06/12/2012

Corruption et intégrité

Le blog d’Olivier Emery revient bien opportunément sur un mal qui ronge notre planète, et non seulement ailleurs, la corruption. Il nous rappelle, à juste titre, que l’antidote à ce mal est l’intégrité. Jusqu’à ce point, les propos ne peuvent qu’être approuvés. (http://oemery.blog.tdg.ch/archive/2012/12/05/la-corruptio...)

Là où notre blogueur sombre dans une regrettable subjectivité, c’est lorsqu’il nous explique que « presque tous les pays bien classés présentent un arrière-plan historico-culturel chrétien (à majorité corruption2.jpgprotestante) ». L’explication serait ainsi à rechercher dans la Bible, qui voue au châtiment éternel les prévaricateurs de tous genres…

En résumé et en clair, la foi des chrétiens protestants serait à l’origine de leur plus grande intégrité.

J’ai trop de respect pour Olivier Emery pour attribuer ce dérapage à une méconnaissance des données objectives du problème.

Saint-Augustin disait déjà : qu’« il faut un minimum d’aisance pour cultiver la vertu », et un parallèle entre niveau de corruption et niveau des salaires de l’administration doit incontestablement être fait.

De même, le degré de surveillance et la sévérité des sanctions jouent évidemment un rôle déterminant.

A suivre notre bloggeur de référence, nous serions amenés à penser que seul le christianisme prônerait l’intégrité. Pourtant, et même si Israël est malheureusement mal classé dans ce triste palmarès de la corruption, (http://revuedinfos.com/post/13683682665/israel-la-corruption-saggrave-dans-le-pays), personne n’osera prétendre que le judaïsme serait complaisant à l’égard de tels comportements.

Quant à l’islam, un Hadith prescrit : « Dieu maudit le corrupteur, le corrompu et l'intermédiaire entre les deux ». Le message est donc clair.

Le Qatar est d’ailleurs classé 22ème, deux places devant les Etats-Unis ; les Emirats Arabes Unis, 28èmes devancent Israël, l’Espagne et le Portugal.

Il ne s’agit donc pas d’un problème de foi, car l’Homme est Homme, et plus la précarité et l’insécurité sont grandes, plus les opportunités sont présentes, faute de surveillance, et plus l’occasion fera le larron.

Evitons donc d’opposer la foi des uns à la foi des autres, et travaillons ensemble pour donner aux pays gangrénés par la corruption les moyens de réduire au minimum incompressible la tentation des acteurs de ce fléau !

Et commençons par regarder de près ce qui se passe chez nous, car, comme j’avais eu l’occasion de le dénoncer dans un précédent billet,(http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2008/09/15/corruption-made-in-switzerland.html), la corruption y est beaucoup plus subtile qu’ailleurs, et donc plus difficile à identifier et à combattre !

09:55 | Lien permanent | Commentaires (8) | | |  Facebook

Commentaires

Toutes les religions et philosophies normales vouent aux gémonies la corruption.

Écrit par : Rémi Mogenet | 06/12/2012

Les cartes illustrant de degré de corruption poussent à réfléchir. Au lieu de superposer des cartes de religions, on pourrait se poser des questions sur la perception du rôle de l'état et du service public.
Si les pays du Nord de l'Europe et la Nouvelle Zélande se retrouvent en haut de la liste, peut-être que cela dit quelque chose sur la façon de concevoir les tâches de l'état. Il y aurait quelque dignité à être un "civil servant" et également une loyauté envers la structure étatique.
L'état ne serait pas perçu comme une menace, mais comme une chance. A tort ou à raison.
Toujours est-il que les citoyens ont avantage à vivre dans un pays le moins corrompu possible.

On voit une carte colorée p.ex. à cette adresse:

www.contrepoints.org/2011/.../59025-corruption-publique-la-france-...

S'il n'est pas juste de faire une corrélation directe protestantisme = non-corruption, on peut au moins dire que les pays les plus corrompus ne sont pas de tradition protestante !

Il est également intéressant de constater que les pays les moins corrompus sont plutôt à climat froid ! Que faut-il conclure de cela ?

