11/04/2010

POLITIQUE TRANSFRONTALIERE: L'HYPOCRISIE DE MICHELINE CALMY-REY

calmy-rey.jpg


 

Présente lors du 28ème Congrès du Groupement transfrontalier européen, notre ministre des affaires étrangères dénonce « la xénophobie anti-frontaliers », ce qui ne pouvait que lui valoir les compréhensibles applaudissements de l’assemblée.

En assénant de la sorte une simplification outrancière d’une situation complexe, tout comme l’avait fait l’éditorial de la Tribune de Genève, en pleine campagne électorale, au lendemain de l’encart publicitaire de l’UDC faisant très maladroitement référence à la « racaille d’Annemasse », et qui accusait l’extrême droite de « chasser sur les terres xénophobes du MCG », notre ministre affiche pleinement son hypocrisie politique.

Les travailleurs frontaliers français ont toujours fait partie du tissu socio-économique genevois, et Genève, dans bien des domaines, ne fonctionnerait tout simplement pas sans l’apport du travail frontalier. Il se trouve qu’avec l’entrée en vigueur de l’accord sur la libre circulation des personnes conclu avec l’UE, du jour au lendemain, sans aucun contrôle ni aucune restriction, le ressortissant européen, qui ne pouvait toujours pas venir s’installer librement en Suisse en raison d’un moratoire, encore en vigueur à ce jour et fixant des quotas, a pu venir y travailler.

Bref rappel aux amnésiques de circonstance : avant les accords bilatéraux, dont le principe n’est pas ici remis en cause, un frontalier devait résider six mois au moins en zone frontalière, et son engagement devait être accepté par une commission tripartite, dont faisaient partie l’Etat et les partenaires sociaux. Cela permettait de vérifier non seulement qu’il s’agissait d’un « vrai frontalier », mais aussi que la main-d’œuvre locale ne pouvait répondre à la demande, et que les conditions salariales étaient conformes à celles en vigueur dans la profession, avec ou sans convention collective de travail.

Aujourd’hui Genève a le taux de chômage le plus élevé de Suisse et un nombre de travailleurs frontaliers (dont les Suisses domiciliés en France ne font pas partie) en continuelle croissance. Sans aucun rapport ! nous disent en coeur les membres de notre gouvernement, lesquels refusent pourtant toujours de donner légalement la priorité au marché local de l’emploi, ne serait-ce que pour les postes impliquant l’exercice de la puissance publique. Cela en dit long sur la volonté politique du Conseil d’Etat de protéger l’emploi des résidents genevois.

Il se trouve que certains élus, dont les sensibilités politiques sont aussi bien de droite que de gauche, membres du MCG, se déclarent préoccupés par cette situation, et demandent que des mesures soient prises, d’abord au sein de l’Etat et des institutions autonomes de droit public, pour donner une priorité aux travailleurs de notre canton (et non seulement aux chômeurs, qui ne sont pas les seuls potentiellement intéressés aux nouveaux postes créés et aux postes à repourvoir), et, ensuite, pour sensibiliser les employeurs privés et les inciter à faire appel à la main d’œuvre locale, tout en dénonçant ceux qui, n’étant soumis à aucune convention collective, font appel à des travailleurs frontaliers, moyennant un salaire inférieur à celui que pourrait accepter un résident.

Etre conscient de ce problème et y chercher des solutions ne peut être assimilé à de la xénophobie qu’avec une totale mauvaise foi, ce d’autant que Micheline Calmy-Rey elle-même, lors de l’émission « Infrarouge » du 2 décembre 2009 sur TSR1, incitait les employeurs installés en Suisse à donner la priorité au marché local de l’emploi !

C’est au contraire cette politique de l’autruche qui risque de conduire à la xénophobie, terme d’ailleurs improprement utilisé, car les résidents genevois, toutes nationalités confondues, ne comprennent pas qu’eux-mêmes et leurs enfants puissent rechercher en vain un emploi, attribué à un ressortissant européen, qui vient parfois de bien loin pour occuper un emploi qu’ils pourraient eux-mêmes assumer. Nos salaires sont alléchants, d’autant plus lorsque l’on n’a pas à assumer nos loyers et nos primes d’assurances maladie…

Et nos voisins de l’Ain et de la Haute-Savoie, qui sont aussi nos partenaires, seraient bien inspirés de partager nos préoccupations. En effet, combien de normands et de limousins seraient heureux de venir les remplacer sur sol genevois si une véritable politique régionale n’est pas mise en place ? Sans parler de l’exode vers le marché suisse de toute main d’œuvre formatrice disposant d’un minimum d’expérience, notamment dans les domaines des services et de la vente, et il suffit de fréquenter les commerces de France voisine pour constater que tel est déjà le cas.

