23/09/2009

ASSURANCE INVALIDITE : LA CHASSE AUX SORCIERES

Contrairement à ce que tente de faire croire un certain parti d’extrême droite, qui n’a de cesse de démanteler la couverture sociale de notre pays, soutenu par un inconscient collectif qui fait du travail la valeur suprême et, donc, l’absence de travail une carence de la volonté, les profiteurs ne sont pas là où l’on croit.

Régulièrement, l’Assurance invalidité fédérale publie fièrement sont tableau de chasse dans les médias, comme jadis on brûlait les sorcières sur le bûcher. C’est ainsi que l’on apprend qu’une centaine de « profiteurs » ont été débusqués et punis. Des anti-citoyens vivant aux crochets de la collectivité en se faisant verser les substantielles mannes de cette généreuse assurance sociale, qui permet, nous le savons tous, de couler des jours oisifs et béats, dans l’attente des prestations, tout aussi confortables de l’AVS.

De qui se moque-t-on ? Celles et ceux qui sont au front de la défense des assurés savent quels sont les abus commis par les Offices AI, secondés par une cohorte de pseudo-experts médicaux, qui sont sans doute les seuls à trouver dans cette assurance sociale une source de revenus d’autant plus confortable et bienvenue que le Tarmed a désormais limité les possibilités de s’enrichir rapidement par l’exercice consciencieux de la médecine.

Combien de pauvres femmes et hommes, venus grossir les statistiques des « profiteurs démasqués » ne sont autres que des assurés, envoyés devant des experts complaisants pour lesquels seule la mort serait une entrave légitime au travail ?

Combien de ces assurés démunis sont-ils contraints d’accepter des réductions ou suppressions de rentes faute de pouvoir se défendre devant les tribunaux, par manque de ressources non seulement financières, mais aussi psychiques, tant les décisions de l’AI sont ressenties comme une agression violente et injuste.

Sans doute était-on plus « généreux » à octroyer une rente d’invalidité voici vingt ans, la conjoncture de l’époque l’expliquant. Est-ce toutefois une raison suffisante pour plonger aujourd’hui ces personnes dans la précarité ? A supposer qu’elles n’aient pas été totalement invalides à l’époque, elles le sont devenues avec le temps. Comment justifier d’imposer à un rentier AI qu’il reparte dans le marché du travail avec un préavis de deux mois ? Quel employeur pourrait raisonnablement être intéressé par sa candidature, alors que son curriculum vitae présente un « trou » allant parfois jusqu’à plusieurs décennies ! Mais où est donc passée notre solidarité ? Ces personnes sont donc vouées à l’assistance publique. Assainir l’AI en créant des injustices est non seulement indigne d’un État de droit, mais inutile économiquement, car si la poche change, c’est bien toujours le même pantalon.

Ne soyons pas dupes, les abus sont le fait d’une infime minorité d’assurés, tant le sort des rentiers AI n’a rien d’enviable. Personne ne nous fera croire que la crise économique a été salutaire et qu’elle a permis à des invalides de retrouver une capacité de travail. Il ne s’agit en fait, sous le couvert d’une révision, que d’interpréter différemment des situations inchangées, ce qui est inadmissible sur le plan de la sécurité du droit et de l’équité. Ne parlons même pas de tous ces invalides qui se voient refuser des rentes au motif qu’ils pourraient trouver un travail dans un « marché équilibré de l’emploi », fiction juridique qui les renvoie à l’Assurance chômage, puis, à terme, à l’assistance publique également.

Voilà où sont les abus aujourd’hui. Il faut les dénoncer haut et fort, car contrairement au jeu télévisé, les « maillons faibles » ne s’éliminent pas, et un État moderne se juge sur sa capacité à soutenir et à intégrer ses membres les plus défavorisés.

18:02 | Lien permanent | Commentaires (24) | | |  Facebook

Commentaires

Si il est vrai que l'UDC exagère dans ses propos sur les abus de l'AI,ne soyez non plus pas dans l'excès inverse.

