06/11/2015

Corruption swiss made. Y'en a point comme nous!

 

image.jpg

Je n'ai pas été élu pour faire des courbettes et des ronds de jambes. Je n'ai pas été élu pour cirer des bottes ou, mieux encore, pour enfiler des pantoufles. Je l'ai été, du moins j'ai la prétention de le penser, pour dénoncer les perversions de notre système et pour tenter de rétablir la justice et l'équité, aussi longtemps que je le pourrai.

 

Alors souffrez, Mesdames et Messieurs les profiteursque je dénonce la corruption de vos esprits. Une corruption malheureusement encore bien légale, certesmais insoutenable aux yeux de l'élémentaire décence.

 

Avez-vous été élus pour porter le profit d'une minorité au-dessus de l'intérêt public?

Pourtant, en toute impunité, dans l'indifférence moite d'une opinion publique vascillant entre incrédulité et résignation, certains parlementaires ne sont impunément que les mercenaires d'intérêts privés. Et cela en toute transparence, dans l'indifférence des médias.

Chez nous tout n'est que charme et volupté. La culture du compromis a sombré dans la compromission.

Dans le domaine de l'assurance maladie sociale, qui n'a d'ailleurs plus de social que le nom, tout se fait au grand jour désormais. Avec le sourire s'il vous plait! Pourquoi se cacher quand la victoire est si proche?

Alors que la Fédération des médecins suisses (FMH) en est encore à défendre un concept révolu de médecine libérale avec une naïveté déconcertante, le Conseil des Etat, après le Conseil national, s'apprête à donner suite à une motion du conseiller national UDC zürichois Jurg Stahl, demandant...la suppression de l'obligation de contracter

 

 http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20133265

 

En d'autres termessi les coûts de la médecine ambulatoire augmentent au motif qu'il y a trop de médecins spécialistes, les assureurs feront le tri. Ils choisiront les médecins qu'ils entendent rembourser. Simple et efficace.

Que l'on se rassure, il n'y aura aucune limitation du libre choix de son médecin, bien sûr. Juste un petit détail: si le médecin choisi n'est pas sur la liste de votre assureur, il vous faudra le payer de votre poche!

Ainsi, avant de prendre rendez-vous avec un médecin, vous serez bien inspiré de veiller à ce que votre assureur l'ait bien fait figurer sur sa liste.

Quant aux médecins qui ne seront sur aucune liste, ils pourrontmourir économiquement avec la satisfaction béate d'exercer librement leur profession...Quoi de plus beau que de mourir libre!

Et la FMH, une fois de plus (une fois de trop) à côté de la plaque, à moins qu'elle ne soit compliceregarde le train passer.

Personne ne s'émeut du fait que le conseiller national Stahl ait son adresse postale au Groupe Mutuel 

 

http://www.parlament.ch/f/suche/pages/biografie.aspx?biografie_id=514

 

ni que 7 des 13 membres de la Commission de la santé du Conseil des Etats soient liés à des assureurs:

 

Ivo Bischofberger, AI, membre du Groupe de réflexion santé du Groupe Mutuel

Roland Eberle, TG, membre du Groupe de réflexion santé du Groupe Mutuel

Konrad Graber, LU, membre de la CSS

Felix Gutzwiller, ZH, membre de Sanitas et de Axa

Karin Keller-Sutter, SG, membre de Bâloise Holding

Alex Kuprecht, SZ, membre de Forum Santé Suisse

Urs Schwaller, FR, membre du Groupe Mutuel

 

Quant aux nouveaux élus, nous verrons bientôt, mais ne nous faisons aucune illusion.

 

Et voici, cerise sur le gâteau, que l'on vient nous proposer un candidat UDC au Conseil fédéral qui n'est autre que Heinz Brand, conseiller national des Grisons, président du conseil d'administration de ... santésuisse.

 

Ainsi la formule magique, nouvelle version, permettra "magiquement", par un tour de passe-passe de plus, à nos chers (très chers) assureurs de continuer impunément à danser sur notre ventre. Si vous avez des coliquesdemandez à votre assureur quel decin il vous autorise à consulter!