En conclusion, plutôt que de flatter son auditoire en parlant à mauvais escient de xénophobie et en reniant ses propres paroles, Micheline Calmy-Rey ferait bien de se souvenir qu’elle représente la Suisse et ses habitants, et qu’elle occupe ses fonctions pour anticiper et résoudre les problèmes,  non pour les nier.

 

09:52 | Lien permanent | Commentaires (22) | | |  Facebook

Commentaires

Le moment est venu pour cette personne (Calmy-Rey) qui se dit Suisse avant tout .... de prendre rapidement sa retraite. Vraiment les socialistes sont entrain de couler le pays. Le peuple doit réagir rapidement avant que la grosse catastrophe se répande sur nous.
Honte aux vendus.

Écrit par : ChrisPike | 11/04/2010

Effectivement au lieu de propos vagues et lenifiants (comme les socialos savent si bien le faire), MCR ferait mieux de revenir a la realité et poser les vrais questions pragmatique.

Par exemple comment gerer le fait que dans la même "region" un employé de la mairie d'Annemasse gagne moins de 1500€ quand le même job paye 5000CHF a Onex.

Et qui seront les gagnants et les perdants de son plan. Ca n'a rien a voir avec de la xenophobie, c'est juste factuel.

Écrit par : Eastwood | 11/04/2010

Effectivement la grosse bourde dans l'histoire c'est l'incohérence entre les propos tenus sur le plateau de l'émission (pour ceux qui sont intéressés, il suffirait de passer sur youtube ou sur le site de la TSR) et les propos tenus lors de cette assemblée.

C'est beau la politique n'est-ce pas: un jour je dis qqch et le lendemain je dis exactement le contraire!

Écrit par : The Observer | 11/04/2010

C'est sans conteste une éclatante démonstration d'hypocrisie ! Je me souviens très bien des propos tenus par MCR à Infrarouge. De quoi vous faire perdre toute confiance !

Écrit par : lavouivre | 12/04/2010

Les gens n'ont-ils pas encore compris que Micheline Calmy-Rey ne représente plus les intérêts de la Suisse depuis longtemps, qu'elle est une ministre totalement soumise aux intérêts politiques de l'UE. Mme Calmy-Rey, le parti socialiste, le parti écologiste et la famille des R ( cramer, hiler, kunzler, mahrer ) n'en ont rien à faire si des milliers de jeunes genevois ne trouvent plus de logements ni de travail décents à Genève, pour eux ce n'est qu'un détail. Les gens ne voient-ils pas le mouvement général qui est en train de se dessiner, hodger qui remet en cause la pratique des dialectes suisse-allemands, le parti socialiste qui veut remetttre en cause le poids des petits cantons dans les élections fédérales ( puisqu'il comprend que la double majorité des cantons et du peuple est un obstacle à l'entrée de la suisse dans l'UE ) , que le parti socialiste et la famille des R ( r comme cramver, hilver, kunzlver, mahrver, hodgver )est en train d'essayer de substituer une réalité politique à une autre, en essayant de remplacer la république et canton de genève par une nouvelle entité qui aura à sa tête un exécutif de cogouvernance franco-genevois, soit une entité politique qui sera de "fait " une structure parfaitement dans la ligne de la politique des régions chère à l'UE ? L'enjeu est capital et les commentateurs sont encore en train de discuter de savoir qu'elle est la couleur de la robe de tous ces politiciens. C'est du byzantinisme, l'heure est sans doute plus grave que vous ne l'imaginez. Le MCG doit maintenant agir.
Qu'attends donc le MCG pour invoquer auprès des instances fédérales un état de nécessité ? qui lui permettrait de mettre en place des mesures de protection en faveur de la population genevoise. Les accords de schengen permettent de réintroduire les contrôles ( de police ) douaniers aux postes frontières, la situation sécuritaire à Genève le justifie largement, la conseillère d'Etat libérale ne bouge pas, qu'attends le MCG pour demander la réintroduction du contrôle frontière aux instances fédérales ? Qu'attend-t-il pour introduire la question de la transrégionalisation des cantons frontières auprès des instances fédérales, une demande d'étude sur les risques que cette transrégionalisation n'entraîne de "fait" un basculement de la Suisse dans l'UE. Yes you can, maintenant il faut bouger, le MCG parti cantonal doit maintenant, devant l'incurie cantonale, interpeller directement la scène fédérale, par les canaux formels ( demandes aux autorités fédérales ) et par un brassage médiatique d'importance. A Genève il y a des gens, beaucoup de jeunes, qui n'en peuvent plus.


