19/08/2009

UBS : LA HONTE

« La Suisse respire » entonne en cœur la presse nationale. Oui peut-être, mais l’odeur est nauséabonde. Il est vrai qu’après une noyade annoncée, on ne peut que se réjouir de boire la tasse !

 

Bref. Le moral est bon. Tant pis pour la morale, et les quelque 4450 dommages collatéraux, qui ne sont autres que les nageurs auxquels nous nous sommes agrippés, jusqu’à les sacrifier, précisément pour éviter notre propre noyade.

 

Pense-t-on vraiment avoir sauvé la face et évité le pire ? Si notre Conseil fédéral pense réellement ce qu’il déclare, la situation est indubitablement préoccupante.

 

Rappelons tout de même – la mémoire étant par définition courte lorsqu’elle mène à l’introspection – que notre grande Banque est allée aux Etats-Unis proposer à des ressortissants américains des subterfuges juridico-économiques pour échapper au fisc de leur pays !

 

Un tel comportement est inqualifiable, sinon pénalement, puisqu’il s’agit d’instigation et de coactivité de fraude fiscale. Sans l’aide de l’UBS, nul doute que ces Américains fortunés auraient respecté les lois de leur pays. Cependant, la présentation de nos banquiers était trop alléchante.

 

Mais voilà, puisqu’à la malhonnêteté, il faut associer la couardise, tels des « repentis » maffieux italiens, nos banquiers, avec la providentielle assistance de l’Etat, ont négocié leur salut en dénonçant leurs clients, ceux-là même qui les avaient engraissés durant tant d’années.

 

Est-ce une victoire ou une honte ?

 

Pire encore, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, notre Exécutif fédéral intervient dans la négociation, complétant l’amalgame entre des banquiers avides et véreux et la Confédération suisse !

 

Pourtant, quel serait ce lien entre le secret bancaire suisse et une activité délictuelle commise à l’étranger ? Depuis quand l’ordre juridique suisse protégerait-il l’auteur d’un délit à l’étranger ? Pourquoi la filiale américaine de l’UBS, sommée aux Etats-Unis de présenter des pièces pourrait-elle invoquer, en Suisse, son secret bancaire ? Il s’agissait d’une affaire americano-américaine, qui devait être réglée selon le droit américain, aussi douloureux que cela soit pour ces banquiers qui ont fait leur fond de commerce de cette activité illicite.

 

Ce n’est en réalité pas le secret bancaire suisse qui était en jeu, contrairement à ce que l’on nous raconte, mais uniquement une question de gros sous…

 

Si l’UBS n’avait pas cédé, tel un lézard qui lâche sa queue pour sauver sa peau, l’amende aurait été gigantesque, et les Etats-Unis se seraient servis dans les avoirs de la Banque. Et devinez qui aurait finalement payé l’addition ? Je vous le donne en mille ! Ceux-là mêmes qui ont mis 6 milliards et garanti 60 milliards pour sauver cette Banque en fin d’année dernière et à qui l’on a dit que la politique salariale de la Banque ne les regardait pas, lorsqu’ils se sont émus d’apprendre que plus de 3 milliards allaient être versés en bonus en début d’année: VOUS ET MOI.

 

Ainsi, on fait croire au monde que la Suisse est prête à sacrifier les clients de ses banques sur l’autel d’un secret bancaire de pacotille, qui ne pèse pas bien lourd face à la raison d’Etat.

 

MERCI UBS ! MERCI NOTRE CONSEIL FEDERAL !

 

Le message est passé, et vous en verrez bientôt les funestes conséquences.

 

 

21:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | | |  Facebook

Commentaires

Vous avez parfaitement raison.

Claude Marcet

Écrit par : Claude Marcet | 20/08/2009

"Sans l’aide de l’UBS, nul doute que ces Américains fortunés auraient respecté les lois de leur pays"
Je crois que vous oubliez monsieur que les banques suisses ne sont pas les seules à proposer ce genre de services. Les banques des îles Caymans par exemple ne sont pas exemptes de tous reproches. Si quelqu'un veut froder le fisc, il n'a pas besoin de l'UBS pour le faire... et ce même aux Etats Unis où l'IRS à pourtant beaucoup de pouvoir.

Écrit par : glendalought | 20/08/2009

D'accord avec glendalought, je ne crois pas que l'on ai mis un pistolet sur la tempe de ces Américains. Certes ce qu'à fait UBS n'est pas joli, joli, mais il ne faut pas oublier que tout cela est sorti, suite aux subprimes et l'affaire Madoff, made in USA, donc chacun peut balayer devant sa porte!

