01/02/2013

Pour une prime d'assurance maladie unique et nationale

 

La récente décision de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil des Etats de refuser d’examiner les modalité d’un remboursement, même partiel et échelonné, des réserves excédentaires de l’assurance maladie de base, accumulées par certains canton, dont Genève, Vaud et abracadabra.jpgZurich, n’a pas fini de faire couler de l’encre acide.

Atteinte au fédéralisme crie-t-on du côté des lésés ! Menaces anti-fédérales ! Rétorque-t-on du côté des bénéficiaires de cette injustice, qui apprécient peu l’idée de certains de se rattraper sur la péréquation financière intercantonale.

Evidemment, le fédéralisme n’a pas été institué en Suisse pour permettre le détournement de fonds, sans base légale, au préjudice de ceux que l’on a forcés, malgré leurs protestations, à accumuler, depuis 1996, des réserves indécentes, au profit d’autres, qui non seulement on systématiquement versé moins que ce qu’ils devaient réellement, mais qui, de surcroit, se sont autorisés, année après année, à vilipender ceux-là mêmes qui travaillaient pour eux, et qu’ils traitaient de dépensiers et de profiteurs du système.

Rappelons pour ceux qui considèrent qu’un effort de mémoire ne leur serait pas profitable, que le Tribunal administratif fédéral s’était contenté de dire en 2009 que l’Office fédéral de la santé publique ne disposait pas de base légale pour obliger Assura (déjà elle…qui nous donnait des leçons) à utiliser une partie des réserves accumulées pour compenser une projection de hausse des coûts de la santé. Monsieur le Conseiller fédéral Burkhalter (PLR…) avait alors jugé inutile d’aller au Tribunal fédéral pour faire trancher la question. A aucun moment un juge n’a indiqué qu’il y avait une base légale pour prendre les réserves d’un canton et de les transférer en faveur d’un autre !

Rappelons également que notre système LAMal a été construit sur le principe de primes cantonales, afin de responsabiliser la population d’un canton, et son gouvernement, en matière de maîtrise des coûts ! Aujourd’hui nous aurions des primes cantonales et des réserves fédérales, gérées dans une totale opacité par nos assureurs. Cessons de plaisanter !

Si les cantons profiteurs d’aujourd’hui, en majorité, veulent jouer ce jeu-là, il faut les mettre devant leurs responsabilités.

Vous voulez bénéficier des réserves des autres ? Alors participez à leurs coûts de la santé !

Dès la prochaine session des Chambres fédérales je déposerai donc une initiative parlementaire demandant une modification de la LAMal afin que les coûts de la santé soient « lissés » au niveau national et qu’une prime unique soit instaurée pour tous les assurés de Suisse.

Nous verrons alors le vrai visage de ces mêmes profiteurs qui monteront au créneau en s’opposant à ce qui ne serait que la juste conséquence de leur arrogance actuelle.

La justice et l’équité ne sont pas des notions à géométrie variable. En tout cas elles ne devraient pas l’être.

09:12 | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

Commentaires

Je vous soutiens totalement quant à votre initiative et si vous avez besoin d'aide je suis toujours là pour défendre les assurés comme je vous en avais déjà parlé à plusieurs reprises avant même d'être Conseillère Municipale Verte à Veyrier.

Peut-être à bientôt.

Béatrice Deslarzes
Médecin

Écrit par : Deslarzes Béatrice | 01/02/2013

L'idée d'une prime unique me séduit complètement !
Mais comme la solidarité est un mot qui a complètement disparu du vocabulaire de la santé, il est évident que vous allez vous frotter à très forte partie.

Quant aux réserves des caisses-maladie (Quand jétais secrétaire général de la fédération des sociétés de secours mutuels de la Suisse romande, le président, Roger Duvoisin, tenait beaucoup à la notion de secours mutuels), je fais observer que l'assurance de base ne relève pas de l'économie de marché et qu'en conséquence les caisses-maladies n'ont aucun intérêt à accumuler des réserves gigantesques et qu'en outre la loi les obligent à les constituer.

En revanche, j'admets très volontiers que la communication des caisses est de très piètre qualité et qu'elles n'ont guère la manière d'expliquer les problèmes et les enjeux.

Et franchement, est-il vraiment raisonnable de croire ou de faire croire que le niveau faramineux des primes maladie (Dans un passé pas si éloigné, on parlait de cotisations parce que les assurés étaient membres d'une société de secours mutuels, à but non lucratif) n'est dû qu'à l'opacité des caisses-maladie.

Je suis prêt à me battre pour que le "trop perçu" - par euphémisme - soit remboursé aux ayants-droits. Mais ce combat, une fois mené à son terme et pour autant qu'il soit victorieux, ne résoudra en rien l'épineux problème des coûts de la santé dans notre pays.

Vous êtes bien placé pour savoir que c'est le système qui est malade. Et vous aurez beaucoup de peine, comme Conseiller national, à persuader vos pairs de la nécessité de changer de cap. Mais connaissant votre détermination à défendre les assurés, vous avez probablement déjà fait vôtre la devise de Guillaume le Taciturne : "Il n'est point besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer."

Avec mes sentiments cordiaux

Écrit par : Michel Sommer | 01/02/2013

Je suis également pour une caisse unique, mais je ne pense pas que cela changera grand chose aux coûts de la santé tant que l'Etat ne conscientisera pas qu'il est responsable de 60 % de ceux-ci par empoisonnement collectif générant maladies rares, génétiques, neurodégénératives, allergies etc..., de 30 % par manque de formation sur le plan médical, de décisions de l'OFAS et de Swissmedic à côté de la plaque, et des 10 % de déni de leurs effets, conséquences et nouvelles causes, nous arrivons donc à 100 % au fil des ans.

Par contre, une caisse unique, permettra de pouvoir se retourner massivement contre une seule caisse au lieu de plusieurs et contre l'Etat dont les décisions découlent.

Et c'est bien pour cela qu'ils ne veulent pas :-)))

Mais je vous soutiendrai dans ce sens.

Et j'imagine que nous serons nombreux.

Écrit par : Jmemêledetout | 01/02/2013

Les commentaires sont fermés.