au 24 mai pour le dépôt des rapports, en vue du débat en séance plénière.

Entretemps, la presse nous apprenait que la France exigeait une étude d’impact du CEVA sur la faune et la flore…( http://www.tdg.ch/print/node/343142 ) Le moratoire demandé apparaissait dès lors d’autant plus d’actualité, car jamais les Genevois n’avaient voulu d’un train qui s’arrête à la frontière…Pour la majorité pro-ceva, il devenait dès lors urgent …d’attendre, afin d’éviter tout débat public qui aurait pour conséquence inévitable de mettre au grand jour les mensonges éhontés qui avaient été assénés aux électrices et électeurs lors du référendum de 2009 quant au prétendu soutien indéfectible de nos voisins français, et quant à la volonté commune de construire la région, dont le CEVA serait la colonne vertébrale.

Ainsi, plutôt que d’affronter honnêtement le débat, des moyens peu avouables sont utilisés pour ne pas dévoiler la réalité des faits. Alors que le député Roger Golay a respecté le délai qui lui a été imposé, Monsieur Guy Mettan n’a toujours pas déposé son rapport, rendant ainsi impossible tout débat en séance plénière. Le but est ainsi atteint.

On se rappellera que Monsieur le député Guy Mettan, en sa qualité de président de ALP-Rail (http://www.alp-rail.net/cm/contacts.php?lg=fr&page=main ), n’est pas totalement désintéressé dans ce débat, si l’on en juge par les propos qu’il avait tenus dans les médias :

« Le CEVA sera aussi financé par les Français... » (Un train pour rêver, Tribune de Genève du 18 novembre 2009).

Nous avons aujourd’hui la preuve que les partisans du CEVA, Conseil d’Etat en tête, n’avaient alors aucune garantie à cet égard, pas même un petit courrier… Toujours difficile de reconnaître ses erreurs.

Ceci explique cela. Et vive la manipulation !

(Voir le bêtisier politique du CEVA :( http://www.mobilitege.ch/ceva/affirmations.php ))big-preoccupation.jpg

 

 

17:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | | |  Facebook

04/06/2011

C'est pas parce qu'on n'a rien à dire....

9_hussard_mt.jpg

 

La Tribune de Genève nous apprend que Sami Canaan a donné sa première conférence de presse en qualité de Conseiller administratif de la culture et des sports. Chouette, on va en savoir plus sur sa vision de la culture à Genève, me suis-je dit.

On apprend ainsi avec délectation :

Qu’il est arrivé à l’heure. Faut croire que d’autres n’avaient pas cette politesse, et que l'on en vient à s'étonner de la normalité.

Qu’il est à l’écoute, mais on ne sait pas de quoi.

Qu’il ne porte pas de cravate, mais qu’il n’est pas débraillé. Juste ce qu’il faut pour montrer qu’on est de gauche, quoi, mais pas soixante-huitard.

Qu’il ne porte au moins pas de sandales, lui. Ce qui nous épargne le style négligé de Patrice Mugny.

Qu’il ne fait pas semblant de tout savoir, comme si cela était surprenant dans sa fonction.

Qu’il sait lire un texte préparé « quand il le faut », à savoir lorsque l’improvisation serait périlleuse.

Qu’il sait « mettre son monde en valeur ». On ne sait pas de quel monde on parle...

Pour le reste, il faudra attendre.

Comme disait Michel Audiard, c’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule.

Moi, si je suis un jour Ministre de la culture, je viendrai à ma première conférence de presse en caleçon de bain, ou en uniforme de hussard. Au moins les journalistes auront quelque chose à dire.

10:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook

25/05/2011

Les radicaux libres sont (définitivement) nés

701320_mobilier-hermes.jpg« Les radicaux libres sont des molécules d'oxygène instables et incomplètes qui peuvent se retrouver dans l'organisme et qui tentent de s'accoupler à des éléments de nos propres cellules afin de se compléter. Dans l'opération, ils détruisent alors des cellules saines. Les radicaux libres entraînent des dommages à notre organisme un peu comme la rouille sur le métal d'une automobile. L'oxydation provoquée par les radicaux libres exerce une action similaire en s'attaquant aux tissus et aux cellules de notre organisme, accélérant ainsi leur vieillissement. » (www.masanténaturelle.com)

Radicaux et Libéraux genevois ont donc plébiscité leur fusion. A défaut d’amour, mariage de raison entre un parti radical moribond et au bord de la disparition sur le plan cantonal, nécessitant donc l’assistance respiratoire des libéraux, et un parti libéral quasiment inexistant sur le plan national, recherchant ainsi une visibilité fédérale grâce aux radicaux.

Il n’en demeure pas moins que ce nouveau parti, accouché aux forceps, laissera à beaucoup un sentiment d’amertume, devant partager la bannière avec des membres dont les idées et les idéaux ne sont pas les leurs.

La droite sociale, que se prétendait être le Parti radical est définitivement morte, à supposer qu’elle ne le fut pas depuis longtemps déjà.

Résolument, seul le MCG représente une vision de la société, proche du citoyen, à droite sur le plan économique et sécuritaire, mais à gauche sur le plan social, car une économie forte a besoin de paix sociale et de sécurité, tout comme la solidarité sociale nécessite une économie performante et des finances étatiques saines.

Comme les radicaux libres engendrent l’instabilité de l’organisme et son vieillissement prématuré, ce nouveau parti aux lignes directrices mal définies ne satisfera ni les uns ni les autres et ne pourra que servir un programme aussi indigeste que du saumon à la longeole.

Alors, avant d’être malades, si vous avez un esprit suffisamment ouvert au débat d’idées, et si vous pensez pouvoir apporter à notre société des solutions concrètes au-delà des clivages politiques, en anticipant les défis qui nous guettent, sans hypocrisie et sans langue de bois, alors rejoignez le MCG, vous serez les bienvenus !

MCG, ni à droite, ni à gauche, mais près de vous !

 

06:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook

22/05/2011

ON SE REVEILLE?

SUISSE~1.JPG

Madame la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga nous l’assure, l’erreur n’était pas volontaire ! Comprenez par là qu’il n’y a pas eu mensonge délibéré, car c’est ainsi que l’on appelle une contre-vérité assénée en connaissance de cause.

Lorsque le Conseil fédéral nous a dit en 2005, pour nous inciter à accepter les Accords de Schengen-Dublin, que cela nous coûterait la bagatelle de 7,4 millions par an, il le croyait dur comme fer. Promis juré.

Vous aurez apprécié la précision: pas entre 7 et 8, non, 7,4, pour bien donner l'illusion de l'analyse scientifique.

Il se trouve que le coût moyen pour la Suisse a été de 80 millions par année…Petite erreur d’appréciation de 980%. Chacun sait que l’erreur est humaine, mais là, il fallait s’appliquer.

Un responsable financier dans le domaine privé qui commettrait une telle erreur serait viré sur-le-champ, et sa responsabilité personnelle pourrait même être engagée. Il n’y a qu’à la tête de l’Etat où l’on peut tout se permettre impunément.

L’essentiel est que le peuple ait dit « oui », tout le reste n’est qu’accessoire.

En attendant, il faut bien prendre l’argent où l’on peut, à savoir dans des domaines où ceux que l’on veut pénaliser ne réuniront jamais la majorité et sont donc un électorat négligeable. Au hasard, les chômeurs (tous les travailleurs actifs sont convaincus que cela ne leur arrivera pas), les invalides (les bien-portants pensent que cela n’arrive qu’aux autres), les personnes âgées (cela nous arrivera, mais nous, on est bien plus prévoyants), et j’en passe et des meilleurs.

Alors, les amis, on se réveille ?

00:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | | |  Facebook

15/05/2011

MAX FRISCH CITOYEN

frischGP_site.jpg« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles ». Cette phrase de Max Frisch, dont on célèbre aujourd’hui le 100ème anniversaire de la naissance,  désigne par excellence l’ennemi de la démocratie, dont le citoyen doit inlassablement redouter et combattre les effets.

Ce n’est pas la dictature ou la tyrannie d’un homme ou d’un régime que nous devons craindre, mais bien la sournoise victoire du conformisme et de la démission des esprits.