 

La vergogne est un sentiment désormais d'un temps révolu, et on se permet au Parlement fédéral ce que l'on s'interdirait au sein du plus modeste conseil d'administration. Nous savons que dans toute pomme il peut y avoir un ver; mais lorsqu'il est certain qu'il y a plus de vers que de pépins, l'avenir du pommier est en jeu.

 

00:33 | Lien permanent | Commentaires (34) | | |  Facebook

Commentaires

La corruption gangrène toutes les sociétés, la nôtre y compris.
Pascal Couchepin, le soumis à Revaz du Groupe Mutuel, a fait de nous, ses concitoyens, des esclaves.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 06/11/2015

Votre longue adresse URL précitée raccourcie par nos soins:

http://tinyurl.com/o7q43px

(Vous auriez pu la rendre active dans le corps de votre texte)

Pour le reste, votre texte de blog est très intéressant. Merci pour cette mise en garde contre une manoeuvre toxique.

Écrit par : jaw | 06/11/2015

Bravo et merci pour ce texte courageux !
J'espère que les genevois n'enverrons pas à Berne, pour les représenter, un ancien chef de l'UBS et actuel président de la Chambre Genevois Immobilière...

Écrit par : Jean Dekkers | 06/11/2015

La majorité des élus qui siègent à Berne sont des lobbyistes représentent les intérêts financiers de groupes privés avant ceux du peuple qui les ont élus: Quel Scoop!

Cela démontre principalement les limites de notre système de parlement de milice, qui, certes n'est pas majoritairement composé de technocrates et autres politiciens professionnels déconnectés de la réalité comme c'est le cas chez certains de nos voisins européens, mais qui à la place propulse des lobbyistes qui oublient trop souvent que ce ne sont pas leurs intérêts ou ceux de leur patron qu'ils sont censés représenter à Berne.

La corruption et la politique sont deux choses complètement indissociables quoique vous fassiez. L'être humain est par définition corrompu et n'hésitera jamais à sacrifier plusieurs de ses emblables pour améliorer son confort personnel. Les gens "honnêtes" et un peu naïfs comme vous et moi ne peuvent malheureusement que déplorer cet état de fait dans l'impuissance la plus totale.

Écrit par : asdf | 06/11/2015

A asdf: oui, nous savons qu'un parlement de "milice", comme nous l'appelons, comporte obligatoirement des personnes qui ont des liens d'intérêts avec l'économie. Cela est même normal. Ce qui l'est moins, par contre, c'est que tous les élus faisant partie de conseils d'administrations en lien avec les assurances maladie sont dans les commissions de la santé, qui déterminent la politique dans ce domaine, puisque les groupes politiques se bornent ensuite à suivre l'avis de "leurs" spécialistes. Cela est pire encore lorsque c'est la majorité desdites commissions qui présente de tels liens incestueux.

Écrit par : mauro poggia | 06/11/2015

"Pays de merde !" diraient les jeunes en vous lisant. Heureusement, pour eux, que les jeunes ont d'autres distractions.

Écrit par : Mère-Grand | 06/11/2015

Y a même des Elisabeth Koop qui faisaient du lobbying pour les caïds du trafique de drogues !

Écrit par : Corto | 06/11/2015

Le pire Mauro Poggia, est que l'assurance maladie, personne n'y peut y échapper car, tout les résidents, à partir du troisième mois, sont obligés de contracter.

Alors, milice ou bien pas ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 06/11/2015

Notre Gouvernement Suisse tient-il encore les rênes du contrôle de notre sécurité ou cherche t'il le chaos ???????