Écrit par : Danièle | 20/08/2009

Bonjour,
J'ai le sentiment que dans ce cas vous mélangez tout! Si vous connaissez sans doute parfaitement le dossier de l'assuane maladie, vous connaissez visiblement moins bien le dossier UBS. Vous semblez ignorer que les clients américains de l'UBS concernés par cette affaire avaient (ont?) leurs comptes à l'UBS en Suisse. Le droit suisse est donc applicable. Vous ignorez aussi que l'UBS comme presque toutes les banques ont passés un accord avec l'IRS pour les déclarations de revenus de clients américains. L'UBS n'a visiblement pas respecté cet accord. De ce fait elle met en danger les autres banques qui, elles, ont respeté leur part du marché. Vous savez parfaitement que l'emende que risquait l'UBS l'aurait sans doute mise en faillite. Pouvez-vous affirmer que cette faillite aurait été sans consléquence pour notre économie?
Des dirigeants de l'UBS ont gravement fauté dans cette affaire. C'est à eux qu'il faut demander des comptes. Ce sont ces responsables là qui doivent être puni. Sévèrement!

Écrit par : salegueule | 20/08/2009

C'est trop simple de faire croire qu'il n'y a que l'UBS qui a pratiqué de la sorte. Les contribuables américains n'ont-ils pas le devoir de signer leur déclaration comme tout le monde?
Cette focalisation sur l'UBS a été montée de toute pièce dans les réunions G-7-8-20 pour faire rentrer de l'argent dans les caisses des états qui gèrent si mal leurs fonds publics. Avoir au milieu de l'europe un petit POINT qui perdure malgré toutes les organisations mondialisées qu'ils mettent sur pied pour écraser les petits, et c'est le PETIT qui va "manger du gros"...!!!!
UBS était devenue trop grande, imposante chez l'oncle Sam, il fallait donc la détruire et c'était un bon moyen de mettre le ver dans le fruit du secret bancaire que les Amer-loques aiment pratiquer chez eux et pour eux, mais ne veulent pas le voir chez les autres.
Le pire c'est l'attitude des Conseillers Fédéraux.....A eux 3 surtout, ils ont fait plus de dégâts que les agissements de l'UBS qui n'a fait que s'installer aux States pour usité une pratique qui était déjà établie depuis longtemps.
En 2009, Monsieur Chritoph Blocher aurait été Président de la Confédération, et malheureusement nous n'auront jamais la preuve qu'une attitude ferme face à l'adversité aurait empêché ces dirigieants de pacotilles de magouiller à ce point pour sauver la face lors du bilan, après avoir pillé leurs caisses pour souvent soutenir que des banques "nationales" d'ailleurs! Une chose est sûre, difficile de faire pire!

Écrit par : Corélande | 20/08/2009

Que voulez-vous, les suisses ont choisi un système politique proche, très proche de l'économie...
Et tant que ce système ne sera pas remis en question, vous verrez toujours ce genre de situations.

Écrit par : ecolodemesdeux | 20/08/2009

Tout est intéressant dans ce blog et ses commentaires.
N'en demeure pas moins que le secret bancaire à changer de serrure. Dorénavant, la porte peut mieux s'ouvrir sur la sortie à l'étranger de données bancaires. Ceci me dérange. La cata. est épargnée, à quelle prix moral ? Je m'interroge sur l'opportunité de ce règlement à l'amiable et sur les répercussions des dégats, notamment la confiance en notre secret bancaire, sur la place financière de la Suisse dans le monde.

Écrit par : velen | 20/08/2009

Assez drôle de constater la censure de la fin de mon post...
Vive la démocratie !

Écrit par : glendalought | 20/08/2009

Merci à glendalought de me faire part, sur mon mail, disponible sur mon site www.etudepoggia.ch, de ses critiques personnelles à l'emporte-pièces, après s'être fait connaître nommément. L'attaque gratuite est toujours plus facile à travers l'anonymat...

Écrit par : poggia | 20/08/2009

Ce n'est pas parce que l'autre (les îles machins) est malhonnête que j'ai le droit de l'être. Ce raisonnement est faux et chacun est responsable de ses actes. Sinon, nous pourrions tous rouler à la vitesse du plus grand chauffard du pays, ...si nous en avions les moyens.

Les banques suisses sont chouettes. Ahhh, leur réputation d'honnêteté. Trop cool. Recel de l'épargne de juifs qui leur avaient fait confiance avant d'être assassinés et ici, pour l'une d'elles, détournement fiscal de citoyens américains.

Quand je pense aux millions que dépensent les entreprises pour asseoir leur image, il y a presque de quoi sourire.

Où sont ceux qui ont pris les décisions d'agir ainsi ? Ils sont grassement payés pour prendre de bonnes décisions mais doivent se voir proportionnellement sanctionnés pour les mauvaises.