Max Frisch l’avait bien compris. Au sortir de la guerre, la Suisse avait échappé au pire de la violence et de la négation de l’Homme, mais le fait d’avoir dû se battre bien moins qu’ailleurs pour maintenir la démocratie et rétablir l’Etat de droit, n’avait sans doute pas permis de sensibiliser autant qu’ailleurs la population sur l’impérieuse nécessité, mais aussi l’incomparable privilège de pouvoir s’exprimer sur l’avenir de la nation.

Les décennies ont passé, mais le danger menace plus que jamais. Alors qu’ailleurs des hommes et des femmes sont prêts à donner leur vie pour accéder à la démocratie, chez nous, 60% des citoyens considèrent sans doute indigne de leur emploi du temps de consacrer quelques minutes pour exprimer leur point de vue sur les sujets qui leur sont soumis, ou pour élire ceux qui devront les représenter à la tête de l’Etat.

Les pantoufles, dans leur sournoise avancée silencieuse, gagnent du terrain, jour après jour. Le bruit des bottes est-il si lointain ?

15:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | | |  Facebook

11/05/2011

MOBILITE: UNE VIOLENTE DOUCEUR

mobilite-douce.gifSous un titre racoleur, censé rallier à elle les plus hésitants, l’initiative 144 « Pour une mobilité douce », sera soumise au peuple le 15 mai prochain.

Qui donc pourrait être contre la mobilité ? Se mouvoir, c’est vivre en liberté ! Et lorsque l’on vit au quotidien les chantiers anarchiques ouverts tous azimuts à Genève, on ne peut que rêver de cette liberté.

La douceur quant à elle ne peut qu’éveiller dans notre imaginaire, l’antidote tant souhaité à cette barbarie urbaine.

En un mot comme en cent, se mouvoir en douceur, quoi de plus enviable ?

Mais cette douceur-là a son prix de violence. Si vous avez aimé nos chantiers routiers, vous adorerez ceux que cette initiative déclenchera si elle est adoptée. En 8 ans, toutes nos routes principales et secondaires, vous avez bien lu TOUTES, devront être équipées de pistes cyclables. On élargira donc les routes qui peuvent l’être, et sur celles qui ne le peuvent pas, on prendra l’espace nécessaire sur les places de stationnement et les voies de circulation.

Vous avez saisi ? Et tout cela en douceur…

Pour ma part je circule à vélo chaque fois que je peux, et j’apprécie. Mais de là à exiger de la collectivité qu’elle fasse partout des piste cyclables, qui, faute de pouvoir être séparées de la circulation automobile, seront empruntées par les voitures et les motocyclistes et scootéristes, il y a un pas que je ne franchirai pas. Genève est déjà impraticable aujourd’hui, avec un Office de la mobilité dont le seul mot d’ordre est de dégouter les automobilistes d’entrer au centre ville, et je n’entends pas en ajouter une couche.

Cette initiative « ne casse pas trois pattes à un canard », selon Mme Kunzler. Je pense pour ma part que l’argent des contribuables peut être mieux investi qu’à leur rendre la vie insupportable. Ce devrait être également la préoccupation de notre Conseil d’Etat.

00:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | | |  Facebook

02/05/2011

EMPLOI: LE CONSEIL D'ETAT SUIT LE MCG

emploi-tunisie.jpgEn politique, lorsque le bon sens tente de plaider seul sa cause, sans être soutenu par des intérêts partisans, il a autant de chances de convaincre son auditoire qu’un noir devant une assemblée du Ku Klux Klan. C’est malheureusement le triste constat que les députés MCG au Grand Conseil sont contraints de faire régulièrement. Jugez plutôt :

En matière d’emploi et de lutte contre le chômage, le MCG demande inlassablement depuis le début de cette législature, que l’Etat, les collectivités et les régies publiques donnent l’exemple en imposant une priorité en faveur des résidents du canton pour chaque poste à pourvoir. Les Accords bilatéraux entre la Suisse et l’UE permettent en effet d’instaurer cette priorité dans le secteur public, alors qu’une législation l’imposant au secteur privé serait déclarée discriminatoire.