L’arrivée massive de requérants d’asile (ou faux réfugiés économiques) devient un véritable casse-tête, pour les Cantons Suisses, qui est réfugié, qui ment, qui essaie de nous berner ????
En Suisse une majorité vient de Somalie ou d’Erythrée, mais nous savons aussi que beaucoup d’entre eux profitant des prestations sociales, rentrent dans leur pays, en achetant leur billet d’avion en Allemagne ou en Hollande……c’est ce que l’on appelle se foutre de la gueule de la Suisse et de ses citoyens…..
Il s’agit d’une crise migratoire d’une ampleur démentielle, Par contre, on admettra que cette crise des “migrants-réfugiés”, malgré le désordre et le désarroi considérables qu’elle cause, a la vertu essentielle de l’anti-Système elle déstabilise l’actuel pouvoir Suisse. Elle en a la capacité à cause de sa dynamique. En effet, il s’agit d’une crise qui dure et s’amplifie constamment parce que le flot de “migrants-réfugiés” ne cesse pas ; elle ne peut être enterrée dans ses effets comme c’est souvent le cas dans les appareils politiques de la Suisse ; au contraire, elle ne cesse de s’exacerber avec des effets grandissants sur la position des différents acteurs politiques qui songent toujours à leur électorat au détriment de notre sécurité, dont ils n'en on rien à faire pourvu qu'ils soient élus.... Et c’est pour cette raison qu’on peut juger comme très sérieuse la situation où se trouve notre pays. Le Gouvernement suisse, qui est un bon gestionnaire lorsqu’il s’agit de défendre le franc suisse n’a rien d’une Jeanne d’Arc capable de soulever l’enthousiasme patriotique d’une nation. Par ailleurs, la querelle des camps de réfugiés n’a pas la grandeur d’une mission divine qui est de forcer le destin pour faire couronner un roi aux abois dans la cathédrale de Reims, en plein pays bourguignon. Nos dirigeants suisses sont mal équipés pour affronter des temps héroïques.
L’éventuelle démission de Merkel est aujourd’hui une possibilité catastrophique qui peut survenir d’un jour à l’autre pensent, les gens interrogés, et cette possibilité entraînerait l’éclatement, c’est-à-dire la fin de l’Europe type-UE-standard. C’est une belle et bonne perspective, due à des gens de l’envergure qui convient, et le toutou suisse de Merkel lui survivra...ou lui succombera..
De plus en plus nombreux sont les Suisses qui estiment que la politique d'ouverture totale des frontières, pratiquée par la boboterie de Berne, est en train de mener rapidement le pays au bord d’une crise sanitaire et sécuritaire inédite, tandis que le nombre de migrants clandestins ne cesse de grandir et que l’hiver approche. Il semblerait, la classe politique est gagnée par la panique au lieu d'essayer d'élaborer un plan anti-crise. Dans le même temps, le ton du mouvement suisse de l’U.D.C islamophobe à l’égard du gouvernement s’est nettement durci à mesure que des de milliers de réfugiés affluent en Suisse, de loin le premier pays d’accueil en Europe par rapport à sa population. Les attaques des nationalistes contre la politique migratoire de Berne , deviennent de plus en plus fréquentes et agressives. Ils exigent l’application de la votation populaire sur l’immigration de masse... que le Gouvernement fait tout pour en retarder son application….on peut se poser la question ….. dans quel but…? pourquoi?…magouille ou pas ?»

« ...Pour la première fois depuis la chute en 1945 du Troisième Reich, le recours à un discours raciste et fascisant est devenu partie intégrante de la rhétorique politique quotidienne. Pas un jour ne se passe sans que les médias invitent des représentants des partis d’extrême droite comme l’Alternative pour l’Allemagne (‘Alternative für Deutschland’, AfD) et le mouvement férocement anti-immigrés Pegida pour qu’ils déversent leur démagogie fascisante devant tout le pays. La semaine dernière, le dirigeant de l’AfD, Björn Höcke, était apparu à la télévision avec un drapeau allemand pour raviver le mythe national-chauvin d’une Allemagne de mille ans. Les sous-entendus de ses vitupérations – à savoir que l’Allemagne devrait préserver sa pureté raciale par rapport aux influences étrangères – ne pouval est grand temps que nous arrachions le sort du peuple allemand des mains de Merkel.

Il faut dire aussi que l'inertie et l'incompétence des autorités Suisses permettent toutes les craintes et tous les fantasmes. Incapables de voir si les documents des sois disant réfugiés, leur permettant de voyager sont authentiques ou faux…de ne pas pouvoir évaluer, l’âge réel de ces sois disant mineurs venu seuls demander l'asile en Suisse ....?????…. On se demande s'il y a encore un pilote dans l'avion, s'ils ne sont pas devenus fou la haut à Berne…..
Il y a de quoi être inquiet. Ces politiciens sont-ils en train de rouvrir la boite de pandore d'une Suisse féodale guerrière. Se rendent-ils compte que dos au mur, les Suisses d'origine mais aussi les anciens immigrés qui ont fait d'énormes efforts d'intégration pour s'assimiler dans notre pays, ne vont certainement pas se laisser faire et vont aller puiser au fond d'eux même la force de résister et que pour ça il va falloir faire sauter toutes les strates de civilisation qui avaient lentement formé notre réalité anthropologique.