Écrit par : Calendula | 06/12/2012

Subtile dites-vous, moi je la qualifierais de sournoise. Elle se voit gros comme une montagne à tous les niveaux de la pyramide, mais seulement une fois devant le fait accompli, avec le sentiment d'impuissance à s'en défendre.

@Calendula :

Votre lien ne fonctionne pas, dommage, j'aime la couleur :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 06/12/2012

Jmemêle,
J'ai essayé de re-cliquer sur le lien et effectivement, ça ne marche pas.
En tapant sur Google "classement corruption dans le monde" ou alors "magazine
Contrepoints", ça devrait marcher.
Un peu de couleur, ça ne fait pas de mal et c'est franchement éclairant ! ;-))

Écrit par : Calendula | 07/12/2012

@Calendula

Merci ;) J'ai trouvé la carte internationale de cette année ici :

http://cpi.transparency.org/cpi2012/results/

Très coloré, en effet. Mais je me demande sur quels critères ils se basent pour estimer que la Suisse est au sixième rang des pays les moins corrompus, mais comme le dit Me Poggia, la nôtre de corruption est si bien cachée, je dirais autant que nos sdf et petits vieux crevant de faim dans leur crasse et leur pipi que personne ne nettoie.

Me sens pas très tendre en ce moment envers ce pays, c'est vrai. Désolée, mais j'ai de bonnes raisons bien réalistes.

Écrit par : Jmemêledetout | 09/12/2012

Bonsoir, Jmemêledetout,
Vous avez bien fait de vous mêler de cette carte, parce que la vôtre est bien plus grande que celle que j'avais trouvée.

Cela doit être très compliqué de réaliser une telle enquête et elle mesure, si j'ai bien compris, la transparence de certaines décisions prises.
Pour que la corruption reste au plus bas, il faut que le pouvoir judiciaire soit performant. Il faut que la personne qui est mise sous pression pour donner un dessous de table puisse compter sur le fait que la simple menace de dénonciation fasse cesser les exigences.
Les pays les moins corrompus sont riches, ont une population bien éduquée.
Votre pessimisme face à la Suisse vient de votre connaissance des lieux. Il est probable qu'au Danemark ou en Nouvelle Zélande, il y a plein de petits copains qui se soutiennent également et plein de choses qui dysfonctionnent, qui pourraient être mieux faites.
Je connais la Finlande de mon enfance comme un lieu où les gens s'observaient beaucoup. La honte était la chose à éviter absolument, il ne fallait surtout pas se déshonorer, en quoi que ce soit. Bien sûr, ça ne marchait pas toujours. L'alcoolisme était très répandu alors et bien des concitoyens se mettaient en scène d'une façon qui me semblait peu glorieuse. Mais ça, ça passait plutôt bien, il y avait un côté glamour à raconter ses beuveries. Je me suis souvent demandée si c'était une façon de dire qu'on n'était pas pauvre ( l'alcool était cher et on le trouvait que dans des magasins gérés par l'état) ou alors, c'était la façon admise d'évacuer la pression sociale. Même la débauche avait un côté institutionnalisée.
Mais cette analyse n'engage que moi !

Écrit par : Calendula | 09/12/2012

@Calendula

Je ne connais pas la Finlande, mais ce que vous me racontez ressemble assez fort à ce qui se passe au Québec avec des différences bien sûr, mais on y retrouve ce besoin de se montrer "lisse" alors qu'il y a au moins 60 % d'acooliques et qu'une personne par jour se jette sous les rames du metro.

Je pencherais donc aussi pour l'évacuation de la pression sociale.

Ici, on se saoule peu en comparaison, mais on se laisse mourir, sans réagir, pour les mêmes "lisses" raisons.

Finalement, le brouhaha français a du bon, même si l'exagération est permanente et les critiques un peu lestes pour tout et rien, au moins, ils ne sont pas murés dans le silence.

Écrit par : Jmemêledetout | 10/12/2012

@Calendula

Je vous avais répondu, mais cette réponse a dû passer à la trappe de l'embolie de mails dans la boîte de Me Poggia :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 12/12/2012

Les commentaires sont fermés.