10/06/2011

CEVA: la censure continue!

ceva.jpg

Le 16 décembre 2010 un projet de loi était déposé, demandant un moratoire pour les travaux du CEVA, jusqu’au bouclement du financement à charge des partenaires français (http://www.geneve.ch/grandconseil/data/texte/PL10773.pdf). L’argumentation était simple et élémentaire : pourquoi commencer la construction de cette ligne ferroviaire impliquant une charge financière avouée - mais en-dessous de la réalité - de 1,5 milliard de francs à charge des contribuables genevois et confédérés, si les partenaires français ne sont pas en mesure de poursuivre les voies depuis la frontière à la gare d’Annemasse, avec l’aménagement requis de cette dernière ?

Le bon sens pesant peu au regard de la force d’inertie, les partis ayant soutenu le CEVA ne souhaitant évidemment pas que leur impéritie, ou pire, leur tromperie, ne soit découverte, ce projet de loi fut d’abord renvoyé aux calendes grecques, puis à la commission des travaux (voir http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2011/01/28/ceva-de-la-t... ). La censure était donc reportée à l'épisode suivant.

Une séance unique a suffi pour balayer cette demande au nom du « on a commencé, faut finir », ou du « vos arguments on ne veut pas les entendre, on a décidé ». Bref, les dés étaient pipés. Tous, sauf le MCG et l’UDC ont rejeté cette demande, sans même entendre qui que ce soit, si ce n’est les balbutiements gênés de Monsieur Mark Muller, Conseiller d’Etat…

Un rapporteur de majorité fut désigné en la personne de Monsieur Guy Mettan (PDC) et un rapporteur de minorité, Monsieur Roger Golay (MCG), avec un délai au 24 mai pour le dépôt des rapports, en vue du débat en séance plénière.

Entretemps, la presse nous apprenait que la France exigeait une étude d’impact du CEVA sur la faune et la flore…( http://www.tdg.ch/print/node/343142 ) Le moratoire demandé apparaissait dès lors d’autant plus d’actualité, car jamais les Genevois n’avaient voulu d’un train qui s’arrête à la frontière…Pour la majorité pro-ceva, il devenait dès lors urgent …d’attendre, afin d’éviter tout débat public qui aurait pour conséquence inévitable de mettre au grand jour les mensonges éhontés qui avaient été assénés aux électrices et électeurs lors du référendum de 2009 quant au prétendu soutien indéfectible de nos voisins français, et quant à la volonté commune de construire la région, dont le CEVA serait la colonne vertébrale.

Ainsi, plutôt que d’affronter honnêtement le débat, des moyens peu avouables sont utilisés pour ne pas dévoiler la réalité des faits. Alors que le député Roger Golay a respecté le délai qui lui a été imposé, Monsieur Guy Mettan n’a toujours pas déposé son rapport, rendant ainsi impossible tout débat en séance plénière. Le but est ainsi atteint.

On se rappellera que Monsieur le député Guy Mettan, en sa qualité de président de ALP-Rail (http://www.alp-rail.net/cm/contacts.php?lg=fr&page=main ), n’est pas totalement désintéressé dans ce débat, si l’on en juge par les propos qu’il avait tenus dans les médias :

« Le CEVA sera aussi financé par les Français... » (Un train pour rêver, Tribune de Genève du 18 novembre 2009).

Nous avons aujourd’hui la preuve que les partisans du CEVA, Conseil d’Etat en tête, n’avaient alors aucune garantie à cet égard, pas même un petit courrier… Toujours difficile de reconnaître ses erreurs.

Ceci explique cela. Et vive la manipulation !

(Voir le bêtisier politique du CEVA :( http://www.mobilitege.ch/ceva/affirmations.php ))big-preoccupation.jpg

 

 

17:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | | |  Facebook

Commentaires

Hé bien... je n'ai pas suivi ce projet, ne sais même pas où il en est, ni si les travaux ont commencé ou pas.