Les politiciens veulent de la Suisse, qu’elle devienne la risée populaire, passant de Volksvertreter [représentants du peuple] à Volksverräter [traîtres au peuple] ne valent pas mieux. Nous sommes donc incapables de voir ce qui se passe réellement là-bas, comme l'Union européenne est en train, selon les mots du ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Lavrov, de se suicider en laissant entrer les hordes d'invasion du Moyen-Orient. On ne peut que lui donner raison....

Le nombre réel de ces faux réfugiés est probablement beaucoup plus grand que ce que notre Gouvernement nous dit. Presque tous les camps sont débordés avec beaucoup plus de personnes qu’annoncé par les médias. Certaines villes sont contraintes de faire face à un nombre de réfugiés qui fait plus que doubler.

Demandez-vous, pourquoi des millions d’hommes – l’écrasante majorité sont des hommes jeunes – ont soudainement et collectivement décidé de laisser leurs familles derrière eux, de quitter leur pays, de voyager sur des milliers de kilomètres avec en tête des destinations spécifiques comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Suisse, la Suède, en ignorant tous les autres pays sûrs en chemin ? Qui leur a dit que cela en valait la peine ? Où ont-ils tous obtenu de l’argent pour payer cela ? Pourquoi n’y a-t-il eu absolument aucun effort aux frontières pour les arrêter ? Pourquoi cela n’a-t-il pas commencé plus tôt ?

Après tout, le Moyen-Orient est une zone de guerre depuis des années, depuis que les États-Unis ont exploité le 9/11 pour commencer à propager la démocratie. Comment cela a-t-il pu se produire en quelques jours, quelques semaines au plus.

Est-ce que les cent mille premiers ont envoyé un message aux autres pour leur dire qu’ils pouvaient venir eux aussi ? Si oui, comment ?
Observons avec attention. les caractéristiques du réfugié moyen. Pourquoi sont-ils tous bien nourris, bien vêtus, des hommes jeunes, sûrs d’eux, ne montrant aucun signe de stress ou de difficultés ?
Pourquoi ont-ils laissé leurs familles derrière eux ? Savent-ils que leurs épouses et leurs enfants pourront les suivre plus tard ? Si oui, comment ?

Pourquoi ces hommes ne veulent-ils pas rester là-bas pour essayer de sauver leur pays ?

Pourquoi ont-ils tous des téléphones portables de qualité et comment possèdent-ils un crédit de communication apparemment sans fin ? Il est clair que les réfugiés ont été précisément informés du genre d’avantages sociaux qu’ils peuvent exiger, et comment s’y prendre pour le faire, et donc ils sont audacieux et deviennent violent s’ils rencontrent une résistance. Ils exigent même des traitements médicaux coûteux, qui sont accordés et pris pour acquis.

Pourquoi ? Il n’y a aucune vérification des antécédents pour quiconque, naturellement, parce qu’il n’y a pas le temps, pour faire dix mille ou plus, de ces vérifications d’antécédents chaque jour. Pour ce que nous savons, ces personnes pourraient être des criminels, des mercenaires ou des terroristes. Un nombre inconnu à des maladies graves, telles que l’hépatite, la tuberculose et même la peste. Personne ne garde de trace de cela, personne ne l’enregistre, personne ne limite leur liberté de mouvement. Ceux qui se laissent enregistrer, ont la plupart du temps des passeports syriens falsifiés émis en Turquie, distribués comme des bonbons, même pour des Africains noirs qui ne ressemblent en rien à des Syriens. Des dizaines de milliers de réfugiés disparaissent de leurs camps. Certains ont même arrêté les trains spéciaux à mi-chemin de leurs destinations en tirant le frein d’urgence et ont disparu sans laisser de traces. Où et pourquoi ? On ne le sait pas. Personne ne pose de questions, mais ce qui est clair, c’est que nous avons complètement perdu le contrôle sur le territoire Suisse.