nocommento

Écrit par : nocommento | 12/04/2010

Correction : à la phrase " le parti socialiste qui veut remetttre en cause le poids des petits cantons dans les élections fédérales " il faut bien sûr lire dans les votations fédérales et non dans les élections. Merci.

Écrit par : nocommento | 12/04/2010

Commentaire supprimé de la Tribune, je ne vois pas trop pourquoi, serait-ce parce que j'évoque le Futur?
- Il faut faire une vraie étude sur l'impact de la libre circulation, une étude qui prenne en
compte la réalité du chômage, de l'aide sociale, du mobbing exercé par les nouveaux
arrivants, et le profil des chômeurs genevois que l'on dit mensongèrement si éloignés
de la demande du marché du travail.
Une vraie étude, pas une commandité par les radicaux-libéraux, qui ne pensent qu'à
servir à leurs clients une main d'œuvre corvéable et jeune, et s'en fichent comme
d'une guigne des genevois laissé sur le carreau.
Une étude qui mette aussi en garde par rapport au futur, car ces nouveaux arrivants,
dont l'entrée dans le marché du travail genevois provoque, entre autres, le
licenciement d'honnêtes travailleurs locaux ayant ancienneté dans l'entreprise, les
poussant vers le chômage et la précarité, ne se contenteront pas d'en rester là (je
parle de futur car cela ne fera qu'empirer, mais c'est déjà le cas, bien entendu)une fois
qu'ils auront conquis une place à responsabilités, ils feront entrer leurs cousins et
demi-cousins, mettant encore plus de monde à la porte. Le principe de précaution si
cher aux écologistes devrait ici être appliqué aux frontaliers et autres permis pour
européens. Mais personne n'en parle, du futur. J'aimerais savoir ce que disent nos
politiciens par rapport au futur. Il faut être aveugle pour ne pas voir que si les choses
avancent dans cette direction, Genève sera un ville française dans pas longtemps.
C'est une horreur, bien entendu, mais je n'ai pas le droit de dire ça, on me traitera de
xénophobe.
On ne peut pas manifester son attachement à une culture, vouloir cultiver son jardin
selon certaines règles et empêcher des hordes d'envahisseurs de les piétiner, pointer
du doigt les problèmes que cela cause. C'est du manque d'ouverture, de la
xénophobie.
Les socialistes sont les plus toxiques, car leur obligation, contrairement aux partis de
droite, est celle de protéger les salariés, et dans ce cas-ci, les salariés en Suisse. Que
je sache Micheline n'est pas en concurrence avec Ségolène...quoique...
Or ce qu'ils font dans la pratique ce n'est qu'empirer leur condition, par cette espèce
de délocalisation à l'envers, cette déréglementation(on peut appeler ça comme ça, vu
la facilité d'obtenir un permis de travail, même si l'on prend un job pour le quel il y a 26
suisses ou résidents qui postulent), la pression qui est exercé sur tout le monde par
un marché du travail élargi et des salaires attractifs de ce coté-ci de la frontière.
Ces gens qui se revendiquent de gauche, n'ont en fait jamais ni lu ni compris Marx, ont
du mal à saisir le principe des rapports de force, la base, quoi, et ils desservent ceux
qu'ils sont sensés protéger, (ça crève les yeux!) au nom d'une sacrosainte idée
d'ouverture d'écervelés angéliques, car en favorisant ainsi l'immigration de masse et
son consécutif chômage de masse, au bénéfice des seuls capitalistes, ils sont ce que
certains on appelé les IDIOTS UTILES DU CAPITALISME.