J'espère que vous ferez de même en dénonçant la stigmatisation des frontaliers français coupablent aux yeux du MGC( dont vous êtes membre depuis peu) de tout les problèmes des Genevois.

Bien à vous,

D.J

Écrit par : D.J | 23/09/2009

Désolé, mais je ne suis pas d'accord avec vous, sur l'AI. Vous dites, que les abus sont une infime minorité...alors expliquez-moi, pourquoi dès qu'on parle d'AI, chacun de nous connaît au moins une connaissance qui abuse de l'AI ? Et je ne parle pas de ceux qui sont partis à l'étranger... Si on commençait par faire le ménage chez ceux qui pourraient tout à fait travailler...cela aiderait certainement les personnes qui ont vraiment besoin d'une rente AI ! oui, oui, vous avez très bien compris, les maux de dos, les maladies psychiques etc..

Pour ceux qui vivent à l'étranger, pourquoi ne pas les faire venir, une fois par année pour un contrôle, et couper la rente s'ils ne se présentent pas ?

Écrit par : Café | 23/09/2009

A Café. Quand vous dites que chacun de nous connaît au moins une connaissance qui abuse de l'AI, vous tombez dans le piège de l'apparence. Comment pouvez-vous juger, simplement en regardant une personne, qu'elle n'a pas l'invalidité qu'elle prétend? Beaucoup d'invalides s'efforcent de donner à leur entourage un semblant de "normalité", gardant pour leur intimité l'expression des souffrances qu'ils endurent. Nous savons tous que ceux qui se plaignent finissent isolés, car nous avons tous nos problèmes et nous préférons passer nos loisirs avec des personnes agréables. Alors ne pas se plaindre, "ne pas montrer", est une question de survie sociale. Ne jugez pas les apparences. La souffrance des autres est toujours plus facile à supporter que la nôtre.

Écrit par : poggia | 24/09/2009

La personne dont il est question dans le journal ne s'est pas rendue chez le médecin qui l'a convoquée. Cela me semble un indice flagrant de fraude.

Elle est en outre balkanique. Je ne comprends pas une chose : vous ne voulez pas que des gens qui habitent souvent contre leur gré à quelques kilomètres de Genève (il y a beaucoup de Genevois parmi eux) viennent travailler chez nous. Ce sont des "Petit Napoléon" et des "arrogants". Mais ceux qui vivent plus loin, eux, sont défendus par vous. Comme cette balkanique qui semble abuser de l'AI, pour laquelle on veut nous augmenter la TVA, ou ce lanceur de chaussures pour qui vous voulez demander l'asile en Suisse, comme si nous n'avions pas assez de réfugiés. Je vois aussi que vous évitez de répondre à la question de DJ.

Une autre question, si vous permettez : en tant que musulman, que pensez-vous de l'initiative pour l'interdiction des minarets ?

D'où ma question : le bon étranger, c'est celui qui vient de loin pour ne pas travailler en Suiisse, le mauvais étant celui qui vient de près pour contribuer à l'économie ? Ou le bon, est-ce est-ce tout simplement celui qui est votre client ? Les non-clients étant de "petits Napoléon" "arrogants", pour reprendre les définitions du MCG ?

Écrit par : Luc Schmutz | 24/09/2009

Me Poggia,

Précisément, comme vous dites très bien, nous avons tous nos problèmes et nos moments d'angoisses. Ce n'est pourtant pas pour autant, que nous n'allons pas travailler et essayer de faire face à nos responsabilités vis-à-vis de la société. Je peux comprendre que l'on ait des problèmes psychiques, mais, à ce moment-là, soit on peut tout de même travailler, soit on est cantonné dans une clinique appropriée. La société ne peut pas payer pour le malêtre de tout un chacun. Par contre, je comprends tout à fait, qu'une personne paralysée d'un bras...ne puisse être chauffeur de bus et touche une rente. Alors svp, les rentes à ceux qui en ont besoin !