Si des millions de personnes doivent fuir un péril immédiat, il y a beaucoup de façons différentes pour en prendre soin sans mettre en danger l’intégrité de la Suisse et ruiner plusieurs budgets cantonnaux. Mais au lieu de discuter de ce qui doit être fait, comment le faire et comment payer pour cela, le plan semblait être prédéterminé, décidé et fixé depuis longtemps.

Aujourd’hui, s’opposer à la politique du gouvernement concernant les réfugiés, est sévèrement insultée et étiquetée comme extrémiste de droite, criminel haineux et dangereux pour la société. Un certain parti politique UDC a été mis en avant et persécutés en public à l’aide de vastes campagnes de diffamation. Pourquoi posez-vous la question…..-, même si je n’adhère pas à toutes leurs théories, elles ont été acceptées démocratiquement par le peuple et donc doivent être appliquées sans conditions…..

La presse Suisse a t’elle ont reçu l’ordre de supprimer les rapports sur tous les crimes que les réfugiés commettent????, de sorte que vous n’en trouverez pas dans la presse, ni même dans les rapports de police.

Mais si vous demandez autour de vous, vous entendrez beaucoup d’histoires sur les agressions et les viols qui sévissent dans chaque ville et de nombreuses communes en Suisse.

Pour faire court, tout le bon sens politique et l’instinct humain interdiraient un tel comportement irresponsable et potentiellement irréversible, pour ne pas mentionner qu’il est illégal. Son résultat final est clairement visible, c’est soit la ruine de la Suisse et de l’Europe, principalement des pays ciblés par les réfugiés, l’Allemagne, l’Autriche et la Suède, Suisse soit la guerre. Je ne crois pas que des coïncidences ou une stupidité de cette ampleur soient possibles, il ne peut s’agir que de trahison ou de haute trahison.

Le reste de la société organisée est tout aussi traître. La presse s’est elle-même ouvertement déclarée ennemi de la démocratie et du public en général, et au mieux collaboratrice. L’église, même si elle est immédiatement menacée par un Islam violent, prie pour plus d’immigrants, condamnant les personnes qui osent émettre des doutes. L’intelligentsia est silencieuse ou applaudit leur (notre) altruisme. La trahison est complète. La police et l’armée sont complètement dépassées. L’armée a été réduite en taille depuis longtemps au point de la rendre d’une inefficacité totale et cela a été souligné par des missions internationales. La police n’est tout simplement pas équipée pour gérer des millions d’ennemis potentiels se déployant dans toute l’Europe, en attendant l’ordre d’attaquer.

CQFD Philippe Frioud

Écrit par : frioud | 06/11/2015

Voir le conflit d'intérêt auprès des 8 membres de la Commission de la santé du Conseil des Etats me fait penser que quelque chose dysfonctionne auprès de la Chancelière fédérale (qui représente dignement le PDC et aime la First Class en avion). Pourquoi diable demander les liens intérets aux députés et sénateurs si l'on ne voit pas le conflit ... dans ces liens d'intérêt.
Le problème est donc à la base, c'est le professionnalisme, l'intégrité et l'éthique des hauts fonctiomnaires, ici à la Chancellerie.
De plus, n'oublions pas les cadres dont l'Etat de Genève s'est débarassé (même dans votre Département) et qui ont intégré la Confédération; ça promet.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 06/11/2015

Ca me rappelle une séquence vue à la TSR où Christian Lüscher expliquait, pratiquement la larme à l'oeil, qu'il savait évidemment faire la différence entre ses mandats de conseils d'administrations et ses mandats de députés et qu'aucune confusion ne pouvait être possible.

Notre démocratie représentative, en tout cas au niveau fédéral, n'est qu'une farce!

Écrit par : El Captain | 06/11/2015

Heinz Brand, président de santésuisse et conseillers national UDC, le parti allié du MCG, donc...