Écrit par : Litaudonp | 13/04/2010

C'est typique des "politiciens" du moment au lieu de planifier et d'aborder les problèmes réels et probables, soient ils ne proposent rien pour la Suisse soient ils font diversion sur d'autres sujets en chouchoutant des groupes (financiers, propriétaires immobiliers, frontaliers, ...) et en en stigmatisant d'autres alors qu'ils sont au moins Genevois et participent au développement de Genève.

Écrit par : Genevois | 13/04/2010

Cet article de la TDG reflète un état proprement surréaliste de la situation. Tout m'irrite dans cet article. Entre les propos totalement déconnectés de la réalité du représentant français "j'aimerais voir des frontaliers suisses travailler en France" et les "sourires" de MCR (sait-elle faire autre chose que nous servir son sourire agaçant à longueur de pages et de photos?), le lecteur et le citoyen suisse n'y trouve pas son compte.
Reprenons simplement ces quelques points symptomatiques:
- frontaliers suisses en France: ce monsieur a-t-il une quelconque idée des réalités ? Est-ce de la démagogie de bas étage pour dire aux Suisses: "Vous voyez, nous sommes ouverts à votre venue, nous sommes prêts à la réciprocité..." ou croit-il vraiment (ou est-il à ce point mal informé) qu'un Suisse résidant à Genève pourrait (sur)vivre avec un salaire français avoisinant le SMIC (soit moins que le prix d'un studio à Genève) ? De qui se moque-t-on ? Et au lieu de sourire, notre Ministre aurait dû le rappeler, avec fermeté, à certaines réalités très crues.
- les "sourires" de notre ministre: je n'entends jamais la partie française de cette future agglomération franco-valdo-genevoise remercier Genève de son expansion (sans Genève, cette partie de la France serait condamnée à faire de la tome de Savoie et des remontées mécaniques pour les Parisiens venant skier). Or que lit-on encore dans cet article ? Oui, les plaintes du Monsieur: "La politique transfrontalière [...] entraîne des frais" et plus loin "cette prospérité profite de façon indirecte aux deux départements français voisins, mais on n'en profite pas assez" et encore "Il est inacceptable qu’un pays de résidence comme la France, qui subit (sic) un exode (quelle souffrance !) quoti-dien de travailleurs, ne bénéficie d’aucune aide financière de la part du pays où ces travailleurs cotisent". Mais que veulent ces gens, le beurre et l'argent du beurre ? Quelle sera leur prochaine revendication et même exigence ?
Genève fait tout le travail de l'expansion économique (la partie la plus noble mais aussi la plus difficile) et ils se plaignent encore que les milliards qui tombent, directement et indirectement, chaque année (et depuis des décennies) dans leur escarcelle ce n'est pas assez !
Et quelle est la réponse de notre ministre: des "sourires" et des propos mous (visiblement les crises libyenne et bancaire n'ont pas encore donné des dents à nos ministres, ils croient toujours qu'en étant doux et gentils ils vont se faire aimer de leurs partenaires qui sont aussi et surtout des concurrents !). C’est insupportable d’être aussi mal représenté.
Le consensus est une bonne chose lorsque nous dialoguons à l’intérieur de nos frontières nationales. Dans nos rapports avec l’étranger cette recherche du consensus mou est dangereuse, voire mortelle. Tout montre que personne n’est prêt à nous faire de cadeaux : ni l’IRS américaine ou l’Allemagne dans cette attaque sans précédent contre la place financière suisse, ni l’Italie et l’Europe dans la crise libyenne. La brutalité dans les rapports entre Etats a cours aujourd’hui et c’est atterrant de voir que Mme MCR n’a toujours pas compris cela.

Écrit par : jesuisoutré | 13/04/2010

Je viens de decouvrir l'extreme competence (sic) d'un responsable RH (frontalier) en charge de recroutement des ingénieurs dans une multinationale US proche de Lausanne (domaine high tech. électornique).

Il à obtenu un Master en hotellerie (Lyon) en 2 ans (en 1997), suite a un lycée à Marseille. Parlons en des competences pour choisir des ingénieurs - specialistes de hautes technologies! Passé quelques années comme commercial dans un hotel (VD) puis quelques années dans une maisn de placement des temporaires.. Hop, voila l'expert qui va juger les dossiers de nos ingénieurs! ;-)

Je suis MORT DE RIRE et ingénieur diplomé (et experimenté..) lol!

