24/03/2012

L'inquisition existe; je l'ai rencontrée

06-Sorciere.jpg

Si le député Henry Rappaz avait été poursuivi pour crime de sorcellerie, c'est sur le bûcher qu'il aurait fini.

 

Ce à quoi j'ai assisté jeudi soir 22 mars, dans cette moiteur rassurante de huis-clos du Grand conseil,  nid douillet où la lâcheté peut éclore impunément, m'a littéralement glacé d'effroi.

 

Peu importe la sanction finalement. C'est bien plutôt la sournoise conivance à ériger l'arbitraire en justice qui me fut insupportable.

 

Les prétoires du Palais m'ont habitué aux échanges d'arguments. Rudes souvent, désespérés parfois. Mais toujours, même dans les causes les plus difficiles, l'incertitude du verdict.

 

Henry Rappaz, comme Eric Stauffer avant lui, avait autant de chances de convaincre ses juges d'un soir et d'obtenir justice, qu'un Noir plaidant sa cause devant le Ku Klux Klan.

 

Les temps passent, l'esprit grégaire demeure. Et dire que certains voudraient rétablir la peine de mort! Qu'ils se gardent bien d'être du mauvais côté le moment venu.

 

 

09:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.