Réaction unanime de la gauche et de la droite : le MCG est un parti anti-frontaliers et xénophobe. Accusations aussi calomnieuses qu’imbéciles reprises en cœur par des médias dont la qualité première n’est certes pas l’esprit critique.

Pourtant certains ne manquent pas de réfléchir derrière cette indignation d’apparat, conscients que la problématique soulevée par le MCG est réelle et que l’exigence posée est fondée.

C’est ainsi que le Conseil d’Etat annonce, au lendemain du 1er mai, qu’il entend réintroduire la commission tripartite pour l’engagement dans le secteur public. Souvenez-vous, cette commission composée de représentants des syndicats, du patronat et de l’Etat, qui statuait sur les demandes d’engagement de travailleurs frontaliers avant l’entrée en vigueur de la libre circulation…Ainsi, la priorité aux résidents serait réintroduite. MERCI MCG ! Un discours que l’on abhorrait hier encore lorsqu’il émanait de la bouche des députés MCG devient aujourd’hui une évidence.

Mieux encore, alors que le MCG préconisait, pour le secteur privé, des mesures incitatives pour les entreprises prêtes à se plier à la priorité du marché cantonal de l’emploi, le Conseil d’Etat propose d’instaurer un label « Entreprise genevoise responsable », en faveur des entreprises qui acceptent volontairement de se soumettre à cette commission tripartite. ENCORE MERCI MCG !

Finalement peu importe que nos idées, parce qu’elles sont justes, soient reprises par d’autres. L’essentiel est que la population genevoise en sorte gagnante. Et c’est le cas.

Néanmoins, ceux qui se sont battus, seuls contre tous, pour faire triompher le bon sens et la justice, auraient apprécié, au moment où les faits leur donnent raison, que l’on se souvienne que cette évidence ne l’est que par le combat qu’ils ont mené, et non grâce aux défilés de l’Alliance de gauche ou à une proposition spontanée de l’Entente. C’est sans doute trop demander. Mais la population n’est pas dupe.

23:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

15/04/2011

LA LEGION FRANCO-VALDO-GENEVOISE

engagez_vous1.jpg 

Engagez-vous, engagez-vous, vous verrez du pays ! Comme le légionnaire romain dans Asterix s’engageait dans la légion, nos politiques de tous bords s’engagent pour la région franco-valdo-genevoise.

Davantage que le résultat d’une démarche intellectuelle, cet engagement est le fruit d’un postulat : Genève est le centre naturel de cette grande région dont le développement ne sera que commun, ou ne sera pas.

Le propos n’est évidemment pas de nier l’interaction régionale, ni même l’apport  essentiel que les travailleurs frontaliers ont donné à l’essor de Genève ; mais oser prétendre qu’à moyen terme, 30'000 résidents genevois iront travailler en France, alors qu’il n’y a même pas l’amorce d’un début de balbutiement de projet permettant d’espérer obtenir un jour, de l’autre côté de la frontière, des salaires équivalents à ceux de Genève, relève de la profession de foi.

N’étant pas payé pour être politiquement correct (il n’y aurait d’ailleurs aucune rémunération suffisamment élevée pour cela), souffrez, chers inconditionnels du « un pour tous, tous pour un », que je jette un pavé dans votre mare boueuse.

Emploi : Genève est le canton où sévit le plus grand taux de chômage. Lorsque certains mauvais esprits (vous savez, ceux qui se disent ni de gauche, ni de droite), osaient esquisser un lien entre l’afflux de travailleurs frontaliers et le chômage à Genève, on les a fait taire. Jusqu’au jour où le SECO a admis ce lien pour les cantons présentant une frontière avec l’Union européenne. 

L’explication est simple : la Suisse connaissant des salaires largement supérieurs à ceux de nos pays voisins (ne parlons même pas des autres), et le Conseil fédéral n’ayant prévu aucun échelonnement dans le temps du nombre de permis attribués à des frontaliers, des travailleurs venant de régions de plus en plus éloignées sont venus s’installer en France voisine, contribuant d’ailleurs à la pénurie de logements, dont les habitants de l’Ain et de la Haute-Savoie sont les premières victimes.