Bien à vous,

Café

p.s. je me répète...qu'êtes-vous allé faire dans ce panier de crabes ?

Café

Écrit par : Café | 24/09/2009

"p.s. je me répète...qu'êtes-vous allé faire dans ce panier de crabes ?"

+1 ...

Écrit par : Djinius | 24/09/2009

Les abus de l'AI sont légions ! Certains désoeuvrés, malade psychiquement, droguée, sont à l'AI ! Certains, retournés dans leurs pays d'origines après êtres devenus rentiers AI, ont repris un boulot sans soucis. Les faire revenir une fois par année ne sert à rien, il faut se rendre sur place pour les contrôler car, en venant à nouveau ici, ils auront, comme par hasard, de nouveau des problèmes de santé. Je pense que les mendiants Roms ont trouvés d'excellents exemples en regardant les faux-malades pensionnés par l'AI (béquilles, pieds déformés, etc) ! Il faut voter NON à l'augmentation "temporaire" de la TVA car il n'y a aucune raison pour que les citoyens honnêtes payent pour les malhonnêtes. Que l'AI soit mieux contrôlée car un handicapé doit être aidé et ne peut pas compter uniquement que sur certaines institutions tel que Pro-Infirmis. Le "temporaire" en Suisse, on connaît, regardez l'IFD qui devait être supprimé lors de l'acceptation de la TVA ! A Genève aussi, le temporaire est célèbre, pensez à la passerelle de l'Arve !

Écrit par : octave vairgebel | 24/09/2009

M. Vairgebel a raison. En outre, ce n'est pas seulement la TVA qu'on veut augmenter. La votation de dimanche porte aussi sur le transfert de 5 milliards du compte AVS au compte AI. Les 5 milliards qui provenaient des ventes d'or de la BNS et dont tous les Suisses devaient profiter. En les transférant sur l'AI, on les affecte à une minorité, les rentiers AI, et on en prive l'ensemble des habitants du pays, qui devaient en profiter à travers l'AVS. On détourne donc le produit de la vante de l'or de la BNS, qui n'avait été accepté que parce que tous les Suisses devaient en profiter.

Écrit par : J. Nizard | 24/09/2009

Octave a doublement raison. Nous accepterons une augmentation de TVA quand on nous enlèvera l'IFD ! cqfd !

Un dépressif grave reste en clinique et ne vaque pas à ses occupations normales...au fait c'est pas un dépressif qui a planté un jeune homme à Lausanne ?

QUE FOUTAIT-IL DEHORS !

Une maman dépresive ne fait pas le ménage, ne s'occupe pas de ses enfants, ne part pas en vacance, ne conduit pas, ne fait pas ses courses etc...mais si elle est capable de faire cela, c'est qu'elle capable de travailler ! ou alors elle peut tout à fait rester à la maison MAIS SANS TOUCHER DE RENTE AI !

Écrit par : Café | 24/09/2009

Octave a doublement raison. Nous accepterons une augmentation de TVA quand on nous enlèvera l'IFD ! cqfd !

Un dépressif grave reste en clinique et ne vaque pas à ses occupations normales...au fait c'est pas un dépressif qui a planté un jeune homme à Lausanne ?

QUE FOUTAIT-IL DEHORS !

Une maman dépresive ne fait pas le ménage, ne s'occupe pas de ses enfants, ne part pas en vacance, ne conduit pas, ne fait pas ses courses etc...mais si elle est capable de faire cela, c'est qu'elle capable de travailler ! ou alors elle peut tout à fait rester à la maison MAIS SANS TOUCHER DE RENTE AI !

Mais le plus urgent, n'est pas de renforcer les contrôles pour les nouvelles demandes (j'ose espèrer que c'est fait), mais de débusquer au plus vite TOUS CEUX QUI TOUCHENT DES RENTES, QUI ONT DEUX BRAS, DEUX JAMBES ET QUI PEUVENT BOSSER !

