01/02/2015

La courte mémoire de l'Allemagne

 

"Il n'est pas question d'effacer, même partiellement, la dette de la Grèce", nous assène péremptoirement Madame la chancelière Angela Merkel, avec l'arrogance d'une Allemagne qui considère qu'elle ne doit sa prospérité qu'à la seule force de son travail.

( http://www.tdg.ch/monde/lutte-austerite-athenes-cherche-allies-europe/story/22439840 ).

Pourtant, aucun autre pays européen n'a autant profité d'effacements successifs d'ardoises. Ainsi, entre 1924 et 1929, la République de Weimar se relevait de la Première Guerre mondiale grâce aux crédits accordés par les Etats-Unis, lorsque la crise de 1931 lui a permis d'obtenir, à Lausanne, en 1932, un abandon de créance de la part des Alliés pour plus de 6 milliards de Deutsche Marks.

Les pillages du régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale ne sont un mystère pour personne, pas plus que les dettes que le Reich impose alors aux pays conquis, et que ceux-ci sont contraints d'honorer. Pourtant, une fois la guerre terminée, et afin de se garantir un rempart contre le communisme menaçant, les Etats-Unis imposent en février 1953, dans l'Accord de Londres, un nouvel abandon de créances, la dette de la RFA passant de 15 à 7 milliards de Deutsche Marks. Il s'agit alors de ne pas mettre en péril le miracle économique allemand, alors que le reste de l'Europe, exsangue, se redresse péniblement des destructions de la guerre. La dette est divisée par deux, pour ne pas faire supporter à la RFA la part de la RDA, passée dans le bloc de l'Est. 

Il est néanmoins prévu qu'en cas de réunificxation allemande, le solde de la dette renaîtrait. Ce qui n'a pas empêché le chancelier Helmut Kohl, en 1990, de refuser d'appliquer cette clause à peine le Mur tombé...

( voir sur ce sujet : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/8d9e8f32-d815-11e1-b6c7-87316167502b/1953_le_tournant_qui_a_permis_%C3%A0_lAllemagne_de_rebondir )

C'est donc dire si l'intransigeance allemande laisse perplexe. Ce n'est pas, contrairement au discours récurrent, la fourmi qui demande à la cigale ce qu'elle a fait tout l'été, mais bien l'arrogance d'un remarquable profiteur du siècle dernier, qui voudrait se donner des airs de moralisateur.

Autant la Grèce doit entamer des réformes profondes plutôt que de reprendre, comme elle semble le faire, les catastrophiques habitudes du passé, autant l'Allemagne n'a pas à se présenter en donneur de leçons...car il pourrait venir à l'esprit de certains de refaire les comptes et de lui demander d'honorer ses dettes, avec la même intransigeance dont elle sait faire preuve.

15:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (22) | | |  Facebook

Commentaires

+1000

Écrit par : Johann | 01/02/2015

Au regret d'avoir à vous contredire, mais Madame Merkel a parfaitement raison. La Grèce a eu des gouvernements voyous, pendant des années. Ils ont volé, menti, détourné, et que savons-nous encore.

Et tant que la Grèce, son gouvernement et ses citoyens ne seront pas contraints à faire le grand ménage chez eux, il n'y a aucune raison de changer de position. C'est n'est pas Syriza qui changera quoique ce soit.

Écrit par : Déblogueur | 01/02/2015

Quant on retourne en arrière, il faut se méfier des effets secondaires. Les Italiens avant les Allemands n'ont pas laissé de très bons souvenirs en Grèce et leurs crimes de guerre n'ont pas été jugés. Parlons de ceux-ci avant des dettes de guerre allemandes...

Écrit par : Géo | 01/02/2015

Ce sont tous les pays de l'UE qui vont de voir décider et non un seul pays : Mme Merkel n'est pas seule à décider !

Écrit par : Marie | 01/02/2015

Ce que l'auteur du billet semble oublier est que la Grèce en tant que membre de l'UE avait pris des engagements comme tout les membres pour réduire son endettement et son déficit. Non seulement elle n'a pas respecté ses engagements mais en plus elle a falsifié ses comptes.

