21/12/2015

Corruption swiss made, suite et (pas) fin

photo.s.JPGLe 6 novembre dernier, je publiais un billet mettant en évidence les liens indécents existant entre une majorité de Conseillers aux Etats siégeant dans la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS) et les assureurs de notre pays
( http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2015/11/06/corruption-swiss-made-271537.html ).
Je déplorais alors le caractère désespéré de toute action législative fédérale visant à améliorer le sort des assurés, et à leur donner des moyens efficaces pour faire contre-poids au pouvoir croissant de nos assureurs maladie.

Depuis lors, les élections fédérales sont passées par là, sans rien améliorer à la situation, bien au contraire, puisqu'il est à peu près certain désormais que rien de fondamental ne changera dans ce domaine, et qu'il y a tout lieu de craindre que les attaques contre le libre choix du médecin, auquel nous tenons tous, vont se multiplier.

Voyons cela de plus près, tout en rappelant, en préambule, pour celles et ceux qui ne seraient pas d'assidus observateurs de la politique fédérale, que l'UDC et le PLR, sont les fers de lances de nos assureurs, souvent appuyés par le PDC d'ailleurs, tant il est vrai que l'on n'a toujours pas compris à droite, à l'exception de ceux qui l'ont très bien compris et instrumentalisent les premiers, qu'il ne s'agit pas ici d'un choix de société, mais de justice sociale et de bon sens:

Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des Etats
Membres: 13
Majorité: 7


PLR + UDC: 5
- Dittli Josef, PLR
- Eberle Roland, UDC, Vice-Président du Groupe Mutuel Assurances.
- Eder Joachim PLR. Membre du Conseil de Fondation de Sanitas, et Membre de Forum Santé pour tous.
- Keller-Sutter Karin, PLR, Membre de Bâloise Holding.
- Kuprecht Alex, UDC, Président de Forum Santé pour tous
PDC: 4:
- Graber Konrad, PDC, Membre du Conseil d'administration de CSS Assurances (Arcosana, Intras, Sangate), et Membre de Forum Santé pour tous
- Bischof Pirmin, PDC,
- Bischofberger Ivo, PDC, Membre du groupe de réflexion du Groupe Mutuel.
- Ettlin Erich, PDC,
PLR + UDC + PDC = 9, majorité absolue!

 

Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil National
Membres: 25
Majorité: 13


PLR + UDC + PBD: 13
- Cassis Ignazio, PLR, Président de Curafutura (association de assureurs maladie innovants...), Membre de Forum santé pour tous
- Brand Heinz, UDC, Président du comité de Santésuisse et de Tarifsuisse, Président de SKV (Fédération suisse pour les tâches communes des assureurs-maladie)
- Brunner Toni, UDC.
- de Courten Thomas, UDC, Membre du conseil de IG Biotech et de Intergenerika Biotech
- Frehner Sebastian, UDC, Membre du groupe de réflexion du Groupe Mutuel.
- Giezendanner Ulrich, UDC, Vice-Président du conseil de CPT/KPT.
- Herzog Verena, UDC.
- Hess Lorenz, PBD, Membre du conseil de Visana.
- Moret Isabelle, PLR.
- Alice Glauser, UDC, (remplace Guy Parmelin).
- Pezzati Bruno, PLR, Membre du groupe de réflexion du Groupe Mutuel, Membre du Forum santé pour tous.
- Schmid-Federer Barbara, UDC, Membre de Top Pharma Apotheke, Membre du Forum santé pour tous.
- Stahl Jürg, UDC, Membre du groupe de réflexion du Groupe Mutuel, Membre du Forum santé pour tous.

S'y ajoutent:
- Humbel Ruth, PDC, Membre du conseil de Concordia, Membre du Forum santé pour tous.
- Ingold Maia, PEV, Membre du Forum santé pour tous.
- Weibel Thomas, PDC, Membre de IG Biotech.

Cela fait donc 16 Conseiller Nationaux, majorité absolue encore, qui sont liés soit à des acteurs du domaine de la santé, soit à des partis directement impliqués auprès des assureurs-maladie suisses.

Dans ces conditions, comment espérer un débat démocratique, ouvert et seulement...intelligent, qui permette de faire adopter des solutions qui ne seraient pas préalablement validées par nos assureurs, quand elles n'émaneraient pas d'eux directement.


Mais n'ont-ils pas été élus démocratiquement me rétorquerez-vous? Certes. Mais si l'on conçoit aisément qu'un agriculteur élu l'ait été pour défendre l'agriculture, un industriel, pour soutenir notre industrie, et même un PLR pour porter les valeurs d'une économie libérale, ces parlementaires-là n'ont à l'évidence pas été élus pour défendre les assureurs-maladie et les lobbys de la pharma contre les assurés de notre pays.
Or, la majorité d'entre eux fait partie, au mieux, de Forum Santé pour tous, dont on peut apprécier les prises de position ( http://www.forumgesundheitschweiz.ch/index.php/points-de-vue.html ), et, au pire, d'un groupe de réflexion copieusement rémunéré du Groupe Mutuel, ou d'un conseil d'administration d'un assureur.