BRAVO les socialistes, pour qui croyez vous que je vais voter? ;-)

Écrit par : arfo | 15/04/2010

Et mille excuses pour l'orthographe.. Trop énervé :-(

L’histoire des compétences des frontaliers supérieurs à celles des suisses est une fumisterie intégrale ! Croyez-moi, ce sont des années d’expérience en industrie qui vous parlent! Ce sont de balivernes qui arrangent les patrons !!

Prochaines votations, MCG ou UDC (ou les 2..) !!

Écrit par : arfo | 15/04/2010

@ arfo: aujourd'hui dans la TdG:

«Ce paradoxe apparent entre le nombre d’emplois très élevé et un taux de chômage élevé lui aussi, analyse S&P, reflète à la fois la situation de Genève comme grand centre urbain et l’inadéquation entre l’offre et la demande d’emplois qualifiés.»

extrait tiré d'une étude réalisée par des spécialistes... faudrait peut être penser à réformer le système éducatif genevois non? enfin je dis cela il est plus aisé de cracher sur les frontaliers et de qualifier de fumisterie tout ce qui contrarie le sentiment profond des membres du MCG... le populisme à la sauce francophobe... enfin vous pouvez toujours considérer ces spécialistes comme autant de... fumisteries... ca évite de reconnaitre ses torts...

Écrit par : matthieu | 15/04/2010

@matthieu

> ca évite de reconnaitre ses torts...

Allez, quand on sait pas quoi répondre on attaque, c’est la meilleure stratégie « à la Française », n’est pas ? Quels torts ?

A mon avis, vous étés vous meme un frontalier et vous défendez votre beefsteak « bec et ongles », ce que je comprends aisement.

Pour nous, notre prochain but est de remettre l’église au milieu du village et ça sera fait, au vu de la pression populaire qui monte, d’une façon ou d’une autre, très prochainement.

Monsieur Sarkozy ne sera pas notre président et ce ne sont pas des experts en hôtellerie qui jugeront des capacités de nos ingénieurs.

Tout ce que j’ai écrit dans mes mails est vérifiable, adresses web’ et références, mais à l’attention des autorités (ou du MCG/UDC) et pas en publique.

La France aux Français et la Bourgogne aux escargots!

Bien a vous..

Écrit par : arfo | 15/04/2010

@ arfo, j'attaque non pas parce que je suis français, il se trouve que je suis aussi suisse, mais cela n'a probablement aucune valeur aux yeux des fans du mcg, mais parce que vous affirmez:

"L’histoire des compétences des frontaliers supérieurs à celles des suisses est une fumisterie intégrale ! Croyez-moi, ce sont des années d’expérience en industrie qui vous parlent! Ce sont de balivernes qui arrangent les patrons !! "

j'ai donc tenu à vous faire part de cette étude à propos de laquelle la TdG a fait un article.

pouvez vous, pour ma lanterne, m'indiquer sur quelle base, quelques exemples me sieraient, vous considérez que "quand on sait pas quoi répondre on attaque, c’est la meilleure stratégie « à la Française »"? ai-je attaqué les suisses? les genevois? je m'en suis simplement pris aux imbéciles qui gobent les inepties du MCG simplement parce que cela flatte leurs tendances francophobes...

au passage je vous indique qu'après avoir mentis sur le nombre de frontaliers dans les hopitaux, sur le nombre d'infirmières genevoises au chômage, sur les poursuites existant à son encontre,... voila que j'apprends que le nombre de fronaliers employés par l'état s'élevait au chiffre MONSTRUEUX de... 438! soit 2,8% des effectifs! QUEL SCANDALE!

pour ma part tout ce que je dis est vérifiable ET publique y compris le fait que vous vous faites bernées par des populistes xénophobes et menteurs...

bien à vous

Écrit par : matthieu | 15/04/2010

@matthieu...

> il se trouve que je suis aussi suisse

C'est le "aussi" qui fait toute la difference? D'abord, francais mais "aussi" suisse?

> @ arfo, j'attaque ..

Je vois fort bien mais pourquoi? Moi, je n'attaque personne.

> je m'en suis simplement pris aux imbéciles qui gobent les inepties du MCG ..

Imbéciles? Je vous retourne le compliment mais je vous demanderai de rester poli!

> voila que j'apprends que le nombre de frontaliers employés par l'état s'élevait au chiffre MONSTRUEUX de... 438! soit 2,8% des effectifs! QUEL SCANDALE!

