06/02/2012

Surpopulation carcérale et droits de l'Homme

Champ-dollon.jpgLa grève des gardiens de prison a des conséquences, mais elle a aussi des causes. Certains semblent s’arrêter davantage aux premières, sans vouloir regarder les secondes.

Le contact de l’avocat avec son client est important, d’autant plus lorsqu’il est détenu. Primordial même, pour préparer les audiences. Le Bâtonnier de l’Ordre des avocats a donc parfaitement raison de se plaindre du fait que ce droit est entravé par la grève des gardiens, les temps d’attente imposés aux avocats ne leur permettant souvent pas de rencontrer tous les clients qu’ils souhaitent durant leur passage à la prison. Atteinte à la Convention des droits de l’Homme, dénonce-t-on. Certes.

Peut-être aurait-il été souhaitable que l’Ordre des avocats se fasse également entendre, pour exiger le droit des détenus à être traités décemment, durant toutes ces années de surpopulation carcérale, laquelle atteignait 209% en 2010 (http://www.ge.ch/champ-dollon/doc/rapport-d-activites-201...), dans une prison qui comptait encore 617 détenus pour 370 places vendredi 3 février 2012 (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Incendie-a-ChampD...).

Curieusement, l’entassement des détenus dans les cellules n’a jamais suscité l'indignation de l’Ordre des avocats auprès des autorités politiques, en tout cas de manière aussi médiatique. Les mauvais esprits pourraient penser, qu’en réalité, ce n’est pas le confort des détenus qui préoccupe leurs avocats, mais leur confort à eux, et que pour autant que leurs clients leurs soient présentés ponctuellement au parloir, tout le reste est supportable. Rien n'est plus facile à supporter, comme chacun sait, que la souffrance d'autrui.

Il se trouve que chez les gardiens de prison, comme à la police, on est fatigué d’être bercé de belles promesses. Il en va de la qualité de la détention, mais aussi de la sécurité.

 

00:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

Commentaires

Bonne analyse de la part d'un avocat qui a su prendre du recul, d'un homme politique qui analyse les situations et d'un homme qui est visiblement à l'écoute des problèmes sociétaux.

Bravo.

W.S.

Écrit par : walter Schlechten | 06/02/2012

Contente de vous voir revenir par ici. Je trouvais le temps long :-)

Qu'est-ce qui suscite l'attention de qui que ce soit... c'est peut-être ça la question.

Nos dirigeants sont tellement éloignés de la réalité, qu'il leur faudrait parcourir des milliers de kilomètres avec des bottes de sept lieues pour n'en apercevoir qu'une ébauche.

Certes, la dignité humaine, les droits essentiels sont bafoués chez les détenus, mais bien plus encore chez les personnes isolées, les malades, les petits vieux qui meurent seuls chez eux d'abandon total et n'ont même pas ce qu'un détenu a : quelqu'un qui lui fait à manger, un visage à voir au moins 3 x par jour, même en isolement et quelqu'un qui lui lave son linge y compris un médecin ou une infirmière sur place. Certains voudraient bien avoir été criminels ou délinquants, juste pour avoir cela, mais ce n'est pas ce qu'ils auraient pu être, bien qu'ils aient financé la société actuelle pendant toute leur vie.

Tout ceci est parfaitement inacceptable et pourtant cela existe, au profit de quelques-uns, un génocide social est entamé depuis fort longtemps.

Bien sûr que la promiscuité des détenus, leurs conditions de détention, l'absence de réparation par la pédagogie, l'absence de mise en place de formation, de peines de travail d'intérêt général qui, à elles seules, pourraient générer des prises de conscience pour autant qu'elles soient bien ciblées, intelligemment organisées, génère des tensions supplémentaires et a vocation à rendre ces personnes encore plus hermétiques au reste de l'humanité et à une réparation et intégration possible.

Mais... d'autres sont dans la rue, à -12 degrés et ne commettent pas de délits.

Certains réagissent comme ceci à l'insupportable et d'autres réagissent autrement. Mais le mal a la même origine, les mêmes sources, celles d'une société qui ne pourra jamais plus fonctionner comme elle fonctionne actuellement sans mener le monde entier et l'humanité à sa perte.

Alors, cotisons-nous et achetons-leur des bottes de sept lieues à nos élus. Et peut-être des lunettes aussi, voire un télescope. Et pourquoi pas, un miroir dans lequel pourrait se refléter la réalité.

Écrit par : Jmemêledetout | 07/02/2012

La situation carcérale en Europe est très contradictoire à celle de l'Afrique. En Europe, peut être les détenus se sentent eux-même comme vivre chez eux, très humain mais est-ce que c'est vraiment nécessaire? Ici chez nous, à cause du manque de budget de l’État, cela ne préoccupe pas beaucoup les responsables, il y a un côté positif dans ça! C'est qu'on a plus l'envie de retourner dans une cellule!!!

Écrit par : faire-part mariage | 10/02/2012

Les commentaires sont fermés.