On pourrait d'ailleurs poser le même genre de question à ceux qui ont joué avec l'argent de nos cotisations au deuxième pilier...

Écrit par : gerardh | 20/08/2009

ce genre de commentaire de la part s'un avocat me fait hurler de rire... ce sont vos confrères cher Maître les pourfendeurs de solutions "tax free", alors entendre dire un avocat ce genre de choses est assez extraordinaire.

Écrit par : Geneve09 | 20/08/2009

Extraordinaire, fondé et juste. Critiquer négativement les propos de Maître Poggia n'est que pure jalousie. Il ne fait que résumer, très franchement, les erreurs et torts de l'UBS, ce que nombreux n'osent pas faire.

Écrit par : Julie | 20/08/2009

Vous devriez savoir en tant qu'avocat que le fait qu'il n'y ait qu'un seul coupable dans le prétoir ne signifie pas pour autant que les autres n'ont pas commis de délit; vous semblez croire que le monde est blanc ou noir.
En ce qui concerne ce que nous avons mis dans la caisse pour soutenir UBS, donc nous avons prêté de l'argent pendant 8 mois, rendement pour la confédération du 30%. J'espère que notre grand argentier pourra refaire la même opération chaque année, 1,2 milliards de profit sur 6 milliards engagé celà me parait bien.
En ce qui concerne l'opération menée par la BNS pour les fameux actifs toxiques, il faudra attendre encore un peu pour connaitre l'évolution tout en sachant qu'il y a dans la crousille 100 millions d'actions ubs en réserve pour la bns
alors laissez vos effets de manche au vestiaire et concentrez sur ce que vous maitrisez bien
A au fait on ne vous entend plus parler de votre croisade en faveur du lanceur de chaussaures !! les irakiens vous auraient-ils claqué le beignet ?

Écrit par : major51 | 20/08/2009

Je partage l'entier de l'analyse de Me Poggia.

J'y ajouterais même que l'enjeux caché est aussi le fait que la réserve d'or de la Suisse est à Fort Knox depuis....1940!!!! et que si les ricains devaient se servir, ils n'auraient certainement pas hésité à puiser là-dedans!

Ce qui me semble certain c'est que ceux qui se foutaient du MCG pour la pauvreté de ses représentants en sont définitivement pour leurs frais. Avec Me Poggia au Gd Conseil et Me Dimier à la Constituante, les adversaires du MCG auront plus de peine qu'avec le fougueux nais incohérent Stauffer!

Cela permettra peut-être à d'autres talents (Cerutti/Golay) étouffés jusqu'ici par le gourmetteux, d'éclore réellement dans la prochaine législature.

C'est bien ce qui manquait à ce parti indispensable à la vie politique genevoise, engluée dans les combines systémiques qui permettent à la carpe de faire la cour au lapin.

Écrit par : simon | 20/08/2009

@ simon

Alors là je dit bravo a M.Stauffer !Avoir trouvé ces trois talents : Golay ; Cerutti et Me. Poggia il falait le faire !Parce-que M. Simon , ça démontre que finalment M.Stauffer est un homme politique visionaire et de talent.
Et que au contraire de beaucoup de monde, il cherche avant tout à rassembler autour de lui et de ces idées des hommes et des femmes de valeur pour mettre enfim en place à Genève, une politique de "vrai changement", en rupture avec les pratiques des "petits copains-coquins" qu'à assez durée!

Écrit par : cmad | 20/08/2009

A Simon

Vous devez certainement faire partie des frustrés qui envie ceux qui ont du carismes!

Voyez-vous cher Simon je ne suis pas politique, mais force est de constater que M.Stauffer (co-fondateur je crois du MCG) à réussi ou d'autres ont échoués! Non seulement il a recruté Mauro Poggia (et c'est lui-même qui le dit) mais il a recruté Jean-François Girardet de Meyrin (que je connais)!

Je ne connais pas Eric Stauffer, mais pour avoir recruté des personnages comme Mauro Poggia et Jean-François Girardet (désolée je ne connait pas Me Dinier) il ne peut être qu'un sacré personnage et à voir les réactions qu'il provoque.... Il fait partie des grand de cette République.

.
Alors Simon si tel est votre nom, prenez-en de la graine!

Elise Baumgartner

Écrit par : Elise | 21/08/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Poggia,

vous m'excuserez du peu, mais la Confédération va vendre ses parts dans UBS et récolter un milliard deux cent millions de bénéfice qui tomberont tout droit dans les caisses de l'Etat. Donc pour vous, pour moi...

Alors votre argumentaire, certes pointu et intelligent, tombe à l'eau.

C'est dommage.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/08/2009

vous avez raison

Écrit par : foot en direct | 28/02/2011

Les commentaires sont fermés.