Écrit par : Café | 24/09/2009

C'est aussi un dépressif qui a balancé sa bagnole en bas le Grand Pont à Lausanne, tuant plusieurs passants ! La solution ? Interdire les psys qui foutent tous les malades psychiques à l'AI sans pouvoir pratiquer aucun contrôle concernant leur, soit-disant, maladie ! Les psys se font un fric fou, c'est pourquoi il n'y en a jamais eus autant ! Les "malades psychiques" devraient faire de la comédie, ils seraient exceptionnels dans "Le malade imaginaire" de Molière !

Écrit par : octave vairgebel | 24/09/2009

Beaucoup d'assurés auraient apprécié de lire sur ce blog votre réaction aux récents hausses des primes d'assurance maladie.

Écrit par : F. Salina | 06/10/2009

Félicitations à Me Poggia de défendre les assurés.

Sous prétexte de la révisions de l'AI une personne invalide ne l'est plus, est-ce que ces nouvelles législations ont supprimés ses douleurs?

Si par le passé l'AI a versé des rentes trop généreusement; à des coiffeurs allérgiques aux produits de coiffure, à des mécaniciens paralisés d'un doigt etc.., c'est elle qui s'est trompée. Ce n'est pas une raison pourqu'aujourd'hui elle se refasse sur de vrais accidentés.

AI = TRICHEURS dans la tête de beaucoup de personne qui croivent qu'un pépin n'arrive qu'aux autres.

Les centres d'expertise qui voient pendant deux heures les expertisé sur demande de l'AI, ont plus de poids devant un tribunal que le médecin traitant qui connaît son patient depuis 30 ans et surtout qui le connaissait avant son handicap, de même que les rapports d'hôpitaux ou de spécialistes qui n'entre pas en considération devant la justice. On sent tien aux rapport d'expertise des experts payé par l'AI (qui ont vu le patient 2 heures).

Franchement moi si je veux continuer à faire des expertises pour l'AI, sachant qu'ils payent bien, je donnerais toujours raison à celui qui paye, que peux me rapporter un pauvre type avec ses problèmes de santé? Et puis buisness is buisness faut prendre le fric quand on peut. Et plus je vais en faveur de l'AI plus ils m'enverront de nouveaux expertisés $$$, l'AI y gagne parcequ' elle n'alloue pas de rentes et moi je me fais les c......s en OR, pourvu que ça dure.

Alors que j'ai payé mes cotisations AVS/AI/APG toutes une vie, aujourd'hui suite à un accident je demande des prestations de l'AI, on me répond que je ne rentre pas dans la catégorie de gens invalides pour 3%, expliquez-moi comment ces 3% peuvent rendre une personne valide ou invalide?

Pour revenir à mes cotisations AVS/AI/APG rendez les moi car je n'arriverai pas à l'âge de l'AVS et je ne peux toucher de prestations AI à cause de personnes qui ont mal utilisé l'argent de cette assurance avec mes cotisations et les vôtre.

A bon entendeur salut.

Écrit par : Leo | 09/10/2009

Et si les assurances avaient le plein pouvoir.

Quand on sait que les assurances financent les partis politiques suisses, que cette manne de plusieurs milions n'est pas offertes sans un retour d'ascenceur, pourrait-on imaginer que certains docteurs et avocats puissent profiter de cette manne au détriment de leurs clients?

