14/07/2010

CLAUDE RUEY ET EASYJET

ruey.jpg


La manchette du « Matin » du 12 juillet titrait dans la bouche de Claude Ruey: « EasyJet se fout du monde ».

 Il est vrai que le conseiller national libéral a de quoi être courroucé par l’annulation,  pour la seconde fois consécutive, de son vol Berlin-Genève. Non pas tant, s’empresse-t-il d’ajouter, le fait de devoir débourser 1000 francs au lieu des 200 francs prévus, mais bien pour prendre la défense de ces jeunes désargentés, dont la mésaventure pourrait être lourde de conséquences. Merci pour eux Monsieur Ruey !

Il faut dire que lorsqu’il s’agit d’évaluer à quel point on se « fout du monde », Claude Ruey, Président du Conseil d’administration de santésuisse et membre de la commission de la santé publique du conseil national, en connaît un rayon. On peut lui faire confiance. S’il dit que EasyJet se  « fout du monde », il n’y a pas à en douter.

Peut-être serait-il bien inspiré de se préoccuper de ces mêmes jeunes, dont les primes d’assurance maladie correspondent à un multiple du prix du billet d’avion EasyJet. Et ils ne sont pas les seuls !

Et qu’on ne nous sorte pas la rengaine de la hausse constante des coûts de la santé. Si tel était le cas nos assureurs maladie ne seraient pas pareillement recroquevillés sur leurs comptes.

C’est comme ça. Certains ratent leur vol, d’autres le pratiquent impunément.

 

 

00:11 | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

Commentaires

"Certains ratent leur vol, d’autres le pratiquent impunément."
Et des deux mains, en toute légalité... goudron et plumes pour eux !!!

Écrit par : denise park | 14/07/2010

Excellent...

Écrit par : Bertrand BUCHS | 14/07/2010

Bravo!

Écrit par : Eric | 14/07/2010

Que l'on retrouve M. Ruey à la tête de Santesuisse n'a rien de surprenant étant donné tout ce que sa carrière doit aux assureurs maladie. Grand ami de Pierre-Marcel Revaz qui l'imposa comme sous-marin du Groupe Mutuel à la tête du défunt Concordat des caisses maladie, M. Ruey continue ainsi à défendre brushing au vent ses généreux petits amis. Son crédo libéral très élastique devient même franchement soluble au contact de cette dévotion. Chantre de la libre concurrence, il en vient à exiger que les assurés soient bloqués pour 3 ans dans leur caisse s'ils choisissent le modèle moins onéreux du managed care. Il ne faudrait surtout pas que la mobilité croissante des assurés vienne à instaurer une véritable conurrence dans l'assurance maladie... Bref, M. Ruey manie la concurrence comme les médecins de Louis XIV maniaient la purge: on l'administre surtout aux autres. Et il en va de même de la transparence.
Quand il affirme que les primes suivent les coûts, M. Ruey oublie de préciser que l'administration des assureurs participe aussi des ces coûts à hauteur d'un milliard par an, et qu'elle est prélevée sur nos primes. Contrairement aux prestations de soins, aucun indicateur de qualité, d'adéquation et d'économicité ne vient attester de la bonne utilisation de ce milliard. La faiblesse relative du montant ne saurait servir de prétexte pour se soustraire à ces principes élémentaires. Les 50 milliards que coûtent notre santé ne sont après tout qu'une accumulation de petits montants, et l'on a ergoté pour bien moins que cela.

Écrit par : Farinet | 14/07/2010

Bravo M. Poggia!
Quand je paie mon assurance maladie, je peux pas m'empêcher de penser à Claude Ruey, le cauchemar! Ce type est l'incarnation du pire en matière économique et politque!
Le voir jouer au défenseur des consommateurs me donne envie de vomir!

Écrit par : Riro | 15/07/2010

M'sieur Ruey est Libéral!... Un Libéral pur et dur, pour qui la liberté de commerce est sacro-sainte, d'essence divine même. Une liberté qui n'est là que pour faire de l'argent sur le dos des gens en ne pensant qu'au profit!
Mais attention!... Uniquement lorsqu'il ne s'agit que de l'argent des autres, pas de celui de Sieur Ruey, là, il est beaucoup moins libéral.

Encore quelques vilaines entourloupes de ce genre à son encontre et le Libéral demandera à faire partie du MCVD!... Ce qui permettra au Bureau Directeur dudit parti de s'étoffer. Le nombre de membres n'est que de quatre, loin du maximum autorisé par les statuts.

Écrit par : Baptiste Kapp | 18/07/2010

"Certains ratent leur vol, d’autres le pratiquent impunément." sacré formule !

Écrit par : Billet d'avion | 22/07/2010

Bravo pour cette petite claque donnée au représentant de la Easy Jet Set, en espérant qu'elle puisse avoir une vertu thérapeutique.

Écrit par : Clean | 17/08/2010

Bravo ! Plusieurs clients ont déclaré la guerre à la compagnie aérienne low-cost, avec des arguments plus ou moins fondés

Écrit par : vol low cost | 30/08/2010

Les commentaires sont fermés.