A cela s’ajoute que dans tous les domaines professionnels, les travailleurs frontaliers avec expérience ont immédiatement recherché un emploi en Suisse, nos employeurs préférant engager un frontalier expérimenté plutôt qu’un résident genevois ayant fraîchement achevé sa formation. Alors qu’antérieurement une commissions tripartite vérifiait que des recherches préalables avaient été entreprises par l’employeur sur le territoire genevois, voire suisse, cette exigence devenait, du jour au lendemain, contraire aux accords bilatéraux !

Ce que l’on ne dit pas, c’est qu’en France voisine la main-d’œuvre qualifiée se fait rare, ayant déserté les employeurs français pour la Suisse, ce qui prétérite l’économie et la formation professionnelle dans ces régions.

Avec la baisse de l’euro, ce phénomène, que nos gouvernants continuent à vouloir nier, ne fera que s’amplifier si les collectivités et régies publiques, en premier lieu, ne montrent clairement  leur volonté de favoriser la main-d’œuvre résidente, et si nos entreprises aux courtes vues, ne prennent pas conscience que c’est le pouvoir d’achat des résidents genevois qui est en jeu, la paupérisation de notre population étant en marche depuis plusieurs années déjà.

Vous l’avez compris, mon propos n’est pas de dire qu’il ne doit pas y avoir de frontaliers à Genève. C’est le contraire qui est vrai. Mais tout est question de mesure, et si rien n’est fait pour répondre au réel sentiment d’injustice que ressent une part de plus en plus importante de nos résidents, alors naîtra un sentiment xénophobe dont nous aurions tout à perdre.

Que fait la gauche me direz-vous, pour protéger nos travailleurs ? Rien. Tel l’idiot utile de la droite, notre gauche considère qu’un chômeur chez nous vaut bien un chômeur ailleurs.

Alors, en faveur de qui et au détriment de qui la région se construit-elle ?romain_flippant.jpg

Logement et transports: On construit tellement peu à Genève depuis des décennies, que ce soit sous une majorité de gauche, comme de droite, que nos résidents sont contraints d’aller s’installer ailleurs, au prix d’interminables trajets, matin et soir. Au point que les « 2 Robert » (rien à voir avec le dictionnaire du même nom), à savoir Robert Cramer (Les Verts) et Robert Borel (ancien maire socialiste d’Annemasse), sont allés jusqu’à affirmer que la vocation naturelle de la région était : « travailler à Genève et dormir en France ».

Est-ce véritablement ce que souhaite la population genevoise ? Certes non.

Cette situation, qui empoisonne la circulation transfrontalière, avec 550'000 passages journaliers, n’est tout simplement plus acceptable, et indépendamment de la nécessaire construction rapide de logements économiquement accessibles à Genève, des alternatives doivent être  proposées en matière de transports en commun.

A cet égard que fait la France ? Construit-elle des P+R sur son territoire? Participe-t-elle à la construction de P+R en Suisse ? Que nenni ! La Suisse propose de construire un train grandes lignes de Cornavin à Annemasse pour 1,5 milliard (CEVA), et non seulement la France ne prévoit aucun parking dans cette dernière ville pour accueillir les pendulaires, mais n’est même pas capable de réunir les 100 millions d’euros nécessaires pour réaliser le tronçon français et l’aménagement des gares françaises concernées.

Par ces quelques exemples, il est démontré que la région est encore une (belle) vue de l’esprit. S’il faut être visionnaire pour gouverner, il faut aussi être deux pour danser la valse…Or, la région se construit à sens unique, avec, d’un côté, des négociateurs de bonne volonté qui mettent la main au porte-monnaie et, de l’autre, des politiciens opportunistes qui ne recherchent que leur intérêt.

Tant que la Suisse, et Genève en particulier, continueront à avoir un complexe d’infériorité et continueront, comme le petit dans le préau des grands, à donner leur goûter avant même qu’on le leur demande, il n’y aura malheureusement jamais de négociations sur un pied d’égalité, et par voie de conséquence, de région harmonieusement développée.