Écrit par : leo | 23/10/2009

Tva, cotisations, impôts - c'est kif kif
Rentiers, bénéficiaires, assistés, exclus - c'est pas la panacé
(personne n'est à l'abri de le devenir)
Administration, tribunaux - c'est la galère, les méandres

Écrit par : myopin | 24/10/2009

panacée

Écrit par : myopin | 24/10/2009

felicitaton a me paggia de defendre les assures

Écrit par : j.a.d.a | 21/11/2009

J’ai un voisin infirmier qui c’est mit à l’AI car il ne voulait plus travailler ! Un petit bobo au dos et le tour est joué, je sais qu'il fait des travaux dans son appart et qu'il vit le plus naturellement possible comme tout le monde. j’ai entendu ces propos sur mon balcon et il c’est fait aidé par un médecin des HUG GE (Ou il travaillait), j’aimerais dénoncer ce cas à l’AI car ce sont des gens comme lui qui font que nous critiquons les infirmes et les malades qui en ont vraiment besoin de cette assurance ! Si vous avez des suggestions pour que ma requête aboutisse le plus rapidement possible ? Je vous remercie d’avance !
PS : Je n'ai jamais dénoncé qui que ce soit dans ma vie !

Écrit par : laurencense | 02/05/2010

Bonjour cher Poggia

Enfin vous me donnez du courage - enfin une personne qui élève sa voix avec tant de courage et avec tant de force dans vos dires.

Je suis Nadia (nom fictif) - les deux articles paru sur la tribune de Genève et le GHI le mercredi 29 Octobre.

Comme je me le répète si vous ne passez pas par là - personne ne pourra imaginer le cauchemars de ce système - depuis mon arrêt de travail pour des problèmes de santés - je vie d'une manière catastrophique - d'humiliation - d'incompréhension - d'injustice - en fait il n'y a pas de mot pour exprimer pour ma part - j'ai trop vécu pendant tout mon combat - au point ou je ne sais même plus comment m'exprimer pour dévoiler ma colère - ma déception de ce système sociale - d'assurance AI - d'assurance Vie et des médecins experts mandatés par les assurances.

Ma demande à l'AI a été fait en 2004 - la réponse en 3 lignes seulement a été refusé car je refuse de prendre le traitement TNF - 6 ans d'attente pour me dire seulement ça ! - 6 ans de combat - de visite d'un expert à l'autre - visite à nouveau par d'autres médecins experts car 6 ans il faut à nouveau réévalué mon état de santé !

Aujourd'hui je refais ma demande à l'AI pour le mois de novembre - mon angoisse aujourd'hui est de revivre des années en cauchemars - mon angoisse de revoir tous ces médecins experts qui vous traîte comme des criminelles - interogatoire sur interogatoire - on vous observe d'une manière vraiment lamentable - on vous examine vite fait bien fait - ensuite vu que ce sont des expertises pluridiciplinaire - rebolotte - vous passez la visite d'un psychiatre qui à nouveau vous intérroge et interroge les mêmes interrogations de l'autre expert - en enfin le dernier médecin expert rhumatolgue qui vous interroge les mêmes question que les deux autres experts - j'ai été si choquée - si mal dans ma peau - je me dis toujours lorsque je suis en face d'eux - mais prenez ma santé et je prend votre santé et passer par ou je passe de mes souffrances de ma maladies et du stress en permanence du système !

Les assurances AI ou assurance vie n'assumeront jamais leur responsabilité envers leurs assurés - il faut être en fin de vie ou être tétrapligique pour être aidé - sinon - ils sont prêt à mettre tout leur pouvoir financière (avocat - médecin expert - tribunal) pour détourné et minimisé les atteintes du patient. De plus au tribunal les rapports d'expertises portent le poids en béton au point ou tous les dires des médcins traitant - des rapports d'expertise neutre sont balayés ! cela veut dire qu'ils ne respectent même plus leurs confrères.

Pour mon cas - le médecin conseil du travail estime un arrêt à 100% - mon médecin traitant estime un 100% d'arrêt - mon rhumatologue estime un arrêt à 100% - des médecins experts neutres estiment aussi une incapacité de travail à 100%. Le médecin expert mandaté par L'AI estime une capacité de travail à 80 % - le médecin expert mandaté par mon assurance vie estime une capacité de travail à 100%.