Mais ce que je lis ici me paraît complètement surréaliste. Avoir un projet aussi important sans s'assurer que les partenaires français ont signé un contrat en bonne et due forme et pris des engagements fermes me laisse à penser que l'économie de ce Canton est gérée par des foetus, parce que même un enfant de 4 ans sait faire du troc et ne cède pas ses billes sans voir ce qu'il aura en échange ;)

J'en resterais presque sans... voix.

Écrit par : Jmemêledetout | 10/06/2011

Je suis 100% pour le CEVA ... s'il se fait aussi du coté français. Sinon ça n'a évidement pas de sens !

Écrit par : AlexT | 10/06/2011

Salut,
-
Le CEVA c’est l’exemple permanent à Genève de l’éternel travail en commun de type “copains-coquins” des “Verts-Socialos” et de la “Droite pro fric”, plus précisément ici pour les uns la poursuite de l’éradication de la voiture (tous à pied, en vélo et en tram/bus, avec pour conséquence le merdier actuellement connu dans le domaine de la mobilité à Genève - merci pour les PME/PMI genevoises) et pour les autres les combines dans l’immobilier (avec le fric que l’on peut envisager de se faire dans ce domaine) pour un truc, le CEVA, qui, pour mémoire, fera 3/4 fois la distance du métro lausannois, mais avec 2/3 fois moins d’arrêts sur le parcours, avec, pour couronner le tout, un prix qui sera au final largement supérieur à deux milliards, alors qu’au départ on nous parlait seulement d’un petit milliard !!!
-
En ce qui concerne l’immobilier (“CFF immobilier” apparaît aussi dans les projets envisagés !!! ), les combines à Chêne-Bourg commencent déjà (préemptions à des prix largement inférieurs à la réalité) en relation avec des projets pourtant très connus avant la votation sur le CEVA, mais bien dissimulés, puisque la Commune de Chêne-Bourg, notamment, qui connaissait parfaitement ces projets, avait clairement dit à ceux qui avaient vu lesdits projets dans les locaux de la mairie (maquettes et photos) qu’il ne fallait absolument pas en parler.
-
Ayant moi-même vu ces photos avant le vote (malheureusement peu avant le vote), je me suis fais savonner les oreilles, pour les avoir transmises aux médias, par le monsieur qui les détenait et qui se disait contre le CEVA, mais qui en fait devait peut-être avoir des intérêts directs ou indirects dans les projets immobiliers envisagés sur le parcours du CEVA.
-
Genève, c’est vraiment le royaume permanent du mensonge et de la manipulation politique et au final c’est toujours le Conseil général (le peuple) qui paie le marasme connu et permanent dans le gestion des biens/deniers publics.

Écrit par : Claude Marcet | 11/06/2011

C'est faux. Il y a un contrat d'agglomération qui a été signé par tout le monde. Les procédures françaises sont différentes des nôtres, mais elles suivent leur cours et le CEVA se fera. Les Français discutaillent pour savoir dans quelle mesure la partie française sera couverte, mais nous n'avons pas non plus commencé les travaux de percement, à cause des oppositions que vous et vos amis avez déposés à Champel... Vous pariez combien que les travaux seront menés à terme des deux côtés de la frontière en même temps ? C'est d'ailleurs bien ce qui vous embête.

Écrit par : CEVA | 11/06/2011

Ceva@ intéressant de lire......vos amis avez déposés à Champel.....
Donnez les noms de ces personnalités de droite ou de gauche qui s'opposent, afin de toucher une belle compensation l'Etat pour retirer les oppositions. N'y a t il pas un ancien Président du Grand Conseil ?

Écrit par : Huber | 11/06/2011

La traversée de la rade est bien plus importante que le tortillard inutile appelé CEVA (Combine Etatique pour Voler de l'Argent).

Écrit par : octave vairgebel | 11/06/2011

Messieurs,

Vos commentaires me laissent encore plus baba que le blog en lui-même et m'ont énervée encore bien plus que mon premier café du matin.