Il est donc regrettable de constater que seule une initiative populaire permettra des changements majeurs du système. Et cette initiative devra, cette fois-ci, être citoyenne, afin de ne pas être estampillée des couleurs de la gauche, et ne pas faire sombrer le débat dans une confrontation stérile gauche-droite, qui occulterait de vrai débat de fond, qui doit être celui de l'accès durable à une médecine de qualité à un coût supportable, ainsi que du libre choix de son médecin.

17:47 | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook

Commentaires

Belle démonstration. Merci !
Maintenant il s'agirait de lancer la machine. Qui le fera ? Le MCG ? Et avec quels relais au niveau national ?
Je ne pense pas que le vrai débat de fond soit lié à la qualité des soins à un prix supportable, mais bien à la réforme du système des commissions, phagocytées par les lobbies. Que le président soit un pro du domaine c'est certainement une bonne chose pour recadrer les débats. Il serait d'ailleurs souhaitable qu'il reste en place durant toute la législature. En revanche, les autres membres ne doivent pas pouvoir dégager des majorités aussi indécentes que celle dont vous nous avez fait la démonstration. C'est ça le vrai débat citoyen et démocratique. Le reste suivra. Et pas que dans le domaine de la santé.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2015/02/04/limites-de-la-democratie-parlementaire-264296.html

Écrit par : PIerre Jenni | 21/12/2015

Bonjour,
Sans créer de polémique mais vu que le montant des primes qui ont exagéré démesurément et que l'OAMal ne peut pas vérifier la bonne application de la LAMAL de par la présence de parlementaires au sein des conseils d'administration des assureurs privés, personnellement pour rompre l'omerta de nos autorités qui refusent d'entrer en matière, j'ai décidé de suspendre le paiement de mes primes maladie et de le déposer sur un compte bloqué tant et si longtemps que je n'obtiendrai pas satisfaction. De plus il serait bon comme je l'ai suggéré au DFI, de créer une association sans but lucratif d'Assuré Maladie (ASSMA) qui restituerait à ses membres les bénéfice de l'exercice de l'année par une diminution des primes plutôt que de se constituer comme le font ces compagnies privées su le dos de leurs assurés, un capital qu'ils placent dans l'immobilier dont ils louent les appartements aux assurés qui passent ainsi une seconde fois à la caisse ! BRAVO M. POGGIA d'avoir le courage d'afficher les couleurs.

Écrit par : LAVERGNAT | 23/12/2015

Mes félicitations Sr. Poggia pour cette courageuse critique,

Votre gestion dévoile qu'au fonds de vous se cache un véritable démocrate centriste loin des extêmes populistes qui vous portent.

Le problème que vous soulevez est le talon d'Achilles de notre démocratie suisse. On pourrait d'ailleurs étendre votre accusation à d'autres secteurs économiques. Il s'agit d'un sujet qui concerne toute la politique suisse. Pas seulement la santé.

Je souhaiterais toutefois vous entendre sur la compatibilité entre le système politique de milice et l'indépendence totale des représentants aux chambres.

Meilleures salutations.

Écrit par : Paolo Campolo | 23/12/2015

Bravo pour votre courage politique et votre franchise.

Le Peuple décide de à qui il désire remettre son Pouvoir de décision via la représentativité.
Mais, il est vrai que l'on peut se poser des questions sur le système. Est-ce que le problème ne serait pas beaucoup plus profond?
Je pense qu'aucun élu ne devrait avoir le droit de négliger le Peuple pour des intérêts personnels "obscures". Je crains que le problème soit ailleurs, dans le systeme de représentation. Certes il n'a de choix que dans certains candidats issus de partis politiques divers.
Je crois en la Démocratie, mais par le passé a Athène, elle se reposait sur l'engagement de tous les citoyens. Les systèmes d'élections ne datent que de l’après révolution française. Ce choix est étonnant.

Saviez vous que c'est le tirage au sort des élus qui est le plus Démocratique ? Cela existe toujours en Suisse mais sous une forme affaiblie.

Pourtant par le passé plusieurs cantons ont choisit le tirage au sort des citoyens représentants le Peuple.

Je me permets de citer Wikipedia sur le sujet (Tirage au sort en politique):
"Dans plusieurs cantons Suisses dont les cantons urbains de Fribourg (en 1650) ou Berne (1710), ainsi que des cantons ruraux comme Glaris (1638) et Schwytz (1692), le tirage au sort fut mis en place pour décider de l'attribution de certains offices. Le but de ces réformes était de palier les problèmes de corruption, de clientélisme ou d'enrichissement en cours de mandat qui subsistaient malgré plusieurs formes de contrôle. L'usage du tirage au sort persistât jusque dans les années 1830"

Et si la solution était sur cette voie ...

Écrit par : Steve Roeck | 30/12/2015

Les commentaires sont fermés.