Il est difficile de se battre contre des assurances aussi puissantes - voir même impossible de faire quoi que ce soit - tout ce que vous pouvez obtenir de vos assurances - c'est l'angoisse - le stress - perte financière pour vous défendre - détresse jusqu'à que vous n'ayez plus là force de vous défendre - je me combat déjà énormément pour ma santé dont je souffre énormément tous les jours depuis des années - depuis 1999 que je souffre de ma maladie - mais je me suis battue pour résister - ensuite j'ai eu un accident de voiture en 2002 - cervicalgie chronique - je me suis encore battue pour résister à continuer mon travail et à me soigner en dehors de mon travail - mais en 2004 - psychologiqueemnt je pouvais travailler à 200% mais malheureusement physiquement je n'ai pas pu encore résister pour maintenir ma profession d'assistante administrative - dont je me suis tout donnée pour avoir ce poste à cause de ma surdité importante.

Donc M Poggia - je vous dit UN GRAND MERCI du combat que vous menez pour nous aider à nous donner un espoir à cette injustice

Nadia

Écrit par : justesse | 01/10/2010

Me Poggia et les lecteurs

Bravo Monsieur Poggia pour votre prise de position courageuse, car il est pas facile de se positionner sur un probléme aussi chaud et qui divise beaucoup de personnes.

Et tout le monde a un peu raison, car il y a eu des abus, c'est un fait indéniable et cela laisse des traces, mais il ne faut pas oublier que des cas dramatiques existent, comme le cas relaté de Madame Lacour qui se bat depuis des années pour faire entendre sa cause, lire dans la tribune du 29 septembre 2010, *le combat d'une mère*.

On paye souvent pour les gens malhonnêtes, mais il ne faut pas tomber dans la facilité et rejeter ou ne pas rentrer en matière sur les personnes qui ont de vrais besoins pour subsister tant soit peu, c'est déjà tellement dur de souffrir sans avoir espoir que cela s'améliore, perdre son travail, souvent le couple se sépare et ne pas avoir d'argent pour vivre, ils n'ont pas souhaité la maladie, l'accident, ce ce n'est pas facile pour les gens honnêtes de vivre avec l'aide de L'AI, LE REGARD DE L'AUTRE EST SOUVENT MEPRISANT.

Les caisses sont vides, la responsabilité est la cause du non suivi sur les rentes accordées à une certaine époque ou l'économie allait bien, l'Ai a donné trop facilement une rente à des personnes qui n'étaient pas toujours avec un handicap sérieux, mais il ne faut pas aussi juger sur les apparences, comme dit aussi Café, il a raison, car on peut, être très handicapé et quand même se tenir debout, il y a des jours plus *faciles que d'autres* à se mouvoir etc, on respire aussi!!

Il y aura sans doute des projets de loi qui seront déposés et qui vont aboutir.

Et avoir ainsi la possibilité de recourir à des experts neutres et pas à la solde des assurances, cela sera déjà un grand pas pour une meilleure justice et une contribution au social, ces gens font partie de la société et demain tout peut basculer aussi pour nous, il ne faut pas l'oublier, lea sautres, c'est nous.

Écrit par : pasdetrève | 01/10/2010

A bout de souffle et de moyens, souvent ces personnes n'ont plus de moyens suffisants pour payer les honoraires des avocats et baissent les bras, car tout le monde n'a pas fait forcément d'assistance juridique.

Les honoraires de l'avocat ne devraient pas être un obstacle pour réclamer justice, les avocats devraient proposer à leurs clients démunis de recevoir des honoraires seulement si la procédure aboutit favorablement et si ils perdent,il n'y aurait pas d'honoraires, aux Etats Unis c'est chose courante.

Tout n'est pas parfait, on peut penser que les avocats prendraient les cas les plus faciles ou médiatisés ou les plus gratifiants, tout dépend de l'engagement de l'avocat dans ses convictions aussi.