Il démontre tellement clairement que de n'importe quelle orientation politique

VOUS N'ETES PAS CAPABLES DE TRAVAILLER ENSEMBLE !

Ce sont des querelles de chapelle, qui n'ont strictement rien de constructif et nous, les citoyens, nous en avons marre !

On se croirait à l'école maternelle en regardant des enfants se battre pour le gros bonbon dans le panier… ou encore mieux, pour des spermatozoïdes en quête de celui qui atteindra le premier l'ovule qui dira : "C'est mon parti le plus beau, le plus fort, le plus vrai."
C'est pitoyable et c'est le spectacle que vous nous offrez depuis des décennies.

Qu'est-ce qu'une politique saine ? Ce sont des idées, bonnes si possible, venant de partout, réalisées concrètement avec le meilleur de chacun, dans un travail commun.

Celui qui a la meilleure idée n'est pas forcément le meilleur pour la réaliser et vice-versa.

Or que se passe-t-il dans la réalité ? Les idées d'une orientation sont systématiquement dénigrées par toutes les autres. C'est de l'infantilisme ! Et c'est à tous les niveaux de la société, tant sur le plan économique que celui de la santé. Et qui en sont les dindons de la farce ? Nous les citoyens qui mettons votre steak dans votre assiette, tâchez de ne pas l'oublier.

@ CEVA :

Je veux bien croire qu'un tel contrat existe si on me le montre. C'est nous qui payons ce projet, nous avons donc droit à toute transparence et accès aux pièces. Sinon, il est inutile de parler de démocratie.
Le fait est que si le projet a été sous-évalué d'un milliard, cela signifie uniquement que la compétence de ceux qui ont établi ce projet était très largement surestimée et que leur place n'est pas à un poste de déicision.

@ Claude Marcet :

Je vous cite :

"plus précisément ici pour les uns la poursuite de l’éradication de la voiture (tous à pied, en vélo et en tram/bus, avec pour conséquence le merdier actuellement connu dans le domaine de la mobilité à Genève"


Les problèmes de mobilité à Genève ne datent pas de l'avènement des pistes cyclables ;) La voiture à Genève en semaine, serait totalement inutile si les infrastructures nécessaires étaient mises en place de manière correcte.

Dans cette ville, nous ne devrions avoir besoin de voiture que pour les livraisons, les personnes à mobilité réduite qui ne peuvent se passer d'être accompagnées, et une fois par semaine pour que le citoyen puisse aller faire les gros achats.

Faire le procès des verts pour privilégier la voiture, démontre à quel point vos connaissances en la matière sont lacunaires.

Hormis les coûts de la santé générés par la pollution et autres additifs chimiques qui s'élèvent à 400 substances chimiques par jour que le corps est obligé ou plutôt ne peut plus gérer, générant toutes les maladies dégénératives, génétiques et allergiques que l'on connaît aujourd'hui et dont absolument personne dans le gouvernement ne veut se responsabiliser, l'augmentation du CO2 a également un impact économique certain :

Je cite : TSR infos :

http://www.tsr.ch/info/suisse/3200999-la-suisse-a-besoin-de-certificats-d-emissions-de-co2.html

Extraits:

"La Suisse manquera son objectif en termes de diminution d'émissions de CO2. Afin de pouvoir néanmoins remplir ses engagements au Protocole de Kyoto, elle devra acquérir des certificats d'émission supplémentaires."

"60 millions de francs
Selon les prix actuels, il faudrait débourser quelque 60 millions de francs pour combler l'écart de quatre millions de tonnes de CO2 seulement en achetant des certificats étrangers. Il est probable que ces coûts augmenteront ces prochaines années.

Par conséquent, plus la Suisse attend avant d'acquérir des certificats, plus ils seront chers, relève le DETEC. Le Protocole de Kyoto prévoit qu'une part importante des émissions de CO2 doit être réduite dans le pays et qu'il n'est possible d'utiliser les certificats d'émission étrangers que dans le but de compléter les efforts nationaux."


Ajoutons à cela que dans 50 ans, les réserves de pétrole de la planète seront taries et pas seulement, les eaux potables également.

Avez-vous des enfants ou des petits enfants M. Marcet ? La Terre leur appartient. Alors pensez-y avant de prendre votre voiture pour aller acheter du pain ou vous rendre à votre bureau.

Nier l'importance de l'écologie aujourd'hui n'est pour moi qu'une preuve de cécité.

Et si nos grands économistes devant l'Eternel n'attendaient pas d'être confrontés à une situation ingérable pour réagir, il auraient une vision largement en amont qui leur aurait permis de développer des industries permettant depuis longtemps une meilleure infrastructure de transports publics, des voitures électriques à bas coût, voire même solaires, etc.. etc..

* * *

Il faut que cette guéguerre d'enfants politiciens cesse, que les mauvais décideurs assument leurs responsabilités et que vous appreniez tous à travailler en collaboration plutôt que de vous tirer dans les pattes sans arrêt en faisant payer le citoyen les pots cassés de votre infantilisme.

Le meilleur investissement que pourrait faire le citoyen et probablement le seul utile en l'état, serait de vous offrir à tous une formation Gordon de communication, sans gagnant, sans perdant, qui vous aideraient à devenir adultes, parce que nous, les citoyens, en avons marre d'être gouvernés par des gosses à l'ego surdimensionné qui croient détenir la vérité tout en faisant preuve chaque jour de leur incompétence.

A défaut, le citoyen qui vous nourrit va mourir d'une mort insidieuse et vous aussi par voie de conséquence.
C'est tout pour aujourd'hui, je suis très en colère et j'espère que cela se voit et se lit !

Écrit par : Jmemêledetout | 11/06/2011

Chère Madame jmemeledetout,
-
Puisque vous m’interpellez, permettez-moi de vous préciser ce qui suit :
-
Initialement, et c’est un manque de bol pour vous, ma cécité vis-à-vis de l’écologie, comme vous le dites, est probablement la raison pour laquelle j’ai déjà mis des panneaux solaires sur mon toit, que je vais en rajouter et que je ne circule pas en voiture en ville, sauf cas exceptionnel.
-
Je ne suis pas, comme vous semblez le croire, contre l’écologie, bien au contraire, et ceux qui me connaissent le savent, mais je m’oppose, il est vrai, à l’intégrisme “vert” du moment (ce que je fais d'ailleurs vis-à-vis de tout intégrisme/dogmatisme, quels qu’ils soient) qui vise présentement à créer plus de problèmes qu’il n’en résout.
-
En ce qui concerne mes enfants, puisque vous les citez, sachez que chez moi, un tableau acheté aux Etats-Unis, et qui est depuis plus de vingt ans sur l’un des murs de ma maison, dit “we do not inherit the earth from our ancestors, we borrow it from our children” (Native American Proverb), ce qui devrait vous rassurer quant au fait que l’avenir de mes enfants m’importe beaucoup plus que vous semblez le supposer.
-
En ce qui concerne les cyclistes et les pistes cyclables, je me permets uniquement de vous indiquer que lorsque l’on sait (récent article dans un journal genevois) que trois piétons par jour, en moyenne, sont aux Urgences des HUG suite à des chocs avec des cyclistes, principalement sur les trottoirs, cyclistes qui ne respectent strictement rien à Genève au contraire de certaines villes du Nord de l’Europe que j’ai visitées, permettez-moi de vous dire qu’avant de vous en prendre à ceux qui ne pensent pas comme vous, comme, à vous lire, vous le faites, il faut déjà demander à vos amis cyclistes de respecter à Genève les lois de la circulation routière.
-
Finalement, pour revenir au CEVA, si dans les années 80 les politiques de ce canton avaient osé lancer la création du métro à Genève, lors de l’ouverture des Rues-Basses, nous aurions actuellement un métro de St-Julien à Annemasse et des lignes en direction de St-Genis, Gex, Bernex, notamment, et non le merdier actuel (doux euphémisme) que nous connaissons à Genève en matière de circulation/mobilité. Je rappelle que le tunnel pour le LEP (CERN) qui fait, seo, un peu plus de 30 km a été construit à la même époque et sans problème (taupe foreuse) et donc le CEVA aurait été, quant à lui, totalement inutile, mais il est évident que le fric qui pour certains se cache derrière ce projet CEVA a fait basculer un vote cantonal dans le mauvais sens.
-
Une petite chose encore, et pour conclure, quand on s’en prend à quelqu’un (quelques petites phrases assassines dans votre messages) on signe de son nom et on ne se cache pas derrière un pseudonyme.
-
Bien à vous

Écrit par : Claude Marcet | 11/06/2011

@ Claude Marcet

Oui, bon d'accord M. Marcet, j'ai usé de petites phrases assassines comme vous dites, mais pas tant que ça, lorsque vous dites que les verts sont responsables des problèmes de voitures à Genève dans votre premier post, reconnaissez que cela soit surprenant et mène à réaction.

Je n'ai jamais dit que j'étais pour le CEVA... non plus.

Pour ce qui est des cyclistes, je suis bien d'accord avec vous et l'ai d'ailleurs dit souvent sur les blogs et dans les medias, ils manquent totalement de respect envers piétons et je le sais d'autant mieux que je vis à 30 mètres d'un feu pour cyclistes que seulement 5 % respectent et que 95 % passent au rouge... en tournant à droite sur le passage vert pour les piétons.

J'ai également vu deux fois une personne âgée marchant avec des cannes et avec difficulté à 2 mm de se faire renverser par des cyclistes qui ne s'arrêtent pas aux passages pour piétons alors que les voitures étaient arrêtées.

C'est un problème général de société, plus personne ne respecte personne. L'éducation fait défaut. Plus personne n'ouvre la porte à la vieille dame ou laisse son siège. Mais ce sont en premier lieu les parents qu'il faudrait éduquer et la plupart ici viennent de pays tellement différents qu'ils ont aussi une culture différente et d'autres us et coutumes. Le fait de leur refuser le droit de voter alors qu'on leur accordait celui de payer des impôts pendant des années, n'a certainement pas contribué à une intégration du mode de faire.

Pour ce qui est des cyclistes, il y aurait pourtant une solution simple : lorsque j'étais petite, j'ai vécu deux ans en Suisse-Allemande. Si l'on voulait obtenir sa première plaque de vélo, nous devions prendre un cours de théorie de la circulation et passer un examen avec un parcours défini et des embûches, qui était organisé dans les écoles. Et pareil pour la conscience écologique, à cette époque là, il n'y avait pas de containers de récupération. Nous devions, tous les élèves de primaire, aller deux fois par année avec un charrette, chercher chez les habitants tous les vieux journaux qui avaient été stockés par les citoyens dans leurs caves.

Ce n'est pas par des grandes théories que l'on apprend les choses, mais par des actes et de l'expérience et en apprenant aux enfants à réfléchir par eux-mêmes au lieu de les bombarder d'informations conceptuelles abstraites.

Et je suis d'accord aussi que l'intégrisme quel qu'il soit ne mène nulle part, mais il est partout ! Et c'est pourquoi les personnalités politiques sont incapables de réaliser un projet cohérent de société et de travailler ensemble.

Quant au choix de l'anonymat, je ne l'ai pas fait pendant très longtemps sur le net et je le fais aujourd'hui pour des raisons personnelles qui n'ont rien à voir avec la politique, je ne suis d'ailleurs affiliée à aucun parti.