Écrit par : Jacques ROBERT | 06/11/2015

Bien que l'article vise juste (je travaille dans le milieu des assurances sociales), je sens malheureusement venir le coup d'épée dans l'eau.

En tant que citoyen, à quand le lien d'intérêt affiché, lobbyistes invités, etc. imprimé noir sur blanc sur les bulletins d'élection?
La profession, très inutile, ne préfigure pas vraiment les intentions de vote du député.

La démocratie fera le ménage...

Écrit par : Roberto | 06/11/2015

Le problème dans une commission santé, c'est que lorsque l'on cherche quelqu'un qui connaisse un minimum le domaine de la santé, on tombe sur un médecin, un responsable d'hôpital, un pharmacien ou un assureur.

Mais il est clair qu'il y a trop de représentants des assureurs dans cette commission Santé !

Écrit par : MC | 06/11/2015

Par ailleurs, vous avez été longtemps président de l'Association suisse des assurés (ASSUAS).

Vous n'avez fait que reproduire, du coté des assurés, ce que vous reprochez à ceux qui sont du côté des assureurs. Corruption swiss made ?

Bon je vous l'accorde vous l'avez fait en tant qu'avocat, après un très long combat personnel contre un assureur (Groupe Mutuel). Mais vous ne pouvez pas nier que cela oriente aussi votre position dans le débat (d'autant plus que beaucoup des politiciens que vous dénoncez sont liés au Groupe Mutuel).

En résumé, vous avez entièrement raison sur le fonds, un peu moins sur la forme.

Écrit par : MC | 06/11/2015

A MC. Oui, vous avez raison. Les personnes qui ont voté pour moi et qui m'ont envoyé au conseil national l'ont certainement fait aussi et surtout compte tenu de la défense des assurés que j'avais exprimée. Mais, d'une part, cela était parfaitement clair, et j'ai siégé comme indépendant précisément pour ne pas être en conflit d'intérêts, ce qui n'est pas le cas des lobbyistes des assureurs; d'autre part, il n'y a jamais eu dans une commission de la santé une majorité de représentants des assurés, ce dont les assureurs auraient alors pu se plaindre.
Dans un parlement comme le nôtre, il est incontournable que des liens d'intérêts existent, mais il est de la responsabilité des partis politiques de faire en sorte de ne pas envoyer tous ces lobbyistes au même endroit, faute de devenir complices d'une politique des "petits copains".

Écrit par : mauro poggia | 06/11/2015

Merci pour ce billet, c'est courageux de votre part, j'espère que vous serez suivis par d'autres politiciens.

François

Écrit par : François | 06/11/2015

Tant qu'a faire, et par soucis d'honnêteté, vous auriez pu ajouter les partis des membres de cette commission qui sont en conflit d'intérêt:
Je le fais pour vous, ne dites pas merci:

Ivo Bischofberger, AI, PDC
Roland Eberle, TG, UDC
Konrad Graber, LU, PDC
Felix Gutzwiller, ZH, PLR
Karin Keller-Sutter, SG, PLR
Alex Kuprecht, SZ, UDC
Urs Schwaller, FR, PDC

Je vous fais le résumé?
3 PDC
3 UDC
2 PLR

Merci qui? Merci la droite!!!

Ce qui est sûr, c'est qu'avec ce genre de représentants, il ne faut pas s'étonner que ce soit TOUJOURS l'assuré qui paie...

Écrit par : lefredo | 06/11/2015

Mauro Poggia, en un mot, un seul, vous êtes le seul, l'unique représentant des assurés.

Je vous ai écrit un article, en hommage à votre lutte contre les assureurs, il y a déjà un moment ...

Merci pour tous vos efforts !

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 06/11/2015

D'abord Heinz Brand n'est pas encore proposé comme candidat officiel, que je sache!
Et moi j'aimerai bien maintenant que vous nous parliez de qui finance tous les réfugiés et autres demandeurs d'asile qui reçoivent gracieusement des soins en tous genre, jusqu'au dentiste.....

Qui paient leurs primes, puisqu'ils devraient être obligatoirement assurés?

On apprend aujourd'hui qu'il y a des problèmes de remboursement pour des soins de traitements de gale....je doute que cela provienne de nos concitoyens!

