26/09/2013

Assurance maladie: Genève plumée une fois de plus

 

augmentations.jpgUne fois de plus, une fois de trop, nos primes d’assurance-maladie vont augmenter. Heureusement, on a réussi à faire baisser…la hausse.

Il n’en demeure pas moins que la hausse moyenne à Genève sera supérieure à la moyenne suisse, soit 2,8% contre 2,2%. Pourquoi ? Rien ne le justifie. Mieux, tout le contredit ! Les assurés genevois ont déjà versé, durant des années, des primes supérieures aux coûts qu’ils généraient, accumulant des réserves en mains des assureurs. Réserves qui ont finalement été transférées à des cantons dont les primes avaient été maintenues artificiellement basses.

Pire, alors que les cantons profiteurs du système étaient majoritaires par rapport aux cantons lésés, ils n’ont rien trouvé  de mieux, pour légitimer leur appropriation, que de réunir tout le monde en assemblée générale. Ordre du jour : Doit-on rendre le butin ?

Il ne faut pas être sorcier pour deviner ce que fut le résultat du vote. Ce n’est que devant une pression, bien modeste il est vrai, qu’il fut décidé d’en rendre la moitié. Et cette moitié serait assumée en trois parts égales à charge de la Confédération, des assurés avantagés….et des assureurs.

Vous pariez combien que la hausse des primes 2014 servira en partie à permettre aux assureurs d’acquitter « leur » dette ? Et ce sont les lésés qui vont se rembourser eux-mêmes, pour garder une majorité de cantons du côté des satisfaits.

Le système est opaque et l’assuré est toujours le dindon de la farce. Seule une caisse publique permettra de mettre en place un instrument de mesure fiable et équitable. Comment expliquer que la prime la plus chère à Genève, pour un adulte avec franchise de 300 francs et sans couverture accident, soit de 595 francs chez Wincare et la meilleur marché de 359 francs chez Assura ? Pour des prestations strictement identiques !

Assura qui, curieusement, après les perturbations qui ont secoué le groupe (que l’on se souvienne de Supra) présente les primes les plus basses dans de nombreux cantons, dont Vaud et Fribourg. Sachant que cette situation va attirer vers cet assureur tous les cas les plus lourds, les esprits retors pourraient imaginer que l’on cherche ainsi une excuse pour mettre la clé sous le paillasson.

Quoi qu’il en soit, 2,2% de hausse moyenne nationale pour 2014, année de votation sur la caisse publique, est exactement le même taux que pour 2007, année de votation sur la caisse unique. Un taux porte bonheur pour nos assureurs ? Faisons-les déchanter, dans l’intérêt du maintien de l’accès à une médecine de qualité pour tous !

19:16 Publié dans Assurances sociales et privées | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

Commentaires

Bof. J'ai été déçu par la SUVA et les moyens de recours sont insignifiants devant un tel mastodonte. Je déteste l'opacité des assurances, mais je persiste à penser qu'un minimum de compétition est seul garant des prix planchers. Il faut chercher les causes des hausses ailleurs.

Écrit par : Pierre Jenni | 26/09/2013

M. Jenni, il ne peut y avoir concurrence que si un concurrent peut offrir mieux au même prix ou la même chose pour moins cher. Ici la clientèle est captive car tout le monde doit s'assurer. Les prestations sont de plus les même pour tout le monde. Qu'est-ce qu'une caisse peut offrir de plus qu'une autre? Rembourser plus vite? Etre plus agréable au téléphone? Mais toutes les caisses devraient être au niveau de la meilleure sur ce plan. Et pensez-vous que la plus chère est meilleure à ce niveau? Tout cela est un leurre M. Jenni. Vous croyez pouvoir vous déplacer librement dans la mer pour choisir vos courants mais vous êtes dans un acquarium. Les assureurs vous font passer d'un coin à l'autre en vous donnant l'illusion que vous êtes libre!

Écrit par : mauro poggia | 26/09/2013

cher Me Poggia permettez moi de vous dire que le MCG est décevant au lendemain de cette hausse. Vous êtes encore plus timoré que le PDC!

Je m'attendais à une annonce fracassante du genre appel au genevois à la résistance. Ne payez que la prime 2013 et refusez en masse la prime 2014 et déposez plainte collective ou en masse pour escroquerie puisque ces mêmes bandit nous ont volé pour 1'6 milliards de primes.

Autant voter PDC si vous vous dégonflez sur une occasion pareille!