Alors que le RFA bien qu'elle fut favorisée par des effacements de dettes ne c'est pas comporté par la suite comme une irresponsable dans sa gestion en se foutant de l'a gueule de ses créanciers comme l'a fait la Grèce.

C'est normal que quand on paie pour un pays en faillite on doit attendre en retour un effort de ce dernier.

D.J

Écrit par : D.J | 01/02/2015

Géo en vous lisant je me dis que si on continue à vouloir juger tous les responsables dans 20 ans nos arrières petits enfants en seront encore à pianoter comme nous
Tout bon parent vous dira, on attend pas qu'une tête de mule veuille bien rentrer dans le rang pour prendre les décisions qui s'imposent
Marie a raison mais Dame Merkel s'imagine peut-être en bonne physicenne qu'elle peut diriger l'UE comme un laboratoire ou il suffit de changer de place un humain comme une simple éprouvette pour le remplacer par un autre
Avec une importante différence une éprouvette cassée ne meurt jamais de faim ,ne connait pas la honte bref tout ce qui peut faire souffrir un humain et l'amener à se révolter

Écrit par : lovejoie | 01/02/2015

" profiteur du siècle dernier,"

Justement, c'était le siècle dernier et l'UE qui jette l'argent par les fenêtres n'existait pas! Là est la différence!

Écrit par : Patoucha | 01/02/2015

en parlant de têtes de mules je pensais aux néo -nazis

Écrit par : lovejoie | 01/02/2015

@DJ

« Ce que l'auteur du billet semble oublier est que la Grèce en tant que membre de l'UE avait pris des engagements comme tout les membres pour réduire son endettement et son déficit. »

« Non seulement elle n'a pas respecté ses engagements ... »

Vous voudriez bien nous rappeller quels étaient "ses engagements" ?


« ... mais en plus elle a falsifié ses comptes. »

Et comment est-ce que la Grèce a donc fait cela ?


« C'est normal que quand on paie pour un pays en faillite on doit attendre en retour un effort de ce dernier. »

Quel genre d'effort ?

Écrit par : Chuck Jones | 01/02/2015

Je n'aime pas trop les Allemands, mais...

J’aimerais être d’accord avec M. Poggia, mais ne le suis pas. Même, si comme lui j’éprouve un certain degré d’antipathie vis-à-vis de ce peuple m'apparaissant comme insipide et veule. Veule, parce que toujours très obéissant à tout. Insipide, de par la fadeur de ses inventions, de par la banalité de ses goûts et de son art de vivre.

À l’inverse, ils sont premiers de classe dans la «technocratie-pratique»: lorsqu’il s’agit de suivre des plans à la lettre, d’obéir aux consignes, de respecter des normes, des processus. Bref, ils sont incapables de produire de la merde… En cela ils sont énervants et nous paraissent arrogants. Et à tout hasard, s’ils produisent de la m. c’est qu’ils ont suivi des ordres, plans et consignes de m., à la lettre…

Je ne sais pas si leurs manières de vouloir faire tout bien, tout mieux, procède de l’amendement, où s’il s’agit d’un résiduel… genre «Arbeit macht Freiheit». N’empêche que l’image de ces managers encravatés, chemises blanches, buveurs d’eau plate et séanceurs patentés, qui se projettent des graphiques et des tendances à longueur de «Sitzungen», tiennent davantage de robots que d’humains. Ils ne laissent pas indifférent: Il révulsent ou sucitent l’admiration.

Enfin, malgré tout ce que je n’aime pas chez ces gens-là et où je n’arrive pas à suivre M. Poggia, c’est que ces Allemands - malgré leur robot-lobotomique attitude - ne sont pas les Bosch d’hier!

Depuis un demi siècle, ils continuent, jour après jour, d’expier les errances et les crimes de leurs peu recommandables ancêtres. Et il bossent, ils bossent, ils bossent à se rendre la vie chiante; alors que d’autres se foutent de la gueule du monde !

Écrit par : petard | 01/02/2015

@DJ

« ... comme une irresponsable dans sa gestion en se foutant de l'a gueule de ses créanciers comme l'a fait la Grèce. »

"Foutage de gueule" manifesté comment ?

