29/11/2016

Les syndicats genevois au secours des collectivités françaises

Décidément, on y perd son latin, ou ce qu'il en reste.
Après avoir dit tout le mal qu'elle pensait de la priorité à l'emploi pour nos résidents (lien), la présidente de la CGAS (Communauté genevoise d'action syndicale), dans une harangue publiée le 16 novembre dans la Tribune de Genève, sous le titre "Imposition: RIE III nuit au Grand Genève", nous exprime son amour pour ce Grand Genève, à l'inverse des récents propos de Pascal Broulis.
Jugez un peu:

"En creusant l'écat de l'imposition des entreprises entre la France (33%) et Genève (13,5% selon le projet du Conseil d'Etat), RIE III va creuser le déséquilibre entre Genève, où se concentre la très grande majorité des emplois de la région, et la France voisine, qui connaît une très forte croissance de sa population résidente..(et)..certaines entreprises sises en France voisine pourraient être tentées d'établir leur siège à Genève pour bénéficier d'une fiscalité et de charges sociales plus basses, faisant ainsi perdre des revenus fiscaux aux collectivités françaises".

Moi qui croyais que le niveau de vie des travailleuses et des travailleurs était la préoccupation constante de nos syndicats.
Moi qui croyais aussi que les syndicats luttaient contre le dumping salarial et défendaient les intérêts des travailleurs des deux côtés de la frontière en pourchassant les entreprises qui ne recrutent des frontaliers que pour les rémunérer moins chers tout en affirmant qu'il auraient des compétences introuvables à Genève.
J'ai dû sans doute rater un épisode. A moins tout simplement que la composition du sociétariat de nos syndicats, au vu du marketing appuyé déployé auprès des travailleurs frontaliers, n'ait fini par infléchir leur politique (lien).
Entre davantage de cotisants et moins de chômeurs, nos syndicats auraient donc choisi?

Trêve de plaisanterie.…Bornons-nous à retenir qu'il est préférable à leurs yeux que la rémunération salariale se fasse sur des bases françaises, à condition que ces "profiteurs de patrons" payent un maximum d'impôts, peu importe où.

Que nos syndicats se rassurent; si d'aventure des entreprises françaises devaient venir s'installer à Genève:
1. Cela réduirait les conséquences fiscales de l'indispensable réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), tant décriées par les mêmes syndicats,
2. Les rétrocessions d'impôts sur les salaires des travailleurs désormais devenus frontaliers profiteraient davantage aux collectivités locales que les impôts perdus sur les personnes morales délocalisées à Genève.

Dire que l'on a cru un instant que la Mairie de St-Julien serait moins fleurie! On a eu chaud!

00:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook