13/11/2010

LES DESSOUS D'UN FAIT DIVERS

pendu.jpg


Jeudi 11 novembre peu après 7 heures du matin, le corps d'un homme est retrouvé, pendu à un arbre « devant un site administratif » (Tribune du 12 novembre).

Quelques lignes à peine dans le journal, avec une question à laquelle le journaliste n'a apparemment même pas essayé de  répondre, doublée d'un reproche à peine voilé: «pour quelle raison a-t-il choisi de se pendre ainsi à la vue de tous , notamment des élèves et enseignants de l'Ecole de culture générale Henry-Dunant située légèrement en retrait du bâtiment fédéral ? ». Comprenez que lorsque l'on est à ce point désespéré, il devrait néanmoins subsister suffisamment de lucidité pour faire cela dans l'intimité !

Une piste est néanmoins esquissée, comprenne qui pourra : « La veille de son passage à l'acte, le désespéré a été vu sur les lieux, porteur d'une pancarte évoquant une demande administrative non satisfaite ».

Il est mort. Paix à son âme. Circulez y a rien à voir !                          

Pourtant, derrière ce geste, ce n'est pas seulement le drame d'un homme que l'on devine, mais la souffrance anonyme et silencieuse de tous ceux que notre administration broie sans état d'âme, au nom du sacro-saint assainissement de nos finances, prôné par une certaine droite, UDC en tête, pour qui tout rentier AI est un profiteur présumé qu'il convient de démasquer.

Vous l'aurez compris, ce que l'on ne vous a pas dit, c'est que cet Espagnol de 57 ans, retourné vivre dans son pays pour tenter de subsister dignement avec la modeste rente d'invalidité qui lui avait été accordée voici plusieurs années, s'était vu brutalement supprimer toute prestation au motif qu'il avait désormais retrouvé sa capacité de travail (sans doute un nouveau miracle que l'on doit au climat des pays qui nous ont fourni tous ces manœuvres, maçons et ouvriers de toutes sortes à qui l'on doit la construction de nos routes et bâtiments)

Parions que l'Office AI pour les assurés domiciliés à l'étranger, auteur de cette décision, et ayant son siège précisément à proximité de l'arbre choisi pour ce funeste dessein, a fondé sa décision sur l'un de ces remarquables rapports médicaux, établis par ces médecins, mercenaires de la sale besogne, dont la diligence est rémunérée 9000 francs « la pièce », ce qui, pour le Tribunal fédéral, ne suffirait pas encore à les rendre suspects de partialité, contrairement aux médecins traitants, dont l'empathie à l'égard des patients discrédite définitivement le jugement !

Le désespoir de cet homme est celui que vivent de plus en plus d'invalides en Suisse, maltraités par une administration méprisante, jusqu'à la Cour sociale du Tribunal fédéral, qui n'a désormais de « social » plus que le nom.

Il est temps que cela cesse, et que les assurés puissent compter sur des experts neutres et indépendants, exerçant leur tâche dans des centres d'expertises constitués, non pour réaliser des bénéfices, mais sous forme d'institutions autonomes de droit public.

Ainsi, le geste de désespoir de cet homme ne sombrera pas dans l'oubli des colonnes d'un fait divers.

00:12 Publié dans Assurances sociales et privées | Lien permanent | Commentaires (20) | | |  Facebook

Commentaires

Manifestement, il y a quelque chose de pourrit dans le royaume des blanchisseurs, c'est un pléonasme qui a cette fois poussé un homme honnête, sans aucun doute possible vers une cruauté sans égal.

Eh oui pendant que Ospel et Blocher passait de luxurieux instants sur le yacht perso de l'escroc de l'UBS dans les Caraïbes, en ce 12 novembre, un travailleur handicapé se donne la mort sur le seul être encore compatissant de ce pays, un arbre !

Alors que le procureur passe des coups de files avec ses complices du fric de la mort, des trafics d'armes, de la came et des diamants rouges, une soi-disant justice esquichée de pseudos journalistes miséreux, ce travailleur mutilé, n'ayant pas trouvé de bourreau assez clément pour faire le boulot, se trouva contraint de se passer la corde sans aucune aide de cette terre ingrate pour certains. Ce "juge" aurait été bien plus digne, si sa décision avait pu donner pleine satisfaction à cet héros en ayant le courage de le faire exécuter.

Cette justice qui caresse les criminels et qui se met sous la dent les plus nobles de la race humaine, cette justice qui se cache derrière cette presse asexuée et impuissante, comme pour ces 3 russes, fils à papas assassinant d'autres journalistes plus assidus, cette justice quo assiste au massacre des centaines de millions volés aux haïtiens restés sans même de quoi boire proprement, ces millions surement en partie dans la même ubs dont l'ex-directeur se prélasse en toute impunité, aussi ce chanvrier à qui la même justice ne propose que la même sale mort après avoir laissé les subventions pour la culture de cette plante faisant concurrence aux mafias clientes des mêmes comptes à numéros !

Ce pays part complétement en couille et ses habitants approuvent ! ! !

En tout cas merci, Monsieur Poggia pour votre transparence, ça fait bizarre dans ce désert humain.

Écrit par : Corto | 13/11/2010

Pour en arriver à se donner la mort, ce monsieur était sans doute honnête, je ne juge pas, je ne sais pas.
-
Mais pour une personne honnête, combien de malhonnêtes et c’est là l’une des raisons essentielles du durcissement des assurances Invalidités et Accidents pour lesquelles, je le dis clairement, les prestations ne devraient être versées qu’en Suisse (voire la prestation réduite, cas échéant, en fonction du niveau de vie du pays de destination, si les prestations sont versées à l’étranger), car les abus, et ceux-ci de plus en plus nombreux, sont connus.
-
Je connais personnellement plusieurs de ces abus, parmi ceux-ci :
- Une personne qui touche depuis des lustres l’AI à 50% (qui voulait même obtenir 75%), mais qui est autant invalide que moi je suis archevêque.
- La personne qui a touché de très longues indemnités suite à un accident, mais qui pouvait malgré tout s’occuper “gaillardement” d’une entreprise qui lui appartenait, mais sans que cela se sache, dans un autre canton (plusieurs cas de ce type m’ont été indiqués et si ce n’est pas d’autres cantons, c’est dans d’autres pays). Je dis “a touché”, car suite à une malheureuse erreur de sa part, les occupations professionnelles parallèles de cette personne ont pu être découvertes par l’entreprise principale et ladite personne a été licenciée immédiatement.
-
Et cela, c’est sans parler du fait qu’au Kosovo les personnes qui enquêtaient sur la “réalité physique” de certains bénéficiaires ont reçu des menaces de mort ... (lu dans la presse). C’est tout dire.
-
Et cela c’est sans parler du fait qu’à Genève un médecin a voulu me proposer un arrêt de travail suite à un accident de sport, alors que je ne le demandais pas et que j’en avais nul besoin. Authentique !!
-
Faire bénéficier d’une aide sociale ceux qui en ont besoin et le méritent réellement, il n’y aucun doute, cela doit être fait, mais il faut aussi traquer fermement les abus et faire payer ceux qui abusent, car c’est finalement avec l’argent de ceux qui travaillent (notamment augmentation des primes) que certains malhonnêtes profitent d’une gentille retraite ou d’un arrêt de travail prolongé, voire très prolongé.

Écrit par : Claude Marcet | 13/11/2010

Je ne sais que dire à votre article...si ce n'est que cet homme, c'était mon père...Abus, pas abus...Là n'est pas la question mais je pense qu'un accompagnement digne de ce nom devrait être mis en place pour éviter ce genre de geste malheureux...
Merci à l'OAI pour la petite lettre de condoléances et vive l'hypocrisie !!!
Bref...J'en reste là...
Vanessa Miserez

Écrit par : Miserez Vanessa | 13/11/2010

Vanessa, un très grand soutien pour cette horrible gâchis, quand aux obsèques, nous serions certainement beaucoup à être fier de l'accompagner où personne n'a peu l'empêcher d'accéder. Si cette cérémonie est public, merci de nous communiquer le lieux et l'heure.

Tous mes sentiments de tristesses et de condoléances pour ce papa ayant bien trop souffert.

Écrit par : Corto | 13/11/2010

Rien de public...désolée...
Merci de votre soutien

Écrit par : Miserez Vanessa | 13/11/2010

"Il n'y a rien de plus dangereux que les gens normaux" Hannah Arentd
Et dire que c'est l'oeuvre de nos élites, médecins, juges et autres reperds égarés dans la plus lâche des association !

Ce système corrompu touche ses limites, cette rigueur molle est le ferment de la déchéance la plus insupportable de ce que l'humain peut générer.

Il ne s'agit pas d'un "suicide" mais d'une sentence de mort car chaque injustice est une sentence de mort, face à l'injustice, il n'existe aucune sortie supportable et seule le refoulement total reste la seule réponse.

Ne vous méprenez pas, ce sont les mêmes âmes qui jadis, écorchaient à vif, écartelaient, à ceci prêt, que la forme, n'étant plus avouable, c'est transformée en rongeur venant se blottir à l'intérieur des êtres encore et toujours persécutes par cette miasme vénale et obséquieuse.

"Messieurs" même si vous êtes de femmes, médecins et juristes d'opérettes cyniques, les horribles souffrances ayant poussé le Papa de Vanessa vers cette unique solution, vous ne m'empêcherez pas de partager un peu de son insoutenable souffrance.

Écrit par : Corto | 13/11/2010

Il semblerait que la tribune ne souhaitait pas laisser ce blog longtemps parmi les invités, Mabut préfère beaucoup plus les railleries islamistes des deux hystériques de service, sans doute plus lucratif !

Écrit par : Corto | 14/11/2010

J'ai travaillé un temps dans cette administration et je ne comprends pas comment un tel chose a pus se passer. J'ai appris que ce Monsieur était venu déjà quelque jours avant pour demander une réévaluation de sa rente et personne ne la pris en compte le jour ou l'incident c'est produit, il est venu également et a menacé de se donner la mort il a été jeter comme un mal propre et personne n'as avertis la police pour ne pas laisser cette personne seul pour moi c'est tout simplement une erreur monumentale. J'espère que l'enquête ne va pas être bâclée.

Écrit par : Buz | 16/11/2010

Si quelqu'un peut me donner des conseils pour que cette affaire ne tombe pas dans l'oubli n'hésitez pas !!
La fille de cet homme...

Écrit par : Miserez Vanessa | 16/11/2010

Chère Vanessa,

Méfiez-vous de ce procureur et de la "justice" de ce canton mafieux !

Une plainte pénale pour non-assistance à personne en danger contre X semble être le seul levier, mais il faut des témoignages sûrs !

A un niveau politique, vous pouvez trouver un parlementaire local pour intervenir auprès d'une instance comme le conseil d'état. Mais malheureusement vous assisterez à la récupération politicienne de ces animaux qui ne font que de l'échange de casseroles entre eux.

Dans un premier temps, vous pourriez ouvrir un blog afin d'exposer la situation de votre défunt père, ouvrir le débat sur cette tragédie, les débat dans les blogs sont parmi les meilleurs des plateformes pour créer de réseaux.

Analyser les fonctionnements et les méthodes pratiquées par les administrations, dénoncer les mécanismes menant des humains à la déchéance dans ce pays où coule l'argent sale à flots !

Toute ma sympathie

Écrit par : Corto | 17/11/2010

chère madame,
Suite à votre demande de conseil pourrions-nous nous parler d'une manière ou d'une autre. Avec toute ma sympathie.

Écrit par : gaspar | 18/11/2010

chère madame,
Suite à votre demande de conseil pourrions-nous nous parler d'une manière ou d'une autre. Avec toute ma sympathie.

Écrit par : gaspar | 18/11/2010

chère madame,
Suite à votre demande de conseil pourrions-nous nous parler d'une manière ou d'une autre. Avec toute ma sympathie.

Écrit par : gaspar | 18/11/2010

Chère Vanessa,
Je suis volontiers à votre disposition si vous le souhaitez, car j'imagine votre désarroi et votre souffrance.
Sachez que le 24 novembre dès 15 h se tiendra une manifestation silencieuse devant l'Office AI du canton de Genève à la rue de Lyon, organisée bien avant ce drame par l'Association suisse des assurés (ASSUAS), et dont le but est dénoncer les pratiques qui ont cours à l'encontre des assurés qui sont traités comme des profiteurs potentiels, présumés de mauvaise fois. Bien à vous.

Écrit par : poggia | 18/11/2010

M. Poggia, vous êtes avocat, donner des conseils sur le net, est-ce impossible, il me semble que Vanessa n'a rien à cacher à ce degrés du dossier !

Écrit par : Corto | 19/11/2010

Merci M.Poggia!
La vie continue ( pas le choix avec 2 petits enfants... ) et je ne pourrai malheureusement pas venir à cette manifestation car je reprend mon travail mais j'y serai en pensées avec vous !
Je ne sais pas s'il y a maintenant quelque chose que je puisse faire...il y a eu l'article dans le Matin Dimanche et maintenant ? Il n'y a même pas d'enquête de police contre l'AI...que dire? que faire ? Bref...
J'espère que mon commentaire sera affiché car je pense avoir été "censurée" pendant plusieurs jours sur votre blog !!! Trop gênante ?
Meilleures salutations
Vanessa Miserez

Écrit par : Miserez Vanessa | 21/11/2010

Vanessa, je ne pense pas que M. Poggia vous ait censurer, mais peut être que certains propos peuvent être interprété à contre sens, vous savez le juridique dans ce no-mans-land peut se retourner contre la bonne foi !

Tous mes sentiments

Écrit par : Corto | 21/11/2010

C'est quand la personne disparaît que l'on se rend compte qu'elle existait.

Écrit par : clo | 21/11/2010

M.paggia merci pour votre travaille

Écrit par : jfda | 24/11/2010

Chère Vanessa,

Il est des chagrins bien difficiles à surmonter quand disparaît un être cher, je vous souhaite de pouvoir établir la responsabilité des personnes qui ont pas été à la hauteur pour trouver des solutions et écoute à la détresse de votre père,espérons que Maitre Poggia va mener à terme son combat pour que cesse ces injustices à l'égard de ces persones démunies et malmenées par les institutions pour que cela ne se reproduise plus.

Permettez-moi de vous apporter toute mon amitié dans ces difficiles moments, et de vous offrir mes plus sincères condoléances

Écrit par : pasdetreve | 25/11/2010

Les commentaires sont fermés.