20/01/2013

Les blaireaux entravent la mobilité à Genève

 

 

blaireau1[1].jpg

La Tribune de Genève nous apprend que la route du Mandement s’est partiellement affaissée en raison de blaireaux ayant creusé des galeries sous la chaussée, entravant ainsi la circulation, (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/route-mandement-v...).

En matière de circulation justement, il semble bien que Genève soit plus largement victime, ces dernières années, de mustélidés à deux pattes, dont la seule raison d’être est de bloquer la fluidité du trafic, par tous les moyens possibles et imaginables.

Au Service de la mobilité, dirigée par la Conseillère d’Etat Michèle Künzler, la nuisance a été érigée en politique d’Etat. Sous prétexte qu’il faut convaincre nos concitoyens de laisser leur véhicule privé au garage pour profiter de nos transports publics, toujours plus performants à en croire l’opinion publique, on multiplie les entraves de tous ordres afin que nos rues soient désormais un enfer.

-Chantiers désordonnés et interminables, non coordonnés, non surveillés et non signalisés à l’avance

-Sens interdits et sens uniques planifiés pour rallonger les trajets

-Phases de feux rouges prolongées échappant à l’entendement

-Déviations signalées à la dernière minute, sans raison apparente

-Réduction de la vitesse de correspondance des phases vertes afin d’obliger les véhicules à des arrêts successifs

-Abandon des feux sur demande pour piétons afin que les véhicules s’arrêtent pour ne laisser passer personne

-Et j’en passe et des meilleures (merci de me communiquer vos expériences quotidiennes dans des cas concrets).

Bref, circulant à Genève depuis 1977, je n’ai jamais vu une telle dégradation de la mobilité que ces dernières années, Monsieur Robert Cramer, Vert également, ayant inauguré cette politique de la nuisance délibérée et systématique…

…car on ne me dira pas que cela n’est pas intentionnel !

Ce serait par négligence que l’on nous imposerait ce chaos que ce serait pire encore, car, d’une manière générale, j’ai toujours préféré avoir la Méchanceté en face de moi plutôt que la Bêtise.

Le méchant a en lui l’essence d’une potentielle perfectibilité, alors que la bêtise a des relents d’éternité.

Et tout cela pourquoi ? Suis-je dans l’erreur en pensant qu’un véhicule circulant à vitesse constante d’un point à un autre pollue moins qu’un véhicule bloqué dans les embouteillages, contraint de subir des arrêts fréquents et prolongés suivis d’accélérations ?

A ce stade, le bien du plus grand nombre est sacrifié sur l’autel de dogmes ésotériques qui n’ont plus rien à voir avec l’écologie.

Pourtant, n’a-t-on pas récemment adopté une nouvelle Constitution qui donne pour mission à l’Etat de garantir la liberté individuelle du choix du mode de transport  (190 al.3) ?

Il y a la lettre, et il y a l’esprit, disait Montesquieu. En fait, y a-t-il bien un esprit ?

Alors les blaireaux, la barbe !

blaireau-plisson.jpg

16:06 | Lien permanent | Commentaires (5) | | |  Facebook

Commentaires

passage obligatoire devant certaines écoles pauvres enfants les poumons dût à la polution.
vernier: suite à l'interdiction du tourné à droite tous le trafique est devié devant deux écoles
boulevard Carlt Vogt: au feu avant le poste de police ou la poste obligé de tourner à gauche et passer devant une école pour reprendre la dirction grand lancy,rt des jeunes

Daniel Noel

Écrit par : daniel noel | 20/01/2013

j'aime beaucoup cet article reflétant le monde du non sens actuel qui fait penser à la phrase d'un ancien Inuit rescapé du chaos semé par les écoterroristes et qui dit ,il est temps pour nous de nous reprendre avant de terminer carrément dans le néant,car nous sommes complètement déboussolés mais à l'inverse de Genève,chez eux ce fut par des blaireaux à deux pattes

Écrit par : eilana beilmann | 20/01/2013

Tout à fait d'accord avec le contenu de cette note. Effectivement, sur le plan écologique, les blaireaux à deux pattes causent souvent plus de tort que ceux à quatre pattes.

Écrit par : Frédéric Vahlé | 21/01/2013

Une fois de plus une intervention que je ne peux que soutenir. Si ça continue je vais devoir considérer voter pour le MCG ! :)

Quelques remarques: la bêtise n'est pas nécessairement exclusive de la méchanceté, surtout du coté du Service de la mobilité...

Fondamentalement je pense que l'idée est de rendre les transports publics plus attractifs non pas en améliorant l'offre (notons au passage des efforts réels mais largement insuffisants et souvent mal réalisés) mais en pénalisant toute alternative. A force d’artificiellement bloquer les transports privés il est clair que de médiocres TPG seront incontournables pour qui a encore l'ambition de se déplacer dans cette ville. Évidement en mépris total de la constitution art 190 al.3.

Par ailleurs je suis convaincu qu'il a quelques personnes dans les services de Mme Künzler qui prennent un réel plaisir à emmerder les cochons d'automobilistes, uniquement pour le fun, le principe ou encore par activisme politique. Certaines réalisations récentes ne peuvent pas s'expliquer autrement.

J'avoue ma surprise du niveau de tolérance démontrée par la population genevoise en la matière.

Écrit par : AlexT | 21/01/2013

Pour compléter votre catalogue :

Mise en place d'obstacles, sous forme de places de parking ou d'ilots, à la hauteur des arrêts de bus, pour empêcher les véhicules privés de les dépasser.

Feux qui tournent automatiquement au rouge pour les TI afin que les passagers d'un transport public puissent traverser la route immédiatement.

Suppression des ondes vertes sur des axes majeurs de dégorgement tels que Pictet de Rochemont, la route des Acacias, la rue de Lausanne, l'avenue de France, la route de Meyrin, la route de Chancy, la route de St Julien, etc.

Suppression de places de parking en surface sans compensation en sous sol.

Augmentation des voitures sans augmentation des places de parking.

Hypocrisie des autorités qui prétendent que le CEVA va offrir une alternative aux frontaliers alors que ceux-ci crient haut et fort qu'ils continueront à utiliser leur voiture. Soit parce que l'entreprise pour laquelle ils travaillent dispose d'un parking, soit parce que les rares gares CEVA sont trop éloignées de leur travail, mais surtout parce qu'ils vivent souvent en campagne, loin des transports publics.

Priorité systématique et absolue des trams qui rend impossible l'étude de projection des flux, outil de référence des technocrates du DIME.

Mauvais parcours des trams qui croisent souvent des axes importants de dégorgement en provoquant des bouchons qui pénalisent aussi les transports publics.

Votation de l'initiative 144 avec une très faible majorité pour réduire encore la surface disponible pour les voitures au profit de cyclistes anxieux et donc dangereux.

Sabotage (sans en avoir le nom) par M. Cramer du dossier de la traversée du Lac à Berne par une temporisation inexplicable.

Intégrisme du conseil administratif de la ville et des chefs de services pour l'éradication des voitures en ville.

Arrêts de bus trop rapprochés.

Transbordements impossibles pour les personnes à mobilité réduite (30% de la population).

Écrit par : Pierre Jenni | 24/01/2013

Les commentaires sont fermés.