Oui, ils sont a notre avis, 438 de trop. Combien de suisses travaillent à l'administration en France voisine, juste pour info?

Il me semble que vous devriez participer a un forum genre frontalier.com ou similaire, car ce blog concerne un sujet précis et vous essayez de pourrir le débat, c'est évident. Je ne vous répondrai plus, referez vous a la page web de MCG, tout est la et il y'a du nouveau en preparation!

Écrit par : arfo | 15/04/2010

@ arfo: drôle de dialectique que la votre... vous me dites "A mon avis, vous étés vous meme un frontalier et vous défendez votre beefsteak" ce qui ne peut induire comme réponse que "je suis aussi suisse"... je n'ai donc jamais dit d'abord français ensuite suisse! enfin que voulez-vous ceci est le fruit d'un héritage que je n'ai pas à juger ni à hiérarchiser... je ne suis pas d'abord blond comme ma mère et seulement après grand comme mon père...!!!

le terme "attaque" n'est qu'une reprise de vos propres propos : "quand on sait pas quoi répondre on attaque"... reprenez donc mon premier post et vous constaterez que je n'attaque personne si ce n'est un parti (et ses membres) qui passent leur temps à agresser des travailleurs frontaliers...

ence qui concerne le mot imbécile, votre honnêteté devrait vous amener à considérer ce terme comme hautement respectable au regard des propos utilisés par le MCG et repris par ses aficionados... si vous vous sentez visé... c'est une autre question...!

dites moi donc combien d'administration française se situe en zone frontalière...

enfin cher Monsieur vous etes effectivement parfaitement libre de me répondre ou ne vous abstenir, ceci étant vous n'avez pas à vous arroger le droit de m'interdire de m'exprimer, et ce, d'autant moins que contrairement à ce que vous indiquez, je n'ai fait que répondre au sujet que VOUS avez lancé, lequel, pour mémoire, portait sur les compétences des résidents genevois au regard des postes occupés par des frontaliers, argument que vous rejetiez au terme d'une brillante démonstration ("fumisterie") là où je vous apporte des arguments fondés...

sur ce, bonne réunion de section... saluez Herr Stauff de ma part!

Écrit par : matthieu | 15/04/2010

N’est pas Confucius qui a dit que l’invective ne déshonore que son auteur?

:-)

Écrit par : arfo | 15/04/2010

N’est pas Confucius qui a dit que l’invective ne déshonore que son auteur?

:-)

Écrit par : arfo | 15/04/2010

hélas... et croyez que je le regrette, je ne suis pas confucius... n'est-CE pas Arfo qui a dit qu'il ne me répondrait plus...?

Écrit par : matthieu | 15/04/2010

Mais arfo n'as pas répondu à matthieu.

Écrit par : arfo | 15/04/2010

Ah, j'allais oublier.

Nous avons aussi un excellent "contrôleur de comptes" au DPT DES FINANCES à l'état de Genève qui possède, en tout et pour tout, une aussi excellente formation d'ingénieur française. Diplôme n’ayant strictement rien a voir ni avec la gestion ni avec l’administration, je precise..

Au préalable, il a travaillé quelques années comme ingénieur qualité dans le médical et la chimie sur Genève. Aucun emploi sur France sauf un stage ou 2 dans les PME/PMI, dans le technique.

Ca fera plaisir à nos chômeurs HEC, HEIG ou CFC en gestion, comptabilité et administration !?

Documents à disposition, comme précédemment.

Question :
Alors entre les experts en hôtellerie français qui supervisent l’engagement des ingénieurs suisses et les ingénieurs français (en matériaux) qui supervisent les comptes de l’état de Genève, une question me vient à l’esprit : Qui est surpris de ce qui nous arrive?

Question (bis):
S&P (tribune du 14 avril ?) est ce que ce ne sont pas les mêmes de chez feu Arthur Andersen ?

Et le Titanic continue de couler.

Écrit par : arfo | 16/04/2010

@ arfo : et encore vous êtes tombé sur deux exemples de français "qualifiés" j'ai travaillé avec bon nombre de ces "ingénieurs à la française" dont la seule formation était de charger des machines CNC à la Peuge à Sochaux; et qui se bardent de pseudos-diplomes.

Écrit par : Paul | 15/06/2010

Les commentaires sont fermés.