Écrit par : pasdetrève | 16/10/2010

Bonjour ,


Je m'appelle Patricia ,je ne suis ni a l'assurance invalidité ni en demande d'assurance invalidité et j'espère jamais y être contrainte .
Je ne sais pas comment exprimer ma colère en respectant mes phrases contre ce sythème qui par ses mensonges détruit des personnes malade .
Vous connaissez mon combat pour Nadia ma fille .Que je résume:
1994 : VACCIN CONTRE L'HÉPATITE B (POUR AVOIR ACCÈS A SA FORMATION D'AIDE FAMILLIALE OBLIGATOIRE)
5 Mois plus tard premières douleurs .
Elle va de meddecin en médecin mais voila elle est jeune ,donc pour ces médecin elle a a pas envie de travailler......................
De 1995 a 1999 .Ma fille souffre ,elle est devenue l'ombre d'elle mème .
1999: elle est hospitalisé d'urgence car elle ne peut plus marcher.
Les hugs prenne ses douleurs aux sérieux en 48 heures un diagnostique tombe ,ma fille a le bassin tout en érosion ,elle a de quoi souffrir ,elle a une maladie évolutive ,pour moi due au vaccin.................
Ma fille est heureuse oui heureuse que sa souffrance a été enfin reconnue ,qu'un nom a été mis sur ses douleurs elle ressort de l'hopital et elle se recycle seule seule sans l'aide de l'ASSURANCE INVALIDITE ,son employeur accepte de lui donner un poste d'assistance administrative ,son bureau est amménagé ,la vie reprend avec la maladie qui évolue mais ma fille est exptionnelle et se bat .
En 2002 se rendant a son travail 2 voitures la percute se qui engendre une entorce cervical ,mais les assurances se battent connaissant la maladie de ma fille pour eux sa maladie a évolué rien a voir avec son accident...............

Ma fille Nadia doit accepter l'inévitable ,Medecin de l'assurance ,médecin expert du travail,rhumatologue ,généraliste,neurologue l'arrête de travailler en lui donnant 24 mois de eprte de gain a 100% et des certificat médicaux a 100% . Pour l'expert de l'AI ma fille peut travailler?
DOnc un combat commence avocats tribunaux ,enfin avec ma force de mère je manifeste et miracle en 2011 l'AI accepte une nouvelle expertise qui conclue en 24 heures a une rente a 100% 7ans de combat .Aujourd'hui l'assurance reconnait ma fille malade a 100% mais refuse de lui verser ses droits affiliés a son 2 piliers (18 ans de versements) pour eux avant 2011 ma fille aurait eu des certificats de complaisances , Donc pour toucher ses droits affiliés a son 2 pilier vous devez être reconnu par l'AI dans les 24 mois de perte de gain sinon vous perdez vos droits .
J'ai nous avons eu une grande chance dans ses années de combats ,c'est d'avoir été écouté par un homme de loi ,un homme qui a cru a mon histoire a notre histoire et qui depuis plusieurs années a toujours toujours été la .Cette personne est Maitre Poggia qui compris que la maladie personne en veut ,mais il est inadmissible de se battre quand la vérité est la .
Dans quelques jours mon combat recommence pour se 2 pilier .Le 3 octobre 2013 j'avais fais un manif devant l'AI ,Maitre Poggia malgrès son planning chargé est venu et a été recu .en sortant il m'a dit que le dossier de mafille a allait être réouvert ,aujourd'hui cela fais 4 mois ? rien de leurs part malgrés encore un courrier du 10 décembre par Maitre Poggia .