Écrit par : Corélande | 06/11/2015

Je ne me félicite jamais autant d'avoir couché votre nom sur mon bulletin que lorsque vous poussez ce genre de coup de gueule.
Mais je persiste à penser que les commissions mériteraient d'être présidées par des professionnels du domaine concerné. La rotation des représentants est trop importante et les députés qui siègent débarquent sans avoir la moindre notion de l'historique. Ils sont condamnés à suivre les directives de leur groupe qui définit les stratégies en caucus.
Le système de milice garde toute sa valeur pour autant que le lead soit assuré par une personne compétente et concernée qui tient son poste durant la durée de la législature au moins. Diaboliser son appartenance à un lobby ne fera que discréditer son expertise sans proposer d'alternative crédible.
Merci pour ce franc parlé !

Écrit par : PIerre Jenni | 06/11/2015

A la lumière des explications ci-dessus ... le problème est la représentativité des partis dans ces Commissions.
Mais qui est si bête pour voter à droite ses représentants lorsqu'il est un individu venant de la masse populaire?
Lorsqu'on fait une erreur une fois, qui est si bête de re-voter à droite lorsqu'il n'est pas défendu par ces partis de droite?

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 06/11/2015

Après 25 ans de corruption, la jeunesse roumaine se réveille et proteste.
Quand la jeunesse (et pas seulement) suisse va-t-elle en faire de même ?

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 06/11/2015

@Victor-Liviu Dumitrescu

"Le pire Mauro Poggia, est que l'assurance maladie, personne n'y peut y échapper car, tout les résidents, à partir du troisième mois, sont obligés de contracter."

Oui? Sauf que:

Epidémie de Gale importée par les requérants: Les Suisses passent à la caisse

ND Christian Hofer: A noter que les Suisses sont contraints de payer encore pour leurs propres soins puisque l'assurance de base ne le fait pas, contrairement aux requérants et aux déboutés qui n'ont jamais cotisé ni payé une caisse maladie. Non seulement nous payons pour ces gens, mais encore la Confédération nous abandonne totalement si nous contractons cette maladie. L'inégalité choquante cautionnée par toute cette gauche bien-pensante.

Les cas de gale se sont multipliés depuis 2013, avec notamment l’arrivée de nombreux migrants. On parle désormais officiellement d’épidémie dans les centres d’enregistrement et les abris PC qui accueillent ces populations.

Face à cette maladie cutanée, qui touche aussi la population suisse, les individus sont inégaux face au remboursement du traitement.

Comme aucune pharma indigène ne le produit, ce médicament, qui coûte des centaines de francs, doit être importé. Or, les assurances de base ne sont pas obligées de le rembourser, car l’institut Swissmedic ne l’a pas commercialisé sur le marché helvétique, selon une pharmacienne. Les assurés risquent bien de devoir le payer de leur poche.

Le topo est différent pour les requérants d’asile. «Ils sont couverts dans le canton de Vaud, leur traitement est donc pris en charge, tout comme les cas de non-entrée en matière et les requérants déboutés», déclare le Dr Patrick Bodenmann, de la Policlinique médicale universitaire lausannoise (PMU).

Source

http://lesobservateurs.ch/2015/11/06/epidemie-de-gale-importee-requerants-suisses-passent-a-caisse/

Écrit par : Patoucha | 06/11/2015

Et tous ces politiciens qui siègent dans ces sociétés vite faites autour des projets de parcs éoliens, on en parle? Si il y a un milieu corrompu c'est bien celui de l'énergie. Mais depuis qu'elle transite et se déguise en vert tout-le-monde fait semblant de rien: ici on défend ses intérêts sous prétexte d'intérêt général. Le jour où nous saurons exactement qui a encaissé les 80 millions envolé sous le vent des SIG nous pourrons parler de volonté politique d'attaquer les problèmes de la corruption et des lobbys, sinon tout cela reste de l'opportunisme électorale, des mots, du vent.