 

 

18:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | | |  Facebook

13/03/2011

SUCCES DU MCG !

MCG.gifLe succès du MCG est avant tout la défaite des partis traditionnels, qui, depuis des décennies, se moquent éperdument du peuple qu’ils prétendent représenter, et qui, enfermés dans des idéologies déconnectées de la réalité, se sont révélés incapables de répondre à l’attente légitime d’électrices et d’électeurs, qu’ils méprisent au fond d’eux-mêmes, et qu’ils ne considèrent qu’instrument d’accès au pouvoir.

A force de mondialisation, d’ouverture et de libre circulation, de Maastricht à Schengen, la gauche, comme la droite, ont, par des motivation différentes, mais convergentes dans leurs effets, oublié à la fois l’intérêt national et la priorité d’attention que mérite la population à laquelle leur politique s’adressait. Ainsi, que ce soit une droite centrée sur un profit favorisé par la libre circulation des travailleurs et des marchandises, ou une gauche allergique à toute discrimination dirigée contre des travailleurs provenant de l’étranger, au nom d’une internationale socialiste archétypique, la politique helvétique, et genevoise en particulier, n’a tout simplement pas été capable de réguler des flux migratoires, qui, en présence d’un chômage croissant, d’une hausse de la criminalité, d’une pénurie de logements et d’une baisse du pouvoir d’achat, ont fait naître une crise identitaire majeure.

Mais le MCG, de miroir déformant qu’il était, dans lequel  la politique traditionnelle se reflétait, est désormais devenu une force politique nouvelle, indépendante de cet establishment culturel ou de cette oligarchie économique, qui n’ont que mépris pour la population. Force politique, car désormais rien d’essentiel  ne pourra se faire sans son soutien. Nouvelle, car le MCG n’est pas un parti politique classique ; il est un mouvement d’hommes et de femmes désireux de faire de la politique autrement, à l’écoute de la population, mais néanmoins conscients que notre pays, notre canton, ne verront leur avenir se faire qu’avec les nations qui les entourent, dans le respect de nos lois et de nos traditions.

Ces prochains mois, ces prochaines années, nous assisterons à des alliances surprenantes, dont la seule finalité sera de barrer la route au MCG, émanant de partis qui se prétendent respectueux de la démocratie, et qui iront jusqu’à invoquer la défense de cette même démocratie pour justifier leurs actions. Or, ils ne respectent en réalité la démocratie que lorsqu’elle leur permet d’accéder au pouvoir, et la méprisent lorsqu’elle les désavoue, qualifiant de populistes ceux qui obtiennent, par les urnes, l’onction des électeurs.

N’est populiste que celui qui tient un discours auquel il ne croit pas, dans le seul but de séduire les électeurs. Sachant que les partis qui qualifient ainsi le MCG sont au pouvoir depuis des décennies, qui est populiste en promettant sécurité, logement, et travail pour nos jeunes ? La population n’a pas été dupe.

Aujourd’hui c’est bien le citoyen qui est gagnant, à savoir non seulement toutes celles et ceux qui sont les laissés pour compte de notre société, mais aussi, et surtout, des hommes et des femmes, toutes classes sociales confondues, écoeurés par des dirigeants élitistes et dogmatiques.

Merci d’avoir voté MCG, car le bon sens n’a pas de couleur politique !

MCG : NOUS EXISTONS POUR VOUS ET PAR VOUS.

21:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

06/03/2011

Plainte contre Kadhafi. Calmy-Rey se tire une balle dans le pied.

arme-suisse.jpg

Lire la suite

12:14 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | | |  Facebook

18/02/2011

Y'EN A MARRE

logo.gif

Lire la suite

09:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

17/01/2011

Securité? Keskseksa?

douane.jpg

Lire la suite

23:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

16/11/2010

CEVA: la France prend les petits Suisses pour des flans

20070122_CEVA_quai.jpg

Lire la suite

07:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | | |  Facebook

21/10/2010

MCG : Mais C’est Génial !

mouammar-kadhafi-350x487.jpg

Lire la suite

23:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | | |  Facebook