Je peux vous dire que Nadia a eu sa vie bousillé pas par la maladie mais par le sythème de lache ou l'argent a le pouvoir ,ou le respect de l'individu existe plus .Ou vous êtes traité comme une personne ayant fait un délit .Que la vie puisse donner a ces personnes du systhème 24 heures du quotidien de ma fille et ils verront que le travail est une chance .
Donc si vous voulez me soutenir ,je serai devant l'AI dans peu de jour .Je pense quand la vérité est prouvée personne ne peut l'étouffer .J ai des valeurs ma fille idem et j'irai jusqu'au bout pour que sa dignité lui soit redonné entière .
Madame Lacour

Écrit par : lacour | 05/02/2014

Aussi à l'assurance invalidité, contre mon gré, mise sous tutelle alors qu'un simple assistant social bien formé et compréhensif eut été suffisant, je me sens en fait avoir été victime de psychiatres, du système judiciaire et des avocats. Infirmière de profession, je ne suis pas complètement ignorante sur le sujet "santé". Souffrant de troubles du sommeil et de surmenage après des années de travail, d'accompagnement auprès de ma mère perdant ses moyens physiques et psychiques, de lutte pour nourrir et assumer mes 2 enfants pour les frais desquels leur père n'a jamais assumé à part une participation aux repas... Je me suis retrouvée hospitalisée contre ma volonté plusieurs fois à Belle-Idée (HUG),subissant violences, chantage, traitements médicamenteux forcés, manque d'écoute face à mes réels problèmes...Sans vouloir adhérer aux thèses MCG concernant tous les frontaliers, une majorité de soignants étaient frontaliers et je n'ai pas trouvé la qualité de soins que j'ai étudiée à la fin des années 1970 à Genève, mais des soignants contents d'avoir un bon salaire et d'appliquer les ordres médicaux, ce que j'ai vu depuis le début de mon activité professionnelle.2014, toujours à l'AI, je me retrouve à travailler à 50% dans un atelier protégé pour 7.-CHF de l'heure, activité que j'ai trouvée grâce à une petite annonce et de moi-même, ce qui me permet de retrouver une activité sociale et d'assumer mes factures, car avec juste les revenus de l'AI, on ne mange pas à Genève... J'ai réussi à me délivrer de la tutelle,puis de la curatelle qui ne sont pas gratuites, j'y ai laissé bien des plumes et j'estime que c'était du commerce d'un être humain...Vu mon âge, ma psychiatre actuelle, qui enfin me comprends, me déconseille de tenter de reprendre une activité professionnelle disant que j'aurais fort peu de chances de retrouver un emploi. Lorsque j'ai trouvé cette activité en atelier protégé, j'ai informé l'AI, et une dame qui n'a pas voulu me dire son nom mais juste un numéro m'a dit: c'est déjà bien que vous ayez repris une activité, jusqu'à ce que vous gagniiez tel montant(xx), on ne va pas vous priver de votre rente ni diminuer votre droit aux prestations...Il y a encore de l'espoir...

Écrit par : Nicole Z. | 23/07/2014

Bonjour, suite à un effort dans mon entreprise et à un stress trop important je me suis vu arrêter par mon médecin. Chaque personne ds mon entreprise reconnaît que j'en ai trop fait.. En arrêt depuis 2 mois, j'ai rencontré ma DRH qui me donne comme conseil( car ne me voyant pas revenir dans le mois qui suit) de m'inscrire à l'AI.... Je ne veux pas , je veux juste revenir dans 1 mois à la fin de mon arrêt pour récupérer mon poste mais avec moins de pression... Et la non on me fait comprendre que je cotise à cette assurance, que j'y ai le droit... Je voudrais savoir pourquoi ma directrice insiste à ce que je fasses cet démarche d'AI?? Je ne suis plus devenu rentable à mon employeur car il m'a épuisé et la il pense à moi?! Quels intérêts à mon employeur que je monte un dossier AI? Je veux reprendre dans peu de temps mon boulot à un rythme moins poussé et voilà mais je crois qu'on ne veut pas d'une personne un peu affaibli et comme dans le domaine ou je boss, je ne peux pas être viré alors on veut me laisser sur le bord de la route?? Je voudrais bien savoir l'intérêt de ma directrice.... Oui l'AI n'est pas exploité par des gens sans scrupule... La preuve!!!

Écrit par : Ibisibis | 19/10/2014

Les commentaires sont fermés.