Je vous félicite d'avoir mis des panneaux solaires sur votre toit, et me dis que vous avez de la chance de vivre dans une maison et non un deux pièces en pleine circulation :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 11/06/2011

La voie ferrée CEVA prend inévitablement une direction sans issue. La France ne paiera pas sa participation. Pourquoi le ferait telle ? Elle a pris l'habitude, comme d'ailleurs les frontaliers, de tirer profit de son naïf voisin genevois. La ligne du CEVA profitera essentiellement aux entreprises françaises. Les travailleurs genevois n'auront qu'un rôle de spectateurs et ne pourront que se rappeler des belles promesses des pro-ceva. Vraiment, il aurait été plus intelligent et prioritaire de finir le réseau TPG ou de construire une traversée du lac. Les pro-ceva n'auront finalement que desservi Genève et la Suisse.

Écrit par : immédiat | 11/06/2011

La censure règne à tous les niveaux de la politique genevoise, nous sommes dans une démocratie de décrets à numéros !

Écrit par : Corto | 12/06/2011

C'est mal barré ;)

http://www.tdg.ch/geneve/actu/feu-vert-ceva-tribunal-federal-rejette-recours-2011-06-16

Donc, nous sommes partis pour une autre voie sans issue et dilapidation des deniers publics, si j'ai bien compris.

Faudrait créer une loi qui oblige les responsables d'incohérence et de mauvaises décisions de rembourser les dégâts de celles-ci, c'est peut-être ça la solution :-))))

Tout d'un coup, Genève deviendrait sacrément riche, dites-donc...

En tous cas, cela les obligerait à avoir une vision économique un peu plus responsable.

C'est si facile de dépenser l'argent des autres, en particulier de ceux qui n'ont déjà rien.

finalement, les seuls qui sont à l'abri de retours juridiques d 'exaction ou de mauvaise gestion, ce sont les décisionnaires, les banques et les grosses entreprises.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/06/2011

Un cheval une alouette pour les finances d'un projet mal ficelé qui profitera surtout à ceux qui n'auront pour ainsi dire pas déboursé de leur argent(les français) alors que le projet est essentiellement fait pour faciliter le transport des frontaliers du côté genevois. Le poids de ce projet qui date du début du 20e siècle et qui semblait alors déjà improbable reposera en toute grande partie sur le financement des genevois. Outre le côté financier, où nous savons qu'il y aura des dépassements énormes, outre le fait que la ligne ne servira qu'à ceux qui se dirigeront directement des Eaux-Vives à Champel pour finir au Bachet, les autres frontaliers vont en majorité travailler au centre ville. Et ils continueront à prendre le tram venant de Annemasse. Ne serait-il pas beaucoup intelligent de développer la ligne de tram qui les mènent en ville et de créer un Park&Drive du côté de Vallard ou des petites douanes reliées par des autobus (éventuellement tous mixtes Electricité/essence.
Je suis de plus outrée du peu de cas que l'on fait de la population autochtone, commerçante, et de l'impact environnemental de la région de Champel.
En effet, nous savons tous les effets nocifs que l'arrivée d'une gare dans un environnement paisible, où il y a beaucoup de personnes âgées et des enfants peut semer le trouble au point de vue sécuritaire. J'ai pour ma part été deux fois déjà aggressée dans le quartier!! Donc je sais de quoi je parle. Les malfrats se déplacent très volontiers vers les endroits les plus faibles et n'hésitent pas à voler, cambrioler (2 fois dans mon immeuble, rue Louis Curval) et ceci exécuté par des enfants qui se faufilent dans les appartements. Inutile de dire qu'ils sont presque immédiatement relâchés et rendus à leurs parents qui les attendent de l'autre côté de la frontière.
Il semblerait de plus que le creusement du tunnel ne serait pas assez profond pour ne pas causer des dommages extrêment importants aux immeubles aux alentours très proches du passage du tunnel.
Veuillez, cher Maître, recevoir tous mes encouragements pour que les autorités finissent par comprendre qu'on ne dépense pas impunément l'argent du contribuable pour des projets inutiles et exhorbitants.
Avec mon soutien et mes meilleurs encouragements.
Mireille Guinand

Écrit par : guinand mireille | 14/07/2011

Les commentaires sont fermés.