Écrit par : Chuck Jones | 01/02/2015

Je publie votre commentaire en précisant que mon billet ne donne aucune appréciation sur les Allemands en tant que peuple, qui mérite le respect, mais uniquement sur la position du gouvernement allemand.

Écrit par : mauro poggia | 01/02/2015

«mais uniquement sur la position du gouvernement allemand.»

... sauf que le gouvernement allemand est parfaitement représentatif du peuple allemand. Ce qui n'est pas forcément la cas d'autres gouvernements vis-à-vis de leur peuple.

S'agissant de ma «caricature», je ne pense pas que je suis insultant à leur égard en soulignant qu'ils sont obéissants, disciplinés et travailleurs.

... Ce qui ne m'empêche pas, de ne pas trop aimer cette mentalité de... petits soldats.

Écrit par : petard | 02/02/2015

bonjour

petite anecdote h.s.


le paradis europe:

un ingénieur allemand
un policier anglais
un cuisinier français
un amant italien
le tout organisé par un suisse

l'enfer europe:

un policier allemand
un cuisinier anglais
un ingénieur français
un amant suisse
le tout organisé par un italien

Écrit par : keren dispa | 02/02/2015

"Et à tout hasard, s’ils produisent de la m. c’est qu’ils ont suivi des ordres, plans et consignes de m., à la lettre…"
Oui donc, les Allemands sont des Suisses comme les autres. En moins flic et moins chiant...

Écrit par : Géo | 02/02/2015

A votre tour de vous placer en donneur de leçons.
Vous ne semblez pas réaliser, en écrivant ces lignes, que la chancelière n'est que la porte-parole de l'Union Européenne et que son intransigeance est une condition incontournable pour éviter le délitement de l'Europe.
Elle assume ce rôle, que personne d'autre ne saurait endosser, plutôt dignement.
Oserais-je vous encourager à vous cantonner dans le vôtre qui consiste à s'occuper de notre république. Il me semble qu'il y a déjà assez de travail chez nous et tout particulièrement dans votre département.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/02/2015

petard@ Tu as un camarade en France:
Le 30 janvier 2015, alors en campagne pour les législatives partielles, M. Charles Demouge, candidat UMP, a affirmé au micro de BFMTV : « Ce sont les bons petits blonds qui m'emmerdent, pas ceux de l'immigration ».

Écrit par : Géo | 02/02/2015

Monsieur Jenni, je ne me permettrai pas de vous répondre que vous seriez bien inspiré de vous préoccuper de la situation des taxis genevois, qui en ont grand besoin, car il n'est pas interdit de regarder aussi ce qui se passe ailleurs. Cela dit, si vous avez des suggestions pour la gestion de mon département, ne vous gênez pas! Cordialement.

Écrit par : mauro poggia | 02/02/2015

@Pierre Jenni

« Vous ne semblez pas réaliser, en écrivant ces lignes, que la chancelière n'est que la porte-parole de l'Union Européenne »

Vous inventez M Jenni.
Le porte-parole de l'UE, c'est la délégation du pays asurant la présidence de l'UE pendant l'année en cours, en 2015, le Luxembourg.

« ... et que son intransigeance est une condition incontournable pour éviter le délitement de l'Europe. »

Prétend-elle.
Encore faut-il avant croire en sa prophétie de délitement.

Écrit par : Chuck Jones | 02/02/2015

@ Chuck Jones,

Vous n'avez qu'à taper sur Google " traité de Maastricht "


D.J

Écrit par : D.J | 02/02/2015

Bien tôt ce sera l’intransigeance suisse-allemande face à la dette genevoise alors occupons nous de nos oignons au lieu de regarder chez les autres.

Écrit par : norbert maendly | 02/02/2015

@D.J

« Vous n'avez qu'à taper sur Google " traité de Maastricht " »

Vous voulez dire que c'est CA la réponse des grecs à Merkel, et que vous qualifiez de "foutage de gueule" ?

Écrit par : Chuck Jones | 03/02/2015

Les commentaires sont fermés.