Écrit par : Adelita Villat | 06/11/2015

Bravo merci pour ces infos qui font froid dans le dos mais comment faire pour stopper la spirale infernale des caisses maladies qui chaque annèes nous imposent des augmentations de cotisations cette année à Geneve environ 7 pour 100 ??? Cela et de la dictature nous sommes pris en otage par les compagnies d assurances qui nous imposent leurs tarifs exorbitants pour compenser les pertes des mauvais payeurs profiteurs , étrangers , immigrés de toutes confessions qui finiront par nous écraser par leur invasion qui et en marche depuis très longtemps , peuple Suisse réveille - toi s il n'est pas trop tart réagi vite et fermement contre cette anarchie et ce politiquement correct de façade des élus de tous bords qui se font des courbettes er sourires entendus dans les réceptions , conférences , séminaires , cocktails , etc etc ABSTENTIONISTES DE TOUS BORDS AGISSONS PAR UN VOTE FORT salutations à tous S M

Écrit par : Sapey michel | 07/11/2015

Merci Monsieur Poggia,
Actuellement il en est de même pour la commission de la santé du National.
La question est, que peut-on faire, par quel moyen enrayer cette corruption ?
Il faut tout de même constater que l'auto-censure des journalistes et de la presse en général fait que les sujets de ce genre sont tus.
Salutations
JCMo

Écrit par : JCMo | 07/11/2015

C'est le système même de démocratie représentative par élection qui permet la corruption.

La question a été abordée par un intellectuel français, et des sympathisants ont mis en place un site abordant des alternatives qui substituerait l'élection par le tirage au sort : http://www.le-message.org/?lang=fr

Écrit par : El Captain | 07/11/2015

Quoi de 9? Le système auto nommé démocratique suisse est maffieux. Combien de parlementaires achetés par les banques et autres traders, en toute légalité et depuis toujours? Dans des pays démocratiques, la moitié de nos conseillers nationaux serait en taule! Il y a une abondante littérature sur le sujet : Qui dirige la Suisse? etc.

Écrit par : kunzi | 07/11/2015

La motion de Jurg Stahl date du 22.03.2013

Pourquoi avoir tant attendu pour publier ce "pamphlet" ?

N'aurait t'il pas été + puissamment entendu hors d'une élection ?

Écrit par : Steve Roeck | 07/11/2015

À Steve Roeck: le 10 octobre 2014 je signalais déjà les risques de la Motion Stahl
http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2014/10/10/sans-vergogne-aucune-260596.html

Écrit par : mauro poggia | 07/11/2015

La solution passera par l'abolition de l'obligation de s'assurer. Juste
l'assurance hospitalisation serait nécessaire et obligatoire.
Pour le reste on choisit et l'assurance de base serait facultative.

Une telle quantité de monde s'est fait du fric sur le dos des assurés qu'il est grand temps de mettre un terme à cette escroquerie qui nous a été concoctée par la socialiste ruth dreyfuss!

Écrit par : Corélande | 07/11/2015

Il fut un temps pas si lointain où tous les partis institutionnels (sauf les Verts trop nouveaux) étaient liés au lobby des assureurs-maladie, parti socialiste y compris notamment au travers de syndicats. C'était il y a 15-20 ans, avant l'arrivée du MCG et avant le projet de caisse unique (qui a échoué aussi en raison de la politisation du PS et du manque de soutien de politiques du centre ou de la droite favorables à ce projet, mais également en raison des millions investis dans la campagnes).
Les solutions existent aussi en dehors de la caisse unique, mais il faut s'opposer au lobby des caisses-maladie comme l'a bien compris Mauro Poggia. C'est là le blocage central qui, parmi d'autres phénomènes comme la suppression du secret bancaire, ruine notre pays.
Le temps est venu de dénoncer, pour le bien et l'avenir de la démocratie suisse.

Écrit par : François Baertschi | 07/11/2015

Bravo à vous pour votre blog dénonciateur.
Je retrouve d'un coup le Mauro Poggia grand défenseur des assurés et pourfendeur des assurances maladie comme je pouvais l'apprécier il y a des années.
Je reste toujours et encore en tant que médecin disponible pour défendre les assurés (comme je vous l'avais proposé il y a bien des années)
Encore merci pour votre coup de gueule bien utile.
Que votre proposition soit rapidement mise en pratique!

Écrit par : Deslarzes Béatrice | 08/11/2015

Les commentaires sont fermés.