Vraiment très déçevant.

Écrit par : Dominique Vergas | 27/09/2013

Monsieur Vargas, lorsque je lance un combat, j'ai l'habitude d'en assumer les conséquences et de ne pas les faire supporter par d'autres. C'est ainsi que j'assume, seul, les inconvénients des procédures engagées depuis 13 ans pour contester mes primes. Celles de 2014 n'y échapperont pas.
Inciter les gens, y compris des personnes âgées et malades, à ne pas payer les primes augmentées pour 2014 serait irresponsable, car les assureurs, non seulement engageraient des poursuites, mais compenseraient avec les frais médicaux en cours.
Le combat, je le poursuis chaque jour, sans prendre les assurés en otages à des fins électoralistes à court terme.
Quant au PDC, sachez qu'à Berne il vote systématiquement avec la droite contre les assurés et pour les assureurs. Faites vôtres choix.

Écrit par : mauro poggia | 27/09/2013

Ne devrait-on pas un instant en revenir à la médecine, "art touchant au sacré" en fustigeant la médecine, et ses dérivés, "entreprise commerciale" (au détriment des patients, malades, présumés, ou attendus tels, sans quoi, sans malades... comment se faire une bonne situation, s'enrichir, faire fortune en regardant les autres du haut d'un savoir (tout, nos cellules y compris, changeant sans cesse, tout, en fait, n'étant que flux et nous autres que de passage...) plus que relatif... Genève, une fois de plus plumée? Pourquoi toujours tout accepter? pourquoi pas, en l'occurrence, "Genève en grève" jusqu'à Myriam Belakovsky nouvel ordre ne payera plus ses primes...

Écrit par : myriam belakovsky | 27/09/2013

Réjouissez-vous, car vous aurez l'occasion de faire une expérience live avec le projet de loi sur les taxis que vous entendez faire passer en force au parlement.
En effet, nous nous trouvons ici dans une situation analogue avec une profession qui ne subit pas de concurrence, les clients sont aussi en quelque sorte captifs puisque les prix plafond sont fixés par l'Etat et qu'ils sont déjà au plancher et qu'un client ne peut objectivement choisir son taxi.
En instaurant un monopole d'Etat pour une centrale unique, vous allez vérifier la catastrophe annoncée par les milieux professionnels à court terme et il vous faudra vous excuser auprès de la population. Non seulement les clients ne pourront plus choisir une centrale, mais en plus cette dernière devra accepter les voyous reconnus dans la profession sans chance de les voir sanctionnés par les services de l'Etat qui sont démissionnaires.

Écrit par : Pierre Jenni | 27/09/2013

En ce qui me concerne, je paie de ma poche, hé oui, quasi tous les médicaments que je dois prendre pour ma survie et qui pourtant ne sont pas très onéreux pour une assurance, mais grèvent terriblement mon budget, malgré une assurance "normale", deux assurances complémentaires médecine naturelle, tout en étant obligée d'en acheter certains à l'étranger avec les coûts, soit de port, soit d'une personne pour aller les chercher, et pour autant que la douane les laisse passer... parce que Swissmedic, l'Ofas et cie auront mis 5 ans à enlever soigneusement des listes et même des hors liste toutes les substances efficaces et qui ne contiennent pas d'additifs.

Alors vous savez quoi ? Je me demande si je ne vais pas demander, en tant que Suisse, l'asile politique et médical ailleurs :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 27/09/2013

La caisse unique, on l'a dit et redit à maintes reprises, présenterait une transparence des comptes sans promettre une baisse des primes de base. Pourquoi ne pas indexer le montant des primes de base au revenu des affiliés, simplement: ceux qui ont davantage de moyens, auraient des primes un peu plus élevées que les familles ou AVS modestes... Myriam Belakovsky

Écrit par : myriam belakovsky | 27/09/2013

Bonsoir,
Comprenant parfaitement vos arguments dans la réponse à M. Vargas,
je ne peux cependant m'empêcher de penser que le MCG devrait organiser une manifestation à Genève ou à Berne sur la Place Fédérale.
Et si par bonheur un membre du MCG décroche un siège au Conseil d'Etat, j'espère que celui-ci prendra des mesures de rétorsion à l'égard de la Berne fédérale en remettant en question la péréquation financière comme certains l'avaient proposé.
Avec mes meilleures salutations.
C. Demierre

Écrit par : Christian Demierre | 27/09/2013

